Accueillir des enfants différents, c’est bien aussi pour les équipes

A lire sur le site Le Républicain Lorrain:

Metz : le handicap a toute sa place au multi-accueil

Marie LEBEAU.   29/08/2015
Cet été, le multi-accueil Unis-Vers d’Enfants, a accueilli quotidiennement quatorze enfants, en moyenne. Photo Karim SIARI

Cet été, le multi-accueil Unis-Vers d’Enfants, a accueilli quotidiennement quatorze enfants, en moyenne. Photo Karim SIARI

Cet été, les établissements multi-accueil de la Ville de Metz n’ont pas pris de vacances. Quatorze enfants, en moyenne, étaient présents chaque jour à la crèche Unis-Vers d’Enfants, avenue André-Malraux au Sablon. Avec la rentrée, ils seront certainement plus nombreux. Particularité du lieu : sur les vingt places de la crèche, sept sont réservées aux enfants porteurs de handicap. « Il est possible d’accueillir des enfants porteurs de handicap dans toutes les structures de la Ville, le personnel est compétent partout, le matériel est adapté partout, mais ici particulièrement », souligne Isabelle Soudier-Spetz, directrice du Pôle Famille et Petite enfance à la Ville de Metz. Chaque agent a un diplôme d’État et est formé, c’est d’ailleurs une obligation légale depuis 2005 : il s’agit d’infirmières puéricultrices, d’auxiliaires de puériculture ou d’éducateurs de jeunes enfants.

« Un endroit neutre »

Un médecin pédiatre prépare et organise l’arrivée des bambins. « A priori, tout enfant, quel que soit son handicap, peut être accueilli. Même pour des cas très particuliers, par exemple si un enfant a un traitement lourd à suivre, son accueil peut ici être mis en œuvre , explique Odile Aussedat, qui était jusque-là pédiatre pour les crèches municipales, mais qui vient de prendre sa retraite. On peut permettre à un kinésithérapeute, un éducateur spécialisé ou encore un ergothérapeute de prodiguer ses soins. »

Mais attention, « nous ne sommes pas dans une préoccupation de soins , tempère le médecin. Le multi-accueil est un endroit neutre pour l’enfant. Et d’ailleurs, certaines situations de handicap ne nécessitent pas un investissement plus important que les autres. C’est plus problématique pour les handicaps plus lourds, pour les enfants qui demandent une attention permanente. Mais les équipes s’organisent en conséquence ».

Cette organisation relève d’une réelle volonté politique, portée par Myriam Sagrafena, conseillère municipale déléguée à la Petite enfance : « La Ville souhaite aller vers une inclusion forte des enfants handicapés. Notre volonté est de faire en sorte que le jeune enfant en situation de handicap puisse évoluer avec les autres, comme les autres. Il n’est pas recevable que ces enfants soient déjà exclus dès leur plus jeune âge. »

Les familles accompagnées

D’autant plus que le placement en crèche a de nombreuses vertus, pour les petits, quels qu’ils soient. « Il est naturel pour les enfants d’être dans l’interaction avec les autres. Les enfants vont souvent protéger, accompagner ceux qui sont en difficulté. D’où l’importance d’intégrer les enfants handicapés le plus tôt possible , martèle le docteur Aussedat. Un enfant en situation de handicap enrichit tout le groupe, va apprendre aux autres le respect, la bienveillance. »

Le soutien aux familles est également primordial. « Il arrive que le handicap soit détecté dans la structure. Dans ce cas-là, un véritable accompagnement des parents se met en place », souligne Isabelle Soudier-Spetz. « Par le biais du médecin, des équipes, on apporte aussi une expérience du handicap à des familles qui parfois n’en ont pas , appuie Myriam Sagrafena. Sans oublier que les familles peuvent échanger lors des conseils des parents. L’objectif est que les parents d’enfants handicapés puissent s’exprimer, mais aussi aller vers d’autres parents », poursuit l’élue. (…)

Lire l’article complet.

________________________
Merci @UrapeiNordPdC d’avoir attiré mon attention sur cet article.

Une REMARQUABLE créatrice de bijoux

Voici 4 nouveaux portraits dans la série « Des personnes REMARQUABLES dans le monde entier »:

Cliquer sur la photo ou le nom pour lire le portrait.

Haydee_BecklesHaydee Beckles – Panama – Écrivaine  s_215808chrisChris Burke – États-Unis – Acteur  image-4-cropZhao Zengzeng – Chine – Agent de changement 1451857-cropAllie Guard – États-Unis – Créatrice de bijoux

Pour voir l’ensemble des portraits déjà publiés (64), cliquer ici.

Deux organismes de Laval pourront continuer à offrir des services

A lire sur le site du Courrier Laval:

Sylvain Lamarre    Publié le 26 août 2015
Mathieu Cloutier, Sylvie Bégin, trésorière et secrétaire de la Halte de L'Orchidbleue, Sylvana Sousa, directrice de la Halte de L’Orchidbleue, Francine Charbonneau, ministre, et Saul Polo, député de Laval-des-Rapides, ont assisté à la conférence de presse. Gracieuseté

Mathieu Cloutier, Sylvie Bégin, trésorière et secrétaire de la Halte de L’Orchidbleue, Sylvana Sousa, directrice de la Halte de L’Orchidbleue, Francine Charbonneau, ministre, et Saul Polo, député de Laval-des-Rapides, ont assisté à la conférence de presse.
Gracieuseté

Programme de soutien aux élèves handicapés

TRAVAIL-FAMILLE. L’Association de Laval pour la Déficience Intellectuelle inc. et la Halte de l’Orchidbleue ont reçu une subvention totalisant 65 000 $.

La ministre, Francine Charbonneau, et le député de Laval-des-Rapides, Saul Polo, ont d’ailleurs remis un chèque, le 24 août à la Halte de l’Orchidbleue, dans le cadre du Programme de soutien financier aux services de surveillance d’élèves handicapés âgés de 12 à 21 ans pour l’année 2015-2016.

«La conciliation travail-famille est un défi considérable pour les familles. Elle représente un défi encore plus complexe pour les parents d’élèves handicapés qui exigent une surveillance continue avant et après les heures de classe ainsi que pendant les journées pédagogiques. Les organismes que le gouvernement soutient dans le cadre de ce programme apportent une aide précieuse en ce sens aux parents, dont les enfants vivent avec un handicap», souligne la Mme Charbonneau.

35 000 $

«Cette année, la Halte de l’Orchidbleue recevra un financement de 35 000 $ pour poursuivre ses activités. C’est un bon coup de pouce pour les parents qui se démènent. Cette subvention leur permettra de sortir la tête de l’eau», mentionne le député Saul Polo, qui a agi comme président d’honneur de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle, du 9 au 16 mars.

Pour sa part, l’Association de Laval pour la Déficience Intellectuelle inc. a reçu un montant de 30 000 $.

La directrice de la Halte de l’Orchidbleue, Silviana Sousa, a accueilli avec joie cette aide financière. «Ça nous permettra de maintenir notre mission auprès des familles de la région et de continuer à leur offrir des services adaptés à leurs besoins», indique Mme Sousa.

«Cet argent nous aidera aussi à faire certaines activités à l’extérieur adaptées pour eux, comme les quilles. Nous achèterons des jeux et jouets pour les stimuler. Nous pourrons ouvrir durant six heures le samedi», ajoute-t-elle.

L’Orchidbleue accueille 25 jeunes Lavallois au 113, boulevard de la Concorde Ouest. L’organisme, qui existe depuis 2009, compte sur un ratio d’une éducatrice spécialisée pour cinq jeunes et donne des services de garde et d’animation aux adolescents et jeunes adultes scolarisés ou non, qui ont une déficience intellectuelle avec ou sans le trouble du spectre de l’autisme. Ces services de surveillance sont offerts avant et après les heures de classe ainsi que pendant les jours pédagogiques. (…)

Lire l’article complet.

Grande prématurité et QI

A lire sur le site Journal International de Médecine:

La trajectoire du QI des grands prématurés est prévisible dés 2 ans

Dr Jean-Marc Retbi   Publié le 26/08/2015

carac_photo_1

On connaît de mieux en mieux le devenir des grands prématurés [GP] après leur sortie des unités de soins où ils ont commencé leur vie. Le suivi prolongé de cohortes de naissances a permis de tracer la « trajectoire de vie » de ces enfants dans différents domaines et de la comparer à celle d’enfants nés à terme.

L’équipe de D Wolke (Coventry, Royaume Uni) rapporte l’évolution intellectuelle d’un groupe de 260 GP, nés avant 32 semaine d’aménorrhée (SA). ou à moins de 1 500 g, et suivis jusqu’à l’âge adulte.

Des enfants suivis durant plus de 26 ans

Les GP appartenaient à la cohorte des naissances 1985-1986 de Bavière du Sud. En moyenne, leur âge gestationnel était de 30,6 semaines et leur poids de naissance de 1 320 g. Ils comprenaient 41,5 % de nouveau-nés hypotrophes et 26,5 % de nouveau-nés issus de grossesses multiples. Un groupe de 229 nouveau-nés à terme, à la même époque, a servi de contrôle.

Le Quotient de Développement [QD] des GP et des témoins a été évalué à 5 et 20 mois avec l’échelle de Griffiths ; puis leur Quotient Intellectuel global [QI] a été évalué à 4, 6 et 8 ans avec la CMMS, un test de vocabulaire et un test visuo-moteur à 4 ans et le K-ABC à 6 et 8 ans, et finalement à 26 ans avec une échelle de Wechsler. Les scores individuels ont été ajustés par le niveau socio-économique de la famille. Le retard mental a été défini par un écart >- 2 DS par rapport à la moyenne obtenue chez les témoins, correspondant à un QI < 70.

Le QD/QI de l’enfance corrélé au QI adulte

Les QD/QI moyens des GP étaient inférieurs de 11 à 16 points à ceux des témoins de même âge. Sauf à 5 mois, la prématurité avait un effet sur le QD/QI (d de Cohen ? 0,80 DS). Chez les GP comme chez les témoins il existait une corrélation positive entre les QD/QI de l’enfance et le QI de 26 ans, très forte dès 20 mois chez les GP (coefficient de corrélation linéaire r ? 0,80) et juste forte à partir de 6 ans chez les témoins. Autrement dit, la trajectoire du QD/QI des GP se stabilisait à partir de 20 mois et leur QD à cet âge prédisait leur QI à l’âge adulte, alors qu’il fallait attendre 6 ans et l’entrée à l’école primaire pour les enfants nés à terme. Chez les GP il existait aussi une corrélation négative entre les QD/QI de l’enfance et un retard mental à l’âge adulte (QI < – 2 DS à 26 ans), qui augmentait de 5 mois à 8 ans (coefficient de corrélation point bisérial rpb = – 0,48 à 5 mois et – 0,71 à 8 ans).

(…)

Référence

Breeman LD et coll. :Preterm cognitive function into adulthood. Pediatrics 2015; 136: 415-422

Un recours collectif pour violence physique et négligence

A lire sur le site TVA Nouvelles:

Ontario

Recours collectif de un milliard$ pour des déficients intellectuels

Première publication 27 août 2015   Agence QMI
Crédit photo : Archives Agence QMI

Crédit photo : Archives Agence QMI

Un juge de la Cour supérieure de l’Ontario a donné le feu vert à un recours collectif de 1 milliard$ impliquant 8800 personnes ayant une déficience intellectuelle, qui ont été logées pendant des décennies dans 12 établissements provinciaux jusqu’à leur fermeture.Il s’agit du plus important recours collectif contre le gouvernement de l’Ontario concernant la violence physique et la négligence généralisée qui ont été vécues par les anciens résidents des établissements concernés, a rapporté jeudi le Toronto Star.

Les plaignants allèguent que le gouvernement a été négligent pour prévenir les abus, en dépit du fait que plusieurs études gouvernementales avaient soulevé leurs conditions déplorables.

La poursuite concerne ceux et celles qui ont été remis aux bons soins de l’État par leurs familles ou par un ordre de la cour et qui se sont retrouvés dans des hôpitaux résidentiels entre le début des années 1960 et leur fermeture dans les années 1980 et 1990.

«Nous espérons que cette poursuite va apporter une reconnaissance des expériences des anciens résidents et, ultimement, une compensation pour ce qu’ils ont dû endurer», a déclaré l’avocat David Rosenfeld, qui a déposé la poursuite. (…)

Lire la suite de l’article.