Publication – Méthodes de recherche dans le champ des déficiences intellectuelles

A lire sur le site des Éditions Peter Lang:

Méthodes de recherche dans le champ de la déficience intellectuelle

Nouvelles postures et nouvelles modalités

Année de publication: 2014

Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2014. 232 p.
ISBN 978-3-0343-1501-2 br.  (Softcover)
ISBN 978-3-0352-0252-6 (eBook)

disponible Softcover
disponible PDF

Discipline(s)

Épistémologie et histoire des sciences

Texte de présentation

Cet ouvrage jette un regard neuf sur les méthodes de recherche dans le champ des déficiences intellectuelles. Il aborde différentes manières de rendre compte scientifiquement des questions relatives à la déficience intellectuelle et s’intéresse aux postures et méthodologies nouvelles à une période marquée par la transformation des paradigmes du handicap.
Des thèmes comme l’articulation entre la réflexion épistémologique et le choix des dispositifs et des méthodes, les défis liés à la construction et la validation des outils ou stratégies innovantes, la place de la personne avec une déficience intellectuelle dans la recherche ou encore les précautions à prendre pour respecter son droit à la protection et à la participation sont au cœur de ce livre. Les auteurs esquissent les contours de postures nouvelles tant dans la recherche comparative que dans les plans expérimentaux à cas unique, la recherche qualitative ou la recherche collaborative et émancipatoire. Conçu comme un manuel, chaque chapitre est accompagné d’exemples tirés de travaux scientifiques publiés, d’un choix de lectures et finalement d’exercices permettant l’approfondissement.

Contenu

Contenu : Daniel Mellier : Les méthodes de comparaison dans le champ des déficiences intellectuelles – Geneviève Petitpierre/Jean-Luc Lambert : Les protocoles expérimentaux à cas unique dans le champ des déficiences intellectuelles – Geneviève Petitpierre/Maryvonne Charmillot D’Odorico : La recherche qualitative dans le champ des déficiences intellectuelles – Mireille Tremblay/Isabelle Hudon : La recherche participative et émancipatoire en déficience intellectuelle : vers une éthique de la citoyenneté – Jean-Jacques Detraux : La place de la personne en situation de handicap dans la recherche : quels principes éthiques?

Auteur(s)/Responsable(s) de publication

Geneviève Petitpierre est professeure de pédagogie spécialisée à l’Université de Fribourg (Suisse). Ses travaux scientifiques s’appuient sur des protocoles de tradition variée (méthodes à cas unique, recherche qualitative ou collaborative). Elle s’intéresse aux dispositifs d’apprentissage qui préparent la personne avec une déficience intellectuelle à vivre et interagir dans la communauté.
Britt-Marie Martini-Willemin, docteure en sciences de l’éducation, est collaboratrice scientifique à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Education de l’Université de Genève (Suisse). Elle s’intéresse à la participation sociale des enfants et des adultes avec déficience intellectuelle, au lien entre littéracie et déficience intellectuelle, à la collaboration parents-professionnels.

Une nageuse du programme des Olympiques spéciaux portera le drapeau aux Jeux du Québec

A lire sur le site de Nord Info:

Miori Hénault portera le drapeau laurentien

© Photo Michel Chartrand Miori Hénault portera le drapeau lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux du Québec. Elle pose ici en compagnie de Loran Tigg et Webster Hyppolite, le chef de mission des Laurentides.

C’est à Miori Hénault, une nageuse de Rosemère dans le programme des Olympiques spéciaux, que reviendra l’honneur de porter le drapeau des Laurentides lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux du Québec de Longueuil 2014, qui aura lieu le 1er août.

Il s’agissait d’un choix tout désigné pour la Rosemèroise, originaire de Saint-Eustache, puisqu’elle a énormément de chances de monter sur le podium, elle qui a remporté quatre médailles lors des Jeux du Québec, l’été dernier, à Sherbrooke, soit trois d’or et une d’argent.

Plus récemment, elle a participé aux Jeux nationaux des Olympiques spéciaux à Vancouver. Elle était inscrite à sept nages et elle a grimpé sur le podium à six reprises et récolté une quatrième place.

À Longueuil, elle en sera à ses quatrièmes Jeux, elle qui était présente à Gatineau et à Shawinigan. Au total, elle a remporté six médailles.

Elle sera, certes, un bel exemple pour les autres membres de la délégation. «Je suis vraiment contente d’avoir été choisie pour porter le drapeau», a lancé une Miori Hénault très surprise de cette nomination. Sa mère, Mireille Lanoie, parlait d’une belle reconnaissance.

Lire la suite.

Valentin Câmpeanu – Décision de la Cour européenne des droits de l’homme

A lire sur le site Handicap.fr:

Protéger les handicapés mentaux au nom des droits de l’homme

La Roumanie doit se doter de mécanismes permettant aux personnes souffrant d’un handicap mental d’être mieux défendues face à l’administration, a plaidé le 17 juillet 2014 la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), qui a condamné les autorités du pays suite au décès d’un jeune handicapé dans un hôpital psychiatrique.

Un jeune de 18 ans décédé

La Cour était saisie du cas d’un jeune homme d’origine rom, séropositif et atteint d’un grave handicap mental. Valentin Câmpeanu était mort en 2004, à l’âge de 18 ans, dans un hôpital psychiatrique de Poiana Mare. Les juges européens ont relevé qu’il n’avait pas pu bénéficier d’un traitement antirétroviral contre le VIH, mais seulement de sédatifs, et ce dans un hôpital psychiatrique dont les autorités « connaissaient la difficile situation » (manque de personnel, nourriture insuffisante et manque de chauffage). La Cour en conclut que « les autorités ont mis de manière déraisonnable sa vie en danger ».

Un problème bien plus vaste

En outre, ce cas révèle un « problème plus vaste », ont estimé les 17 juges de la Grande Chambre, organe suprême de la Cour européenne: la difficulté des personnes avec un handicap mental à faire valoir leurs droits devant l’administration ou la justice. Cela doit conduire Bucarest à « envisager des mesures » pour leur assurer une « représentation indépendante », selon la Cour. Dans le cas de M. Câmpeanu, eu égard à la « gravité des allégations », la CEDH a admis qu’exceptionnellement une organisation non gouvernementale, le Centre de ressources juridiques (CRJ), soit autorisée à agir devant elle au nom du défunt.

Pas d’enquête sur son décès

Elle a constaté que le jeune homme avait été « placé dans des établissements médicaux pas équipés pour dispenser des soins, transféré d’une structure à l’autre sans diagnostic adéquat, que les autorités n’ont pas veillé à ce qu’il soit traité de manière appropriée par antirétroviraux ».  Les juges de la CEDH ont aussi déploré qu’il n’y avait « pas eu d’enquête effective sur les circonstances de son décès ». Selon le récit de la Cour, abandonné à la naissance, Valentin Câmpeanu avait été placé dans un orphelinat. Les médecins avaient découvert très tôt qu’il était séropositif et atteint d’un grave handicap mental.

Lire la suite.

France – Les victoires de l’accessibilité en déficience intellectuelle!

A lire sur le site de l’Unapei:

Participez au concours 2014 / 2015

Vous agissez pour rendre la société accessible aux personnes déficientes intellectuelles ? Faites connaître vos initiatives en participant au concours des Victoires de l’accessibilité.

Une Victoire de l’accessibilité est une action exemplaire qui participe à la mise en accessibilité de la société pour les personnes handicapées mentales. Elle est portée par un binôme. Ces partenaires, symbolisent la rencontre de savoir-faire qui concourent à l’inclusion des personnes handicapées.

En 2014 : l’étape régionale.

Le concours est organisé dans chaque région de France par les Urapei (voir la liste des organisateurs), associations régionales du Mouvement Unapei. Les candidatures doivent s’inscrire dans une des 4 catégories proposées : : « Repérage et mobilité », « Culture et loisirs », « Commerces et services de proximité », « Information et communication ».

Les candidatures régionales sont portées par des binômes. L’un des porteurs du projet est issu du réseau Unapei : personne handicapée, parent, ami, professionnel, bénévole… L’autre, partenaire extérieur au réseau Unapei, a rendu accessible aux personnes handicapées mentales une information, un produit, un savoir, un lieu, un service, une prestation.

Les initiatives retenues recevront un prix le 3 décembre 2014 dans les régions participantes et concourront pour les Victoires nationales de l’accessibilité décernées en 2015 par l’Unapei.

Comment participer ?

En 2015 : l’étape nationale.

Les lauréats régionaux participeront directement à l’étape nationale du concours qui aboutira à la remise de 4 Victoires thématiques nationales.

A cette étape, une 5e catégorie, « Acteur national », sera également primée pour récompenser un acteur d’envergure nationale qui œuvre pour faire progresser la mise en accessibilité universelle. Les dossiers de candidature (à télécharger à partir du 1er juin) sont à renvoyer directement à l’Unapei avant le 3 décembre 2014 à acteurnational@victoires.unapei.org.

Les Victoires nationales de l’accessibilité seront décernées lors du Congrès de l’Unapei à Toulouse le 6 juin 2015.

Jean-Pierre Crépieux, récipiendaire de la Légion d’Honneur

A lire sur le site de L’Arche France:

La Légion d’honneur pour Jean-Pierre Crépieux

Posté le 16/07/2014

Jean-Pierre Crépieux, l’une des personnes en situation de handicap mental, qui a fondé L’Arche avec Jean Vanier en 1964, recevra la Légion d’honneur des mains du Président de la République d’ici la fin de l’année 2014.

Ce geste illustre la reconnaissance accordée par la collectivité nationale, à tous ceux qui, trop souvent exclus ou simples objets de sollicitude, contribuent pourtant de façon essentielle à une société plus fraternelle. Ils nous rappellent sans cesse par leurs talents et leur expérience de vie, que sans les valeurs du cœur, le savoir, le pouvoir et l’agir perdent leur sens et sont détournés de leur finalité.

C’est la première fois que la légion d’honneur sera remise à une personne handicapée mentale.

*******************************

Jean-Pierre Crépieux est né à Choisy-le-Roi, en région parisienne, le 17 juillet 1944. Il est arrivé à Trosly au foyer de l’Arche le 7 décembre 1964. Il avait 20 ans et Jean Vanier venait de fonder la Communauté de l’Arche. Depuis qu’il est à la retraite, Jean-Pierre exprime le désir d’écrire sa vie, d’écrire aussi ce qu’il pense de la fondation de l’Arche :  » Autrement, un jour, je ne pourrais plus raconter ! disait-il.

Il a publié un livre en 2009:  Je n’ai pas peur de devenir vieux.

Voici ce qu’en a dit Jean Vanier: Ce livre est très beau. Il est profondément vrai. Et je suis heureux que Pierrot l’ait écrit. C’est son histoire – une histoire de souffrance et de joie. Pierrot était aux origines de l’Arche. Il est arrivé en décembre 1964 – quelques mois après l’ouverture en août 64. Il était la joie de la petite communauté naissante. Ses chants ont égayé toutes nos fenêtres – et il y en avait beaucoup ! Je suis personnellement très reconnaissant à Pierrot. Sa présence, sa bonne humeur, ses blagues et en même temps son sérieux ont beaucoup contribué à ce que l’Arche devienne ce qu’elle est. Un lieu de guérison des coeurs, un lieu de fête mais aussi un lieu de travail et un lieu où on veut vivre la bonne nouvelle de l’Evangile. Jean Vanier. Source Amazon.fr