« Special Olympics », une histoire commencée en 1968

A lire sur le site de La Croix:

Des « Jeux olympiques » pour changer de regard sur le handicap mental

Les Jeux mondiaux de Special Olympics, compétition sportive dédiée aux personnes déficientes intellectuelles, se disputent jusqu’à dimanche 2 août à Los Angeles (États-Unis). Près de 7 000 athlètes, dont 41 Français, participent à cet événement où l’important n’est pas de remporter des médailles mais de contribuer à changer le regard sur le handicap.

Arnaud Bevilacqua    31/7/15

1968

7 000 athlètes déficients mentaux se rencontrent à l’occasion des Jeux mondiaux des Special Olympics. MARK RALSTON/AFP

Los Angeles accueille avec faste depuis le samedi 25 juillet, et jusqu’à dimanche 2 août, les Jeux mondiaux de Special Olympics, une compétition sportive dédiée aux personnes déficientes intellectuelles.

Près de 7 000 athlètes venus du monde entier sont réunis en Californie pour un événement ouvert par Michelle Obama, la femme du président américain, en compagnie notamment du chanteur Stevie Wonder ou encore du nageur Michael Phelps, sportif le plus titré de l’histoire des Jeux olympiques.

Objectif: partage et dépassement de soi

Pour tous les participants, dont les 41 Français de 12 à 45 ans inscrits dans neuf disciplines qui ont fait le déplacement aux États-Unis, l’objectif n’est pas de ramener le plus de médailles mais surtout de partager une expérience unique et de se dépasser.

Beaucoup ont pris l’avion et quitté aussi longtemps leur famille pour la première fois. Tous ont préparé l’événement depuis de longs mois, à l’image de l’équipe de football à sept, parrainée par l’OGC Nice et qui évolue d’ailleurs à Los Angeles avec le maillot rouge et noir. Le club azuréen a participé à leur sélection et à leur entraînement depuis plus d’un an.

> Relire: L’OGC Nice parraine de jeunes footballeurs déficients intellectuels

« La compétition offre une belle occasion pour ces athlètes de se rencontrer et se découvrir », explique Nathalie Dallet-Fèvre, directrice générale de l’association Special Olympics France, frappée par la joie qui émane des sportifs mais aussi des entraîneurs et des bénévoles.

Représenter les personnes en situation de handicap mental et leurs proches

« Cette aventure les comble de fierté et contribue à changer leur vie. Durant les épreuves, ils peuvent montrer de quoi ils sont capables et qu’ils ont une place dans la société. Ils représentent les 700 000 personnes en situation de handicap mental en France mais aussi tous leurs proches. »

Quelques familles ont fait le déplacement pour encourager les athlètes. « En voyant concourir leurs enfants, certains parents nous disent qu’ils les voient capables d’accomplir des choses qu’ils ne soupçonnaient même pas », raconte Nathalie Dallet-Fèvre.

Parmi les moments forts, la cérémonie d’ouverture devant plus de 60 000 spectateurs restera dans les mémoires comme une de ces expériences de sport unifié qui rassemblent des sportifs en situation de handicap mental ou non. (…)

Lire la suite de l’article.

France – Rapport sur la mise en œuvre de la Convention des droits

A lire sur le site de l’Unapei:

Convention   vivre02_ssrub02.bin

Rapport alternatif sur la mise en œuvre de la Convention internationale des droits des personnes handicapées

Le Conseil français des personnes handicapées pour les questions européennes (CFHE) prépare un rapport pour les Nations-Unies sur la mise en œuvre par la France de la Convention internationale des droits des personnes handicapées. L’Unapei et le CLAPEAHA ont fait parvenir au CFHE leur contribution conjointe.

En 2010, la France a ratifié la Convention internationale des droits des personnes handicapées. En ratifiant ce traité, la France s’engageait à remettre aux Nations-Unies un rapport sur la mise en œuvre de la Convention. Alors que ce rapport gouvernemental se fait toujours attendre, le Conseil français des personnes handicapées pour les questions européennes (CFHE) prépare son rapport alternatif. L’Unapei et le CLAPEAHA lui ont fait parvenir une contribution conjointe (à télécharger ci-dessous). Ce document souligne les nombreux écarts existant entre la Convention et la situation en France dans de très nombreux domaines et contient des propositions pour améliorer l’effectivité des droits des personnes handicapées.

PDF - 498.5 ko
Contribution Unapei-CLAPEAHA au rapport alternatif du CFHE
*********************
Voici un extrait du document:

Contribution de l’Unapei et du CLAPEAHA au rapport alternatif du CFHE sur la mise en œuvre de la Convention internationale des droits des personnes handicapées

Article 9 : Accessibilité
L’Etat français ne peut pas prétendre faire appliquer l’accessibilité universelle sans prendre en compte la spécificité du handicap intellectuel. L’accessibilité intellectuelle est la grande oubliée des normes françaises d’accessibilité. Aujourd’hui, les personnes handicapées intellectuelles restent invisibles, elles n’accèdent que très rarement aux informations, services et produits disponibles pour leurs concitoyens. Il y a également une insuffisante prise en compte des spécificités du handicap intellectuel dans les instances nationales et locales traitant des questions d’accessibilité Ce manque d’accessibilité à la vie de la cité exclut fortement les personnes handicapées et leur dénie le statut de citoyen. (…)

La prise de possession des logements est prévue pour novembre

 A lire sur le site L’Action:

Défis-logis : le chantier va bon train

Élise Brouillette    Publié le 15 juillet 2015
logements

Louise Roy (architecte), Richard Saumure (Défis-logis), Lise Rainville (Défis-logis), Louis-Philippe Ricard, Édith Maillé, Jean Roy (Défis-Logis), Maude Cayouette, (GALOP), André Hénault (Saint-Charles-Borromée), Mathieu Bélisle (Caisse de Joliette), France Lacroix (Caisse de Joliette) et Mario Gélinas (entrepreneur).
TC Media – Élise Brouillette

Le projet d’habitation de Défis-logis Lanaudière, qui s’adresse à des adultes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre autistique, est en pleine réalisation. Le chantier va bon train et la prise de possession des logements est prévue pour le mois de novembre.

Afin de souligner l’avancement des travaux, Défis-logis a organisé un événement « coup de marteau » où étaient présents les partenaires du projet.

Le bâtiment, qui compte douze logements supervisés, est érigé sur la rue Marie-Curie, à Saint-Charles-Borromée, à quelques pas du Centre hospitalier régional de Lanaudière (CHRDL).

Ce projet vient répondre à un grand besoin puisqu’actuellement, les adultes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre autistique n’ont d’autres choix que de demeurer avec leur famille naturelle ou en famille d’accueil.

Le projet d’habitation leur permettra donc de s’émanciper en ayant accès à un milieu de vie supervisé et adapté.

Une procédure de sélection a été mise en place et la liste d’attente compte une quarantaine de candidats potentiels. C’est le Groupe d’aménagement de logements populaires de Lanaudière (GALOP) qui est responsable de la gestion du processus.

Les derniers mois

Au cours des derniers mois, l’engagement définitif de la Société d’habitation du Québec a été obtenu et la construction de l’immeuble a été confiée à l’entrepreneur Mario Gélinas. Rappelons que la valeur de ce projet est d’environ deux millions de dollars. De son côté, Défis-logis devait avancer quelque 400 000 $ à titre de contribution du milieu. Afin d’atteindre cet objectif, plusieurs événements ont été organisés, dont une soirée de dégustation de bières et de bouchées en avril dernier. (…)

Lire la suite de l’article.

Martine Létourneau liked this post

Google a souligné l’ouverture des Jeux Olympiques Spéciaux de Los Angeles

A lire sur le site France-Soir:

Google: un Doodle pour célébrer les Jeux olympiques spéciaux 2015

Publié le :  Samedi 25 Juillet 2015     Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

Google

Google a créé vendredi 24 un Doodle mettant en scène des personnages en train de nager, de courir, de soulever des poids ou encore de jouer au ballon au sein de la même pelouse verdoyante. ©Google

Ce samedi, s’ouvrent les Jeux olympiques spéciaux 2015 à Los Angeles (Californie, États-Unis). A ne pas confondre avec les Jeux paralympiques, ces Jeux, qui s’adressent à des personnes en situation de déficience intellectuelle âgées de 8 à 80 ans, se dérouleront jusqu’au 2 août. Peu connus en France, ils sont l’objet une véritable fête aux Etats-Unis. C’est pourquoi, Google a créé vendredi 24 un Doodle mettant en scène des personnages en train de nager, de courir, de soulever des poids ou encore de jouer au ballon au sein de la même pelouse verdoyante.

Créés en 1698 par la sœur du président américain John Fitzgerald Kennedy, Eunice Kennedy Shriver, car l’une de leur sœurs, Rosemary Kennedy, souffrait d’un handicap suite à une lobotomie, ces Jeux mettent d’avantage l’accent sur la tolérence et la participation de chacun que sur l’exploit sportif. En effet, à l’issue de la compétition qui n’en est donc pas vraiment une, tous les athlètes reçoivent une médaille pour leur participation.

Cette année, plus de 6.500 sportifs des quatre coins du monde sont attendus pour pratiquer athlétisme, badminton, basket-ball, Boccia (sport ressemblant à la pétanque), bowling, cyclisme, équitation, football, golf, gymnastique, haltérophilie, handball, natation, patinage à roulettes, softball (sport ressemblant au baseball), tennis, tennis de table, voile ou encore volley-ball.

La cérémonie d’ouverture de ce samedi mettra en scène les chanteurs Stevie Wonder, Avril Lavigne et Nicole Scherzinger, ou encore l’humoriste Jimmy Kimmel.

Pour plus de détails sur le programme des Jeux, rendez-vous sur le site officiel Serial Olympics World Games Los Angeles 2015. 

Les autres articles du dossier :  Google Doodle

Martine Létourneau liked this post

Après la Chine, Chypre, la Grèce et le Portugal, Alexandre va aux États-Unis

A lire sur le site L’Essentiel:

Alexandre Teixeira va vivre son rêve américain

Nicolas Martin/L’essentiel     23 juillet 2015

LUXEMBOURG – Dès ce samedi, Alexandre Teixeira-Badois disputera, en Californie, les Special Olympics World Games. Avec l’équipe grand-ducale de basket.

Alexandre

«En onze ans avec Special Olympics, je suis allé en Chine, à Chypre, en Grèce, au Portugal… mais jamais aux États-Unis. Jouer le tournoi de basket dans ce pays où ce sport est si réputé, c’était mon objectif». (photo: L’essentiel)

Les Special Olympics World Games, Alexandre Teixeira-Badois connaît. À Los Angeles, l’habitant de Hoscheid/Dickt prendra part, à 23 ans, à sa troisième édition, après Shanghai (2007) et Athènes (2011), à partir de samedi. Mais cette fois, ce n’est plus en football qu’il défendra les couleurs du Grand-Duché lors de ces Jeux dédiés aux personnes atteintes de déficience intellectuelle, mais en basket.

Parti le 20 juillet au sein d’une délégation luxembourgeoise de 38 sportifs (dans huit disciplines), 17 encadrants et deux arbitres, il va découvrir les États-Unis. «En onze ans avec Special Olympics, je suis allé en Chine, à Chypre, en Grèce au Portugal… mais jamais aux États-Unis. Jouer le tournoi de basket dans ce pays où ce sport est si réputé, c’était mon objectif», insiste-t-il. Et même lorsqu’il s’est blessé à un doigt en mars dernier, il a tout fait pour revenir vite et ne pas rater ce rendez-vous. «J’ai envie de prouver à mon équipe que je suis là pour elle, que je peux l’aider», souligne-t-il, avant d’ajouter qu’il faudra «toujours se battre jusqu’à la dernière minute».

S’il aimerait décrocher une médaille, Alexandre Teixeira-Badois sait que le sport lui apporte déjà bien plus. «C’est un moyen de tenir la forme et de ne pas rester trop à la maison. On y rencontre d’autres personnes», assure-t-il. (…)

Lire l’article complet.