Handicap mental en Syrie

À lire sur le site Journal chrétien:

SYRIE : Des chrétiens au secours des enfants handicapés mentaux

Publié le 21 Jan 2016    par Reto Baliarda

En Syrie, les centres Le Sénevé accueillent des milliers d’enfants handicapés mentaux qui reçoivent un soutien psychologique et un encadrement scolaire. Les centres sont aménagés de manière à permettre l’encadrement spécifique de ces enfants cinq jours sur sept, dans le but de leur faciliter leur intégration dans la société syrienne.

Pour des millions de Syriens, la vie dans leur patrie ravagée par la guerre représente une lutte quotidienne. La situation est encore plus difficile pour les enfants handicapés mentaux. Dorénavant, l’organisation Solidarité Chrétienne Internationale soutient l’association Le Sénevé qui est responsable de quatre centres d’enseignement spécialisé en Syrie. Les centres Le Sénevé accueillent 3000 enfants.

Dans les centres Le Sénevé, les enfants sont suivis de façon personnalisée. csi

Dans les centres Le Sénevé, les enfants sont suivis de façon personnalisée. csi

En plus du soutien psychologique et de l’encadrement scolaire, ils aident également des personnes démunies et déplacées à Homs en fournissant de la nourriture, des vêtements et des médicaments à 6000 familles qui souffrent tout particulièrement des suites de la guerre. Nombre d’entre elles ont pu retourner à Homs.

Les conditions de vie des enfants handicapés ont toujours été difficiles en Syrie. On estime qu’avant que la guerre civile éclate en mars 2011, quelque 500 000 personnes souffrant d’un handicap mental vivaient en Syrie. Nous ignorons combien d’entre eux ont perdu la vie au cours d’une guerre qui a déjà fait 215 000 morts.

Le centre est détruit

Il est certain que le conflit n’a fait qu’empirer la détresse des enfants handicapés mentaux, avant tout parce que la majorité des institutions spécialisées du pays ont dû être fermées. À Homs, Le Sénevé n’a pas échappé à cette fatalité. Ce centre visant à développer le potentiel des enfants handicapés mentaux a fermé ses portes en novembre 2011, suite à la fuite d’un grand nombre de familles et de membres du personnel d’encadrement. Cette fermeture n’a fait qu’anticiper la destruction totale des bâtiments en mars 2015.

Mais les Sœurs du Sacré-Cœur, responsables de l’association Le Sénevé, n’ont pas abandonné. À peine deux mois plus tard, elles ont ouvert un nouveau centre à Al Nouzha, un quartier plus sûr de Homs. Malgré la situation sécuritaire précaire qui règne dans la troisième ville syrienne, l’association n’a cessé de se développer au cours de ces dernières années. C’est ainsi que le quatrième centre a pu ouvrir ses portes en mars 2015. Sœur Samia Jerij ose des pronostics optimistes: «Cette année, nous pourrons encore ouvrir un cinquième centre. Au total, nous serons donc en mesure d’accueillir 125 enfants âgés de 5 à 18 ans.»

Les enfants sont soutenus dans tous les domaines

Les centres sont aménagés de manière rationnelle, pour permettre l’encadrement spécifique de ces enfants cinq jours sur sept, dans le but de leur faciliter leur intégration dans la société syrienne. Le personnel au bénéfice d’une formation pédagogique dispense un enseignement adapté aux capacités de chacun dans des classes de plusieurs niveaux. Les enfants apprennent à lire, à écrire et à calculer, mais ils peuvent aussi développer leur potentiel personnel dans différents ateliers, qu’ils soient artistiques ou informatiques, par exemple.

Dans les centres Le Sénevé, les enfants sont suivis de façon personnalisée. csi

Dans les centres Le Sénevé, les enfants sont suivis de façon personnalisée. csi

(…)

Lire l’article complet.