Cette invention pourrait aussi servir en déficience intellectuelle, non?

À lire sur le site Le Blogue Emploi Handicap:

Bague de lecture pour personnes malvoyantes

 

FingerReader, est un dispositif permettant de retranscrire des textes à voix haute. Une bague ingénieuse qui  facilite le quotidien des lecteurs souffrant de déficience visuelle.

invention

Concrètement, comment ca fonctionne ?

L’objet s’enfile sur l’index, tel une bague. Il s’agit en réalité d’un mini scanner équipé d’une micro caméra haute-définition ainsi que d’un système à retour d’effet et d’un logiciel d’analyse et de synthèse vocale. Relié à un ordinateur, FingerReader retranscrit alors oralement tout ce qui défile sous le doigt du lecteur. Un véritable appareil intelligent grâce auquel les malvoyants accèdent à toutes les lectures (livres et textes du quotidien confondus) n’ayant jamais été traduites en braille. De même, il fonctionne aussi bien sur un support papier que sur un support numérique tel qu’une liseuse ou une tablette. Et autre atout de l’objet  : il possède un système d’alerte vibrant et sonore qui se déclenche dès lors que le lecteur ne suit plus bien les lignes ou qu’il en saute une  ! Un concentré de technologie  !

Développé par une équipe de chercheurs du laboratoire de recherche de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT), le FingerReader n’en est qu’à l’étape de prototype (à ce jour la vitesse de lecture est encore un peu lente et la voix éraillée). (…)

Une importante subvention pour la recherche sur l’autonomie résidentielle

À lire sur le site UQTR:

Trouver des solutions pour l’autonomie en milieu résidentiel

Reconnu depuis 10 ans pour ses travaux servant à améliorer l’autonomie des personnes vivant avec une déficience intellectuelle, le professeur Dany Lussier-Desrochers vient de recevoir une importante subvention de près de 120 000$ du Ministère des Services sociaux et communautaires de l’Ontario. Cette somme servira à trouver de nouvelles solutions numériques pour aider ces personnes à vivre en milieu résidentiel de façon autonome et sécuritaire.

subvention

Dany Lussier-Desrochers, professeur au Département de psychoéducation de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

D’ici septembre 2019, le professeur du Département de psychoéducation de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), souhaite développer une application qui permettra non seulement de sélectionner les meilleures technologies pour guider les personnes dans leurs tâches quotidiennes, mais également de mieux comprendre où sont les principales difficultés rencontrées par ceux-ci.

«L’environnement domiciliaire devient de plus en plus technologique. On n’a qu’à penser aux panneaux de contrôle des appareils électroménagers ou encore à la numérisation de la télévision. Ces nouvelles technologies, qui bien souvent demandent un certain niveau d’effort ou connaissance pour les utiliser, ne sont pas développées en tenant compte des défis que peuvent rencontrer les personnes vivant avec un handicap. Grâce à notre application, nous allons savoir où se situent exactement les difficultés des utilisateurs, afin de proposer des solutions qui les aideront rapidement», explique M. Lussier-Desrochers.

Quelques applications sont déjà disponibles sur le marché pour aider les personnes à bien accomplir les tâches domiciliaires, mais elles ne sont souvent pas développées spécialement pour les personnes présentant une déficience intellectuelle. La taille des icônes ou la présentation des informations ne répondent pas toujours à leurs besoins. De plus, ces applications doivent constamment être des mises à jour, ce qui fait en sorte que les personnes ayant un handicap doivent chaque fois réapprendre à les utiliser.

(…)

Lire la suite…