Des rapports accablants publiés en catimini sur les services aux personnes handicapées

catimini

À lire sur le site de L’Association du Québec pour l’intégration sociale (AQIS):

L’état lamentable des services aux personnes handicapées confirmé dans quatre rapports publiés en catimini par le gouvernement du Québec

21 juin 2017

Voici des informations vous mettant au parfum des démarches entreprises par l’AQIS et certains de ses partenaires suite à la publication des rapports d’évaluation de la politique À part entière par l’OPHQ.

Le gouvernement du Québec – par le biais du site Internet de l’Office des personnes handicapées du Québec (OPHQ) – a publié le 20 juin 2017 quatre rapports sur la qualité des services rendus aux personnes handicapées dans le cadre de la politique À part entière. L’AQRIPH, la COPHAN et l’AQIS souhaitent dénoncer cette diffusion en catimini, à l’abri des médias et de la population, 4 jours après la fin de la session parlementaire.

Ces importants rapports, rédigés et publiés par l’OPHQ sont très critiques à l’égard du gouvernement du Québec. Rappelons que la politique À part entière, adoptée en 2009, visait notamment à offrir aux personnes handicapées la possibilité de se maintenir à domicile grâce à des services adaptés, de se déplacer de façon plus autonome et de favoriser l’accès aux communications, à la culture et aux espaces publics. Sur tous ces sujets, les conclusions de l’OPHQ sont sans appel : non seulement il n’y a pas eu d’avancées, mais au contraire, le Québec fait face à d’importants reculs.

Ces conclusions viennent confirmer ce que nos différents organismes voient et dénoncent depuis plusieurs années, et ce partout sur le territoire québécois. En effet, il ne passe pas une semaine sans que nous ne soyons saisis de situations de coupures ou de refus de services dans toutes les sphères de la vie des personnes handicapées.

Ø  Le communiqué de presse complet de l’AQIS est disponible à l’adresse suivante : https://www.aqis-iqdi.qc.ca/docs/Communique_21-06-17.pdf. Les rapports de l’OPHQ sont disponibles à l’adresse suivante : https://www.ophq.gouv.qc.ca/loffice/loi-et-politiques/politique-a-part-entiere/evaluation-de-lefficacite-de-la-politique.html

L’AQIS lance un appel è l’unité aux partis d’opposition face à la situation des personnes handicapées

L’AQIS a également sollicité l’appui de trois députés des partis d’opposition à l’Assemblée nationale – Mme Manon Massé (QS), députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques; M. Dave Turcotte (PQ), député de Saint-Jean ; et M. François Paradis (CAQ), député de Lévis – connus pour leur soutien aux personnes handicapées.

En interpelant ces trois députés, l’AQIS souhaite que les différents partis politiques présents à l’Assemblée nationale prennent des engagements forts en faveur des personnes handicapées, et notamment en déficience intellectuelle, et ce en dépassant les lignes de partis.

Dans cet esprit, l’AQIS continuera de collaborer avec ces partis, tout en se préparant à une mobilisation en faveur d’un rehaussement des services dans la prochaine année.

L’AQIS invite également la population à écrire à leurs députés afin de leur demander de dépasser les lignes de parti et d’appuyer les revendications des personnes handicapées.

Ø  La lettre complète adressée par l’AQIS aux trois députés de l’opposition officielle est disponible à l’adresse suivante : http://www.aqis-iqdi.qc.ca/1653/Mobilisation.aqis

Réactions médiatiques

Suite à la publication du communiqué de presse, un article a été publié dans Le Devoir, portant sur la situation.

Celui-ci s’inscrit dans la même lignée que le reportage et la nouvelle publiés par Radio Canada dans les dernières semaines.

 

 

Recherche – Un possible traitement pour l’alcoolisme foetal

À lire sur le site Science et Vie:

alcoolisme foetal

© daquellamanera/Flickr/CC-BY-2.0

Chez les nouveaux-nés dont la mère a consommé de l’alcool pendant la grossesse, le handicap mental pourrait être prévenu avec la metformine et la thyroxine, utilisées communément chez les diabétiques et les malades de la thyroïde, selon une étude américaine.

La consommation d’alcool par les femmes enceintes est à l’origine de troubles neurologiques et développementaux qui constituent la première cause de handicap mental non génétique : en France, ils concernent au moins 1 % des naissances, soit environ 8000 nouveaux-nés par an. Or, alors qu’il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement, l’équipe d’Eva Redei (Université Northwestern de Chicago, aux États-Unis) a découvert que deux molécules déjà commercialisées pouvaient annihiler certains effets de l’alcoolisation fœtale, en particulier ceux sur la mémoire et l’apprentissage.

Les chercheuses ont constaté que l’alcool entraîne, chez des rates gestantes comme chez leurs petits, un déficit en thyroxine (une hormone produite par la thyroïde et impliquée dans le développement cérébral) et, au contraire, un excès de sucre dans le sang. Elles ont alors administré à des rats nouveaux-nés de la thyroxine et de la metformine, un médicament utilisé dans le diabète pour son effet hypoglicémiant (diminuant le taux de sanguin de sucre).

Les souris traitées recouvraient une mémoire normale à l’âge adulte

Outre la normalisation immédiate des concentrations dans le sang de thyroxine et de sucre chez les rats nouveaux-nés, ce traitement a également eu des effets à long terme : une fois devenus adultes, les rats alcoolisés pendant la vie fœtale affichaient des capacités de mémorisation identiques à celles de rats non alcoolisés.

(…)

Lire la suite…