France – Un nouveau lieu d’insertion par le travail aux Ageux

À lire sur le site Le Parisien:

Un institut aux Ageux pour l’insertion des jeunes handicapés mentaux

Hervé Sénamaud |

Les Ageux, mardi 24 mai. A l’institut médico-professionnel de la Nouvelle Forge, l’activité jardinage est l’une des favorites des 47 jeunes de 13 à 20 ans accueillis sur place en raison d’une déficience intellectuelle légère ou d’un autisme. (LP/Hervé Sénamaud.)

Les Ageux, mardi 24 mai. A l’institut médico-professionnel de la Nouvelle Forge, l’activité jardinage est l’une des favorites des 47 jeunes de 13 à 20 ans accueillis sur place en raison d’une déficience intellectuelle légère ou d’un autisme. (LP/Hervé Sénamaud.)

Officiellement inauguré mardi après-midi aux Ageux, l’Institut médico-professionnel de la Nouvelle Forge (IMPro) a en réalité ouvert ses portes il y a sept mois. Transférée de Longueil-Annel, la structure a trouvé ici un cadre plus conforme à son ambition de faciliter l’insertion de ses jeunes pensionnaires.

Ils sont 47 adolescents âgés de 13 à 20 ans, avec une déficience intellectuelle légère ou une forme d’autisme. « La question de l’insertion est encore plus essentielle pour eux qui souffrent d’un handicap, estime le Dr Bernard Durand, président de l’association la Nouvelle Forge. L’objectif reste que tous occupent un poste de travail adapté à leurs capacités. » Ce pourra être en milieu ordinaire pour certains, dans un service d’aide par le travail pour les autres.

Pour s’y préparer, l’IMPro leur propose une large palette d’ateliers et d’activités. « Je fais un atelier différent tous les matins, explique Baptiste, 18 ans. De la menuiserie, des cours et, ce que je préfère, les espaces verts. J’aimerais bien travailler dans cette branche plus tard. » Une passion que semblent partager d’autres jeunes résidents. « Moi aussi j’aime le jardinage, mais je fais aussi de l’esthétique et de la couture », raconte fièrement Clara, 18 ans. « On travaille aussi sur un projet de spectacle équestre à Laigneville », ajoute Lyvan, 19 ans.

L’idée est aussi de changer le regard des autres sur ces jeunes différents mais attachants. (…)

Lire la suite.

 

Martinique – Une application numérique pour la monnaie

À lire sur le site Martinique 1ère:

OTO, l’application pour aider les handicapés mentaux à régler leurs achats

Grégory Gabourg  Publié le

Permettre à des handicapés mentaux de payer leurs articles sans se tromper, c’est la fonction d’une application numérique baptisée OTO. Le programme, conçu par une éducatrice martiniquaise, sera bientôt disponible sur Internet.

© MARTINIQUE 1ERE Sophie Guitteaud est à l'origine de cette application.

© MARTINIQUE 1ERE Sophie Guitteaud est à l’origine de cette application.

OTO, c’est le nom de cette application 100 % locale destinée aux personnes en situation de handicap mental. Elles les aide à régler leurs achats en espèces. Concrètement, l’utilisateur entre sur sa tablette ou sur son portable la somme demandée. En retour, l’application lui indique les billets et pièces qu’il doit remettre et éventuellement ce que le commerçant doit lui rendre.

Ce programme est l’œuvre d’une Martiniquaise, Sophie Guitteaud. Elle est enseignante spécialisée en Île-de-France auprès d’enfants autistes ou qui souffrent d’autres troubles mentaux, comme la trisomie 21. L’éducatrice avait remarqué, au fil du temps, que ses élèves avaient du mal à utiliser correctement l’argent qu’ils avaient en leur possession. Problème réglé, en principe, avec cet outil.

Mise en service en juin

Ne cherchez pas l’application sur les plateformes sur le net. Elle sera disponible début juin au plus tard. Elle est développée par la société Otonomy, dont le siège social est basé en Martinique.

(…)

Elle sait aussi que cette application profitera à des centaines de Martiniquais et Martiniquaises. On recense, dans l’île, plus d’un millier de travailleurs souffrant d’un retard mental.

Lire l’article complet.