L’activité industrielle est un moyen de développer les fonctions cognitives

À lire sur le site L’usine nouvelle:

Quand l’insertion passe par l’industrie

Texte Cécile Maillard Photos pascal guittet   Publié le

Dans ses usines de câbles, la fondation Amipi permet à des personnes souffrant de déficience cognitive de se développer pour ensuite s’insérer en milieu ordinaire.

industrielle

Dans le site Amipi de Nantes, toute l’organisation du travail a été pensée pour favoriser les apprentissages et la polyvalence des opérateurs.

Des mains agiles assemblent des câbles de diamètre et de couleur différents, certains fils rejoignent l’ensemble en cours de montage, d’autres en sortent avant la fin. À l’issue du processus, apparaît un long faisceau aux multiples ramifications. Après contrôle électrique, il partira équiper les voitures de PSA ou de Renault. Dans les locaux lumineux et flambant neufs de l’ « usine de production, d’apprentissage et d’insertion » de la fondation Amipi-Bernard Vendre dans la banlieue de Nantes (Loire-Atlantique), plusieurs opérateurs procèdent à ces assemblages complexes, aidés visuellement, si besoin, par un schéma du faisceau, reproduit sur la table de montage. Des salariés comme les autres, mais recrutés par la fondation en raison de leur handicap mental.

Dans les années 1960, Maurice Vendre, le fondateur d’Amipi, est parti d’une conviction personnelle forte, validée depuis par l’expérience et la recherche : l’activité manuelle, notamment industrielle, est un moyen de développer les fonctions cognitives. Dans les six sites de production d’Amipi (Cholet, Angers, LeMans…), au statut d’entreprises adaptées, travaillent désormais 833 salariés, dont 715 travailleurs handicapés. Avec une double ambition de leur employeur : répondre aux exigences, très fortes, de l’industrie automobile, et apporter un développement cognitif suffisant à ses salariés pour qu’ils quittent un jour ces usines et s’insèrent dans le monde du travail ordinaire [lire le témoignage ci-contre]. « Nous devons faire des usines apprenantes, à des coûts acceptés par nos clients, résume le président de la fondation, Jean-Marc Richard. C’est possible grâce aux aides de l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph) et parce que nos clients acceptent un léger surcoût au nom de leur RSE. » Ici, les salariés sont rémunérés 1,2 fois le smic.

Le câble, support d’apprentissage idéal

L’activité de câblage a été identifiée comme un support d’apprentissage idéal : les tâches sont encore très manuelles, elles se décomposent en multiples sous-tâches, et l’activité permet de produire de gros volumes. Dans le site de Nantes, toute l’organisation du travail a été pensée pour favoriser les apprentissages. Le site rassemble deux activités auparavant séparées, la coupe des câbles et leur montage ; se sont ajoutés les magasins matières premières et produits finis. « Pour nos opérateurs, cela représente l’opportunité de passerelles entre métiers, accentue leur polyvalence, une polyvalence nécessaire tant pour leur développement que pour leur insertion future« , explique Doriane Pastor, la directrice du site. Si tout va bien, tous les trois ou quatre mois, les opérateurs changent de poste, passent de gestes simples à d’autres plus complexes. Certains travaillent en maintenance, quelques heures par semaine, ou aux magasins, par roulement. D’autres ont été formés à la pédagogie et accompagnent les nouveaux arrivants. Mot d’ordre : « Ne pas s’ennuyer ». La direction a banni les gestes simples et répétitifs, qui ne mobilisent pas les compétences cognitives, elle a par exemple conservé du soudage manuel de câbles, le plus souvent effectué dans des pays à bas coût de main-d’œuvre. Et si le conseil d’administration a choisi d’investir dans un stockeur automatique, c’est parce qu’il permettait une utilisation de l’informatique.

(…)

Lire la suite…

 

 

 

 

Recherche – Déficience intellectuelle, aînés et vie communautaire

À lire sur le site Le Recherché:

Accroître la participation des aînés présentant une DI à la vie communautaire… une activité à la fois!

Numéro 158 • 20 juin 2018

Par Cathy Bourgeois, responsable des activités de recherche à l’Institut universitaire en DI et en TSA

 

vie communautaireEn collaboration avec madame Élise Milot, professeure adjointe à l’École de travail social et de criminologie de l’Université Laval, chercheuse de l’Institut universitaire en DI et en TSA et au Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale.

Au cours des dernières semaines, madame Élise Milot a obtenu une subvention dans le cadre du programme de Subventions d’engagement partenarial du Conseil de recherches en

sciences humaines du Canada (CRSH) afin de réaliser un projet de recherche. Dans le but de favoriser l’inclusion   sociale des aînés présentant une déficience intellectuelle (DI), l’équipe de madame Milot développera un  programme qui s’inspire du « mentorat actif » en étroite collaboration avec le Centre de parrainage civique de Québec et l’Association pour l’intégration sociale. Ce programme misera sur le jumelage entre un bénévole et un aîné présentant une DI. Chaque bénévole recevra une formation pour faciliter la participation de l’aîné à une  activité de loisirs ou de bénévolat de son choix (ex : chorale, cuisine communautaire). En plus de définir les composantes du programme, cette recherche identifiera les facteurs à prendre en considération pour favoriser son implantation. Elle contribuera également à bonifier l’offre de services du Centre de parrainage civique de Québec et, éventuellement, celle d’autres centres.

Jusqu’à maintenant, l’équipe a produit un résumé des écrits sur le «mentorat actif» en tant que soutien à l’inclusion sociale des aînés présentant une DI. Elle réalisera ensuite des entrevues individuelles auprès de 15 répondants, incluant 10 bénévoles, intervenants ou proches ayant de  l’expérience auprès de cette clientèle ainsi que 5 aînés engagés dans des activités communautaires.

Enfin, des rencontres avec les organismes partenaires permettront de discuter des résultats de ces entrevues, mais aussi de planifier l’implantation du programme. Les résultats de ce projet sont attendus en avril 2019.

TITRE DU PROJET

Miser sur le mentorat actif pour favoriser l’inclusion sociale des aînés présentant une déficience intellectuelle

Équipe

  • Élise Milot, professeure adjointe à l’École de travail social et de criminologie de l’Université Laval, chercheuse de l’Institut universitaire en DI et en TSA et au Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS);
  • Martin Caouette, professeur au Département de psychoéducation de l’Université du Québec à Trois-Rivières, chercheur de l’Institut universitaire en DI et en TSA et au CIRRIS
  • Émilie Raymond, professeure adjointe à l’École de travail social et de criminologie de l’Université Laval et chercheuse au CIRRIS;
  • Marie Grandisson, professeure au Département de réadaptation de l’Université Laval, chercheuse de l’Institut universitaire en DI et en TSA et au CIRRIS.

Partenaires

  • Centre de parrainage civique de Québec (partenaire principal);
  • Association pour l’intégration sociale de Québec (collaborateur).