Pourquoi Sterenn, atteinte de Trisomie 21, se voit-elle systématiquement refuser l’accès aux cours de danse?

À lire sur le site Le Télégramme:

Danse. Le combat d’un père pour sa fille atteinte de trisomie 21

Sterenn

La famille Colson, en compagnie de Sterenn.

Depuis septembre 2013, Sterenn Colson, jeune fille atteinte de Trisomie 21, se voit systématiquement refuser l’accès aux cours de danse du conservatoire de Sarzeau. Sa famille y voit une discrimination, quand du côté des élus, on invoque un manque de place. Son père en a fait un combat personnel.

La gorge se noue, le filet de voix se fait plus aigu. Les yeux rivés sur les dizaines de lettres, courriers et demandes adressés ces dernières années, Christian Colson vide son sac, clame son incompréhension et exige des réponses.

Pourquoi sa fille Sterenn, aujourd’hui âgée de 19 ans, atteinte de Trisomie 21, se voit-elle systématiquement refuser l’accès aux cours de danse du Conservatoire de Sarzeau, s’interroge-t-il ? Et ce, depuis la rentrée 2013.

Les récentes élections municipales au Tour-du-Parc (56), où réside la famille, ont permis à Christian Colson de porter à la connaissance du public son histoire, à l’occasion notamment de deux réunions publiques. « Les deux candidats, François Mousset et Patricia Olivier, m’ont dit qu’ils me soutiendraient. J’attends maintenant des actes de la part de M. Mousset, qui a été réélu », assure Christian Colson. Le père de famille cherche notamment un soutien pour appuyer son appel auprès de Golfe du Morbihan Vannes agglomération, dont dépend le Conservatoire de Sarzeau, établissement communautaire.

Deux filles acceptées… mais pas Sterenn

Les prémices de cette histoire remontent à 2012. Sterenn, âgée de 14 ans, participe lors de l’année 2012-2013, avec sa sœur Bleuenn, à un cours « hors cursus » pour débutants au conservatoire de Sarzeau.

Pour des raisons de réorganisation, ce cursus s’arrête à l’été 2013, obligeant la structure à réorienter les jeunes filles. Bleuenn, 12 ans, est affectée au cycle 2 (intermédiaire) ; Liezenn, la petite dernière âgée de 8 ans, est affectée au cycle 1 (débutant) et Sterenn… rien. « On n’a pas compris, tout s’était bien passé la première année. On nous a expliqué qu’il n’y avait pas de place pour notre fille. Pourtant, nos autres enfants, « valides », n’ont eu aucun souci.

Une fois, on se dit que ce n’est pas de chance ; au bout de cinq fois, c’est autre chose… »

Parce que la situation se répète en septembre 2014, 2015, 2016 et 2017. Avec toujours le même argument : il n’y a pas de place pour Sterenn.

« Toutes les poursuites ont été classées sans suite »

Pierre Le Bodo, président de l’agglo, est mis en cause, au même titre que David Lappartient et Gérard Labove, anciens présidents de la communauté de communes de la presqu’île de Rhuys. L’actuel président de Golfe du Morbihan Vannes agglomération se défend de toute discrimination.

« La situation est bien moins simple qu’elle n’y paraît. On a toujours accueilli des personnes handicapées dans toutes nos structures. Suite aux précédentes plaintes, nous avons déjà été auditionnés, mais tout a été classé sans suite. Signe que nous n’avons rien à cacher ou à nous reprocher ».

Karine Le Breton, directrice générale adjointe des services à la population, précise : « Il n’a jamais été question d’un rejet de Sterenn mais des raisons pragmatiques. Évoluant en âge (Sterenn a 19 ans), il y a de moins en mois de débutants. Et il faut aussi prendre en compte que cela demande une prise en charge particulière. Des propositions vers d’autres activités ont été proposées, et souvent refusées ».

(…)

Lire la suite…

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *