Un partage de savoir, un partage de vie

À lire sur le site France Bleu:

Moselle : une caravelle construite par de jeunes déficients intellectuels mise à l’eau à Guénange

jeudi 12 juillet 2018  Par Magali Fichter

Elle s’appelle le « Point du jour » et elle va voguer sur les lacs de Moselle et dans toute la France : cette caravelle inaugurée ce jeudi à la base de voile de Guénange est un peu particulière, puisqu’elle a été construite, pendant trois ans, par une équipe de jeunes de l’IME de Pierrevillers.

partage

Toute l’équipe devant la caravelle flambant neuve © Radio France – Magali Fichter

C’est une petite caravelle rouge vif, un bateau dériveur à voiles. Elle a été baptisée et mise à l’eau ce jeudi à la base de voile de Guénange. Ce bateau a été fabriqué, pendant trois ans, par une équipe d’une quinzaine de jeunes de l’Institut médico-éducatif (IME) « Le Point du Jour » de Pierrevillers, dont il porte d’ailleurs le nom.

Trois ans de travaux

L’histoire commence avec une rencontre entre un bénévole de la Société nautique de Basse-Moselle et un éducateur technique de l’IME, menuisier de formation. Ils décident de rénover, puis finalement de construire de A à Z, une caravelle toute neuve pour le club, en mettant à contribution des jeunes de l’atelier bois de l’institut. Ils ont 14 à 20 ans, souffrent de déficience intellectuelle, mais pendant trois ans, ils vont apprendre les techniques de la menuiserie nautique, selon leurs compétences propres, du ponçage à la conception de pièces plus techniques.

La mise à l'eau du bateau - Radio France
La mise à l’eau du bateau © Radio France – Magali Fichter

« Un partage de savoir, un partage de vie, il y a eu vraiment des échanges en continu sur ces trois années. Les jeunes ont vraiment été valorisés, et c’est une grande fierté pour eux« , explique Denise Brochetto, la directrice de l’IME.

Un apprentissage en équipe

Les prénoms des jeunes gravés dans le bateau - Radio France
Les prénoms des jeunes gravés dans le bateau © Radio France – Magali Fichter

Ce jeudi, ils ont pu enfin mettre leur bateau flambant neuf à l’eau, avec un détail émouvant : sur la coque, leurs prénoms ont été gravés, comme celui de Tayib, 16 ans : « Cela m’a fait plaisir d’avoir mon nom dans le bateau. C’était beaucoup de travail, et aujourd’hui, je suis fier« . Maurice, l’éducateur, a appris en même temps que les jeunes, lui qui avait plus l’habitude de concevoir des meubles et des escaliers que des bateaux : « C’est sûr que cela n’a pas été facile, parce qu’il fallait tout faire, mais on a su décortiquer et chacun a trouvé sa place. C’était surtout un travail d’équipe« .

Une caravelle qui va voyager

(…)

Lire la suite…

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *