Maroc – La scolarité des personnes en situation de handicap mental en péril

À lire sur le site Le Matin:

L’UNAHM dénonce le reniement par les responsables des lois et des conventions

 H.E.H,

scolarité

Plus de 150 associations du handicap mental se sont jointes à l’appel de l’Union nationale des associations œuvrant dans le domaine du handicap mental (UNAHM) pour dénoncer les dernières décisions des responsables de la subvention d’appui à la scolarité des personnes en situation de handicap mental.

Les responsables de la subvention d’appui à la scolarité des personnes en situation de handicap mental ont pris dernièrement certaines décisions qui pourraient priver certains enfants en situation de handicap de leur droit à l’éducation. Pour l’Union nationale des associations œuvrant dans le domaine du handicap mental, c’est la goutte qui a fait déborder le vase. L’UNAHM a d’ailleurs publié un communiqué dernièrement pour exprimer sa colère et appeler les autorités à trouver une solution rapide afin de garantir les droits des personnes en situation de handicap.

«Il est de notoriété publique que dans notre pays, les associations œuvrant dans le domaine du handicap mental vivent depuis leurs créations de grandes difficultés dans l’exercice de leurs responsabilités. Cette situation est la conséquence de la démission du gouvernement de sa responsabilité de mettre en place les moyens légaux, logistiques et financiers pour garantir les droits des personnes en situation de handicap. C’est aussi le résultat du reniement des lois et des conventions internationales signées et ratifiées par le Maroc par les responsables qui sont à la tête d’institutions partenaires des associations et d’organisations assumant et réalisant des projets en faveur des personnes en situation de handicap», souligne l’UNAHM dans son communiqué. «Les associations endurent de plus en plus de souffrance dans les relations avec l’administration, vivent de plus en plus dans l’insécurité et voient des acquis retirés les uns après les autres, des recommandations non prises en compte, des projets et des mémorandums mis dans les tiroirs.

Cette année, en juin 2018, les responsables de la subvention d’appui à la scolarité des personnes en situation de handicap mental ont décidé de lancer l’appel à projets à la veille de l’Aïd al Fitr et à la fin de l’année scolaire, en donnant un délai de 30 jours ouvrables pour réunir toute une liste de documents digne d’un “dossier ministériel” tout en sachant que plusieurs associations n’ont pas les ressources nécessaires pour les rassembler. Ils ont également changé le Cahier des procédures et la Convention d’appui à la scolarité sans demander l’avis des associations et en ignorant les recommandations faites les années précédentes. Pis encore, ils ont exclu de la subvention d’appui à la scolarité tous les anciens bénéficiaires non ramédistes (enfants de smicards, enfants de retraités…), qui se comptent par milliers. Cette décision aura pour conséquence de priver à partir de l’année prochaine ces personnes de leur scolarité ou de leur formation», poursuit l’Union.

Plus de 150 associations, réseaux et collectifs œuvrant dans le domaine du handicap mental se sont joints à l’appel de l’UNAHM pour dénoncer ces faits et informer les responsables étatiques qu’ils refusent le nouveau cahier de procédures qu’ils estiment abusif. «Nous demandons aux responsables d’annuler le nouveau cahier des procédures ainsi que le dernier appel à projets “Subvention 2018” en date du 14 juin 2018 et qui doit couvrir l’année scolaire 2018-2019, car il est trop tard pour les associations de décider du sort des inscrits pour la rentrée prochaine et du personnel qui s’en occupe», affirme l’UNAHM dans son communiqué. Et d’ajouter «Nous leur demandons également de respecter leur promesse qui dit que la subvention a une durée de trois ans renouvelable, d’assumer leurs engagements par rapport aux délais de versement des budgets de subvention aux associations et verser les reliquats des montants dus aux associations avant fin juillet 2018 et qui concerne les années scolaires antérieures à l’année scolaire 2017-2018 sans oublier la subvention 2018 couvrant l’année scolaire 2018/2019 au plus tard en septembre 2018. Si aucune réponse concrète n’est donnée à nos revendications, l’UNAHM et toutes les associations œuvrant dans le domaine du handicap mental organiseront un sit-in la première semaine du mois de juillet à Rabat et dans toutes les régions du Maroc».

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *