Une structure alternative aux accueils institutionnels pour éviter les ruptures de parcours

À lire sur le site Le Parisien:

Charny : la Maison du Possible accueille les adultes en situation de handicap

Hendrik Delaire| 04 juin 2018
structure

Charny, le 25 mai. La Maison du Possible qui accueille de jeunes adultes en situation de handicap léger et modéré a été officiellement inaugurée en présence du président du conseil départemental Jean-Louis Thiériot (LR). LP/Hendrik Delaire

Inaugurée la semaine dernière, la structure permet aux aidants de maintenir à domicile leurs proches en situation de handicap mental léger et modéré.

« Avec cette Maison du possible désormais ces jeunes adultes ont désormais leur maison où ils peuvent avoir des repères ». C’est avec émotion que le maire de Charny Xavier Ferreira (SE) évoque la Maison du Possible.

Ce centre d’accueil de jour qui peut accueillir douze jeunes adultes en situation de handicap mental léger et modéré a ouvert ses portes le 3 avril dernier. Spécificité de la Maison du Possible ouvert du lundi au vendredi, elle n’est pas adossée à un établissement classique mais est portée par l’association éponyme.

« Nous avons constaté qu’il manquait des places pour les jeunes adultes dans cette partie du département et nous avons voulu créer cette structure pour présenter une alternative aux accueils institutionnels et éviter les ruptures de parcours des personnes en situation de handicap », explique Nathalie Calonne, présidente de l’association qui a financé la rénovation de ce bâtiment sur ses fonds propres pour un total de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Objectif de la structure : accompagner les jeunes en leur proposant des activités et des ateliers ouverts sur l’extérieur. « J’adore les activités ici. Je peux faire de la peinture, du chant et même du cheval », s’enthousiasme Leïla, une résidente de 27 ans qui vit à Iverny avec sa famille.

Une manière d’aider le maintien à domicile tout en faisant souffler l’entourage. « Vu que c’est une association créée par des gens eux-mêmes confrontés à ce quotidien, ils sont plus concernés », confie Malika, mère de Leïla.

La Maison pour tous fournit aussi une alternative pour sortir ces jeunes adultes de structures pour enfants qu’ils doivent normalement quitter après vingt ans mais où une centaine d’entre eux est maintenue dans le département faute de place.

Le conseil départemental qui a fait de l’accompagnement, comme l’a rappelé son président Jean-Louis Thiériot (LR) lors de l’inauguration officielle le 25 mai dernier, subventionne le projet à hauteur de 20 000 € et prend aussi en charge les résidents à hauteur de 123 € par jour.

(…)

Lire la suite…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *