France – La vie en établissement spécialisé une fois adultes

À lire sur le site Hizy:

L’établissement pour adultes handicapés : ça change quoi ?

par Vincent Huchon   Modifié 14 avril 2018

établissement

Passé 18 ans, un  jeune polyhandicapé peut vivre en Maison d’accueil spécialisée (MAS)ou en Foyer d’accueil medicalisé (FAM). Un changement de vie qui modifie pas mal de choses pour toute la famille…

L’établissement fait le choix à la place des parents

Les soustraire à l’emprise familiale signifie les soumettre à celle de l’établissement. Les parents n’auront plus leur mot à dire pour le choix du fauteuil, le type d’alimentation, la couleur des chaussures quand leur enfant majeur sera « pris en charge » dans un établissement, mais cela augmentera-t-il pour autant sa liberté et son autonomie ? L’éducateur, l’équipe, les professionnels de l’établissement feront les choix à la place des parents. Seront-ils meilleurs, c’est-à-dire plus proches du désir de l’enfant devenu majeur ?

Un adulte libre, vraiment ?

Quand la personne polyhandicapée n’est plus un enfant au regard de la loi, les Maison d’accueil spécialisée (MAS) ou Foyer d’accueil médicalisé (FAM) peuvent les accueillir. Intégrer un tel lieu de vie ne permet pas de demi-mesure, un peu comme l’entrée au couvent. La personne n’aura le droit de rentrer chez elle que 84 jours dans l’année. Pas plus. Moins si vous voulez. C’est une question de rentabilité. Il y a 52 semaines dans une année, soit 104 jours de week-end. 10 week-ends seront donc obligatoirement passés au centre… à attendre le week-end suivant. Et pour les vacances, pas question de rejoindre ses frères et sœurs : 84 jours de sortie seulement, week-ends et jours fériés compris. Une prison ? On dit que les jeunes d’aujourd’hui restent volontiers chez leurs parents jusqu’à 30 ans…..excepté les plus fragiles.

Savoir passer du temps sans son enfant

Parfois, certains jeunes polyhandicapés en établissement ne rentrent pas chez eux pendant des mois sans que ce soit une souffrance ou une question de rentabilité. La famille s’est organisée ainsi. Ou bien au contraire, ils sont en famille la plupart du temps et ont besoin d’un week-end par mois, un mois l’été, une semaine ou encore un jour par semaine en établissement… Certains établissements sont capables de répondre à un besoin, une nécessité, un désir. On s’arrange quand les frères et sœurs ont envie de passer des vacances en camping sans « lui », quand les parents ont prévu un week-end à deux ou pour offrir au jeune polyhandicapé une autre expérience que celle de son milieu familial. On a tous besoin de vacances.

Au fil du temps, lâcher prise

(…)

Lire la suite…

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *