Joliette – La Maison de répit Clémentine toute revampée

À lire sur le site L’Action:

Un environnement sécurisé pour une clientèle vulnérable

Maison Clémentine

Élise Brouillette Publié le 28 février 2018
Maison de répit Clémentine

La Maison Clémentine. ©(Photo L’Action – Élise Brouillette)

COMMUNAUTÉ. La Maison Clémentine a souligné la réalisation de son projet de mise aux normes en présence de son équipe et de ses partenaires, le 27 février.

À la suite des modifications apportées au code de sécurité de la Régie du Bâtiment du Québec après la tragédie de L’Isle-Verte, la Maison Clémentine a reçu la visite du Service des incendies de la Ville de Joliette.

Pour répondre aux besoins de sa clientèle vulnérable, plusieurs travaux étaient requis.

Un environnement sécurisé pour une clientèle vulnérable

Une des chambres adaptées. (Photo L’Action – Élise Brouillet

La Maison Clémentine, située à Joliette, offre des services de répit, de gardiennage, d’hébergement temporaire et d’activités récréatives aux familles vivant avec une personne de moins de 65 ans ayant une déficience intellectuelle et/ou physique ou étant autiste. Ses usagers proviennent de partout dans Lanaudière. La ressource dispose de chambres avec des lits adaptés et un lève-personne, deux salles de bain adaptées avec bain ou douche, une salle sensorielle et plusieurs salles communes. Sa cour, privée et sécurisée, possède des installations lui permettant d’offrir des loisirs adaptés.

« Lors d’un incendie, notre clientèle ne serait pas capable de faire ce qu’il faut. Les usagers seraient plus portés à se cacher dans la garde-robe qu’à sortir à l’extérieur », a remarqué Catherine Amyot, présidente du conseil d’administration de la Maison Clémentine.

Un environnement sécurisé pour une clientèle vulnérable

Les partenaires ont chacun reçu une boîte contenant des mots de remerciements. (Photo L’Action – Élise Brouillette)

Les améliorations qui était exigées représentaient des coûts importants, 318 000 $, et incluaient le réaménagement des cages d’escalier, la création d’un vestibule hermétique, l’ajout d’une sortie extérieure, l’installation de gicleurs, l’ajout d’un panneau d’alarme et de détecteurs de fumée, ainsi que le remplacement des revêtements muraux de gypse. L’échéance était mars 2018.

« Au départ, la somme était trop importante pour la capacité de l’organisme », a confié sa directrice générale, Maryse Desjarlais. Puis, un appui majeur du Club Lions de Joliette lui redonne espoir. L’organisation contribue au projet à hauteur de 100 000 $. « Graduellement, des partenaires se sont ajoutés. »

Mme Desjarlais a d’ailleurs dénoncé que le Programme d’aide financière pour l’installation de gicleurs initié par le gouvernement provincial ne s’adresse qu’aux milieux qui hébergent des aînés.

Le chef à la prévention au Service des incendies de Joliette, Patrick St-Louis, a abondé dans le même sens. « Les résidences intermédiaires ont été oubliées et effectuer ces changements est hors de prix. »

Aujourd’hui, a dévoilé Mme Desjarlais, grâce au soutien de nombreux partenaires de la région, la ressource, qui est unique dans la région et qui se distingue au Québec par la diversité de ses usagers, est hautement sécuritaire.

Donald Salvas, du Club Lions de Joliette, a annoncé que l’organisation s’engage à couvrir les intérêts de l’hypothèque qui finalisera le projet.

De son côté, Vicky Beaulieu, de la Fondation Harnois-Richelieu, a annoncé qu’une campagne de financement intitulée « Maison Clémentine – Urgence 2018 » est de plus lancée dans l’objectif d’amasser un montant de 100 000 $ additionnel afin d’adapter et de mettre aux normes tous les équipements de l’endroit.

Patrick et Rebecca ont dévoilé la plaque commémorative qui souligne la contribution des différents partenaires. (Photo L’Action – Élise Brouillette)

La capacité d’accueil augmentée

(…)

Lire la suite…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *