Québec – Les personnes déficientes intellectuelles, citoyens de seconde zone

déficientes

Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, donne un chèque que la Régie de l’assurance maladie du Québec s’empresse de réclamer.
(3 février 2018)

À lire sur le site Le Devoir:

Main basse sur la hausse de l’aide sociale: une décision indigne

Robert Dutrisac

Il y a de ces décisions qui apparaissent tellement iniques et qui dénotent une telle insensibilité qu’elles laissent pantois. C’est le cas de la hausse de 73 $ accordée à tous les prestataires d’aide sociale inaptes au travail, mais soutirée aux personnes déficientes intellectuelles ou souffrant de maladie mentale qui sont hébergées dans des résidences appelées ressources intermédiaires.

Annoncé en grande pompe par le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, le plan de lutte contre la pauvreté prévoit une hausse graduelle de la prestation de solidarité sociale (réservée aux personnes avec des contraintes sévères à l’emploi) de 12 750 $ par an (en incluant les crédits d’impôt) à 18 000 $ d’ici 2023. Une première tranche de 73 $ par mois est versée depuis le 1er février. « Nous allons sortir plus de 100 000 personnes de la pauvreté », s’est vanté le ministre.

Mais ça n’inclut pas un certain nombre de personnes touchant des prestations de solidarité sociale, soit quelque 8000 personnes déficientes intellectuelles ou souffrant de maladie mentale hébergées dans des ressources intermédiaires. Ces prestataires ne verront pas la couleur de cette augmentation : leur loyer sera haussé d’autant, à 820 $, la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) passant à la caisse à leur place. Ces personnes devront se contenter de la somme de 215 $ par mois pour leurs dépenses personnelles.

Le ministre fait une exception pour ces personnes parmi les plus démunies : elles ne sortiront pas de la pauvreté, elles n’amélioreront pas leur sort comme les autres. C’est qu’il faut respecter les barèmes de la RAMQ, avance le ministre, comme si cette prétention technocratique justifiait l’injustice.

Le gouvernement a agi en catimini. En décembre, des proches de déficients intellectuels se sont réjouis de la hausse annoncée de l’aide sociale. Mais ils ont déchanté quand ils ont lu l’article du Devoir qui dévoilait le pot aux roses. Ce n’est qu’au début de l’année que la RAMQ informait les principaux intéressés et surtout leur curateur qu’elle faisait main basse sur les 73 $, un avis souvent passé inaperçu. Les exploitants des ressources intermédiaires n’en avaient rien su.

(…)

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *