Canada – L’Atelier de formation socioprofessionnelle de la Petite-Nation (AFSPN)

À lire sur le site La Petite-Nation:

«Chaque jour est un miracle» à l’AFSPN

Depuis 30 ans

Louis-Charles Poulin Publié le 28 décembre 2017
AFSPN

L’AFSPN a pour mission de promouvoir l’intégration et/ou la réintégration socioprofessionnelle des personnes ayant une ou des limitations fonctionnelles. ©Photo gracieuseté

ORGANISME. L’Atelier de formation socioprofessionnelle de la Petite-Nation (AFSPN) a célébré ses 30 ans d’existence, en octobre, et c’était l’occasion de souligner l’apport de l’organisme à la communauté.

«Ç’a tellement été un succès fou», lance la directrice générale de l’AFSPN, Agapo Néron-Cloutier, qui évalue que plus de 200 convives en ont profité pour visiter les locaux de son organisme afin de se familiariser avec les programmes et services offerts. Lors de cette célébration, Paulette Lalande, qui quittera bientôt son rôle de préfet de la MRC, a annoncé qu’elle agira à titre de «marraine» pour l’organisme durant sa 30e année d’existence. De plus, l’AFSPN a lancé officiellement sa campagne publicitaire qui consistera à envoyer des napperons jetables décrivant ses services un peu partout. Des bailleurs de fonds et partenaires de longue date, dont la Commission scolaire au Cœur-des-Vallées, Centraide, l’Unité régionale de sports et loisirs et Services Québec de Papineauville, étaient présents tient à préciser Mme Néron-Cloutier.

La directrice générale indique que le thème du 30e anniversaire sera récurant lors de l’ensemble des activités de l’Atelier durant la prochaine année. En février, la Chambre de commerce fera un 5 à 7 dans leurs locaux, situés à Saint-André-Avellin, et l’organisme profitera de ce moment pour remercier la centaine d’employeurs qui les appuient dans leur mission. En avril, l’AFSPN effectuera une présentation devant plusieurs membres de l’Association des retraité(e)s de l’éducation et des autres services publics du Québec (AREQ) afin de faire de l’autopromotion. En juin, Mme Néron-Cloutier prévoit souligner en grand la Semaine québécoise des personnes handicapées. À l’automne 2018, des conférenciers devraient venir dans la région dans le cadre d’une soirée-bénéfice au profit de l’AFSPN.

Des impacts positifs

La directrice générale estime que l’Atelier a énormément d’impacts positifs, puisque si elle n’existait pas, plus de 50 personnes par jour, présentant une déficience intellectuelle, un problème de santé mentale ou un handicap physique, n’auraient pas de lieu où aller pour s’épanouir. «Ces personnes seraient forcées de rester à la maison, en résidence et engorgeraient le centre de santé», estime celle qui ajoute que l’Atelier collabore énormément avec le CISSSO, notamment, pour obtenir des conseils et les services d’accompagnateur en soutien social.

Ces personnes aiment venir à l’Atelier, car elles ont soif de socialiser, d’avoir une vie active, de vivre dans une dynamique de groupe et d’apprendre.

Agapo Néron-Cloutier

«Une personne qui vit avec une déficience intellectuelle, si elle est bien et qu’elle peut progresser, elle est beaucoup moins lourde pour le système. S’il n’y a plus rien qui arrive dans sa vie, qu’il n’y a pas de progression et de stimulation, il y a une régression qui se fait et elle peut développer des troubles de comportement et des maladies mentales», selon Mme Néron-Cloutier. Elle conclut en disant que «chaque jour est un miracle», puisque les personnes qui fréquentent l’endroit «ont soif de socialiser, d’avoir une vie active, de vivre dans une dynamique de groupe et d’apprendre» et que l’AFSPN comble tout ces besoins.

(…)

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *