Inauguration de l’établissement d’Épône pour personnes ayant une déficience intellectuelle

À lire sur le site Actu:

Épône : un établissement trois en un pour l’insertion des handicapés mentaux

La semaine dernière, un établissement d’accueil des déficients mentaux d’Épône a été inauguré. L’occasion de découvrir un site qui réunit un ensemble de services aidant à l’insertion des handicapés dans la vie de tous les jours.

Épône

Hubert François-Dainville (à g.) aux côtés de la conseillère départementale Marie-Hélène Aubert et du maire d’Épône, Guy Müller, lors de l’inauguration de l’établissement.

250 personnes frappées de déficience mentale sont prises en charge à la plateforme de services de Handi Val de Seine. L’établissement, inauguré la semaine dernière, est situé à Épône, près de la sortie d’autoroute.

« Encadrement et activités conformes aux besoins »

Handicapés de naissance, à la suite d’un accident, d’une maladie et personnes rencontrant des difficultés psychologiques passagères trouvent ici une aide des plus complètes. Ces 500m2 de locaux, ouverts en septembre 2016, s’articulent autour de trois pôles. Le service d’accompagnement à la vie sociale (SAVS), dédié à la prise d’autonomie et à l’insertion. Le service d’accompagnement médico-social pour adulte handicapé (SAMSAH) qui assure un suivi médical, paramédical et social, également dans un but d’intégration. Et le centre d’accueil de jour (CAJ) qui propose des occupations « réhabilitantes et socialisantes » et offre aux aidants un peu de répit.

« Un encadrement et des activités conformes aux besoins des personnes handicapées sont réunis dans un même lieu », résume une salariée de l’association. Une trentaine de personnes travaillent à Épône : thérapeutes, psychomotriciens, aides-soignants, infirmières, médecins, psychologues, travailleurs sociaux… « Cette plateforme de services offre un accompagnement ambulatoire de proximité. Sa localisation à Épône, un nœud ferroviaire et routier, permet une meilleure accessibilité », ajoute le président, Hubert François-Dainville.

« Cet endroit est générateur de liens, d’échanges, en son sein et en dehors, dans les locaux communaux notamment, au contact des Épônois. C’est essentiel pour l’intégration du handicap dans la vie quotidienne », réagit Guy Müller (LR), le maire.

Handi Val de Seine, qui bénéficie de 33 millions d’euros de budget annuel financé par le conseil départemental et l’Agence régionale de santé (ARS), gère une quinzaine d’établissements (…)

Lire la suite…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *