Jordanie – Le Centre Notre-Dame de la Paix de la ville d’Aqaba

À lire sur le site Patriarcat latin de Jérusalem:

Jordanie

AQABA – Au sud de la Jordanie, l’Eglise se bat pour offrir des soins dignes aux personnes handicapées et sensibiliser les consciences sur le sujet. Reportage à Aqaba.

Au bout du désert qui traverse le pays de long en large, entre des montagnes arides, se dresse la ville d’Aqaba, aux frontières d’Israël, de l’Egypte et de l’Arabie Saoudite. La dernière ville au sud de la Jordanie compte une présence chrétienne plus limitée que le reste du pays, ce qui n’empêche pas l’Eglise latine d’y avoir développé une forte empreinte sociale. Le Centre Notre-Dame de la Paix, qui délivre des soins pour les personnes handicapées, a ouvert une branche au cœur de la ville, le 15 mai 2011. « Lorsque le gouvernement a perçu l’impact positif de notre action, ils nous ont légué le terrain » explique Sahem Madanat, le directeur général du Centre. Par rapport aux autres structures existantes pour les personnes handicapées, le Centre Notre-Dame de la Paix a la particularité d’offrir un suivi individuel et personnalisé. L’établissement s’articule autour différents services : physiothérapie, orthophonie, unité d’intervention et ergothérapie. Chaque service doit composer avec une longue liste d’attente, les familles d’Aqaba et des alentours se pressant ici pour le professionnalisme qu’elles y trouvent et la gratuité des soins. « Nous prenons en charge une personne handicapée toutes les heures» continue Ramy, le directeur de la branche d’Aqaba.

Porter la cause du handicap, un travail de longue haleine

Dans cet établissement soutenu par le Patriarcat latin, tous les employés sont de confession musulmane ; c’est avant tout le combat pour la dignité des personnes handicapées qui rassemble. Avant d’être directeur, Ramy était étudiant à l’Université de Jordanie. Un jour, alors qu’il joue au basketball avec des amis, un jeune trisomique souhaitant se joindre à la partie se fait rejeter par le reste de l’équipe. Il s’énerve, scandalisé par cette situation. « Cette histoire m’a poussée à m’engager. C’est à partir de ce moment-là que j’ai commencé à faire du volontariat pour les personnes handicapées notamment au Centre Notre-Dame de la Paix ». Quelques années plus tard, son poste de directeur ici lui permet de continuer à s’investir  pour une cause en laquelle il croit. Il est persuadé que le modèle du Centre Notre-Dame de la Paix est essentiel dans la société jordanienne pour sensibiliser les consciences à la richesse humaine des personnes handicapées et multiplie les occasions d’interactions entre ces jeunes et la société. Depuis peu, il a lancé ici un programme visant à donner des cours d’informatique à des jeunes ayant un handicap mental ou physique. En plus d’être un formidable levier pour apprendre à les libérer de l’isolement, cette formation a pour vocation d’être professionnalisante. À l’image de ce programme-test à Aqaba, Sahem Madanat souhaiterait penser plusieurs formations visant à aider à l’insertion des personnes handicapées dans la société jordanienne pour la branche principale du Centre à Amman, les enfants scolarisés n’étant pris en charge que jusqu’à 14 ans.

Jordanie

***********************

Voir plusieurs autres photos…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *