Le Troqueur, un projet visant l’intégration à la vie collégiale de personnes vivant avec une déficience intellectuelle

À lire sur le site Journal de Joliette:

La boutique Le Troqueur ouvre ses portes au Cégep à Joliette

12 octobre 2017 – Par Salle des nouvelles

Le Troqueur

C’est le jeudi 5 octobre dernier que se tenait au Cégep régional de Lanaudière à Joliette le lancement de la boutique Le Troqueur, un tout nouveau projet d’entraide communautaire visant l’intégration à la vie collégiale de personnes vivant avec une déficience intellectuelle ainsi que le soutien aux étudiants et étudiantes éprouvant des difficultés financières.

« Malheureusement, chaque année, nous faisons le même constat : une proportion importante de notre population étudiante est confrontée à des enjeux sérieux de pauvreté, allant jusqu’à des problèmes chroniques de sécurité alimentaire. Développer des projets d’entraide pour les soutenir devient alors un levier significatif dans notre capacité à leur offrir des chances de réussite égales à celles de leurs confrères et consoeurs moins défavorisés », soutient Hélène Gingras, conseillère à la vie étudiante, communautaire et socioéconomique, également instigatrice de la boutique Le Troqueur.

L’idée de cette boutique a commencé à germer depuis bien longtemps, mais ce n’est qu’à l’hiver 2017 qu’un plan concret de développement a été mis en branle. Comme chacun a toujours un objet dont il souhaite se départir, Mme Gingras a eu l’idée d’en faire profiter les étudiantes et étudiants qui n’ont pas les moyens de se payer des objets neufs. « Ici, parmi la population étudiante qui reçoit une aide financière sous forme de prêts et bourses, 25 % a au moins un enfant à charge. C’est une réalité dont on doit tenir compte au quotidien, et qui nous motive à redoubler d’effort pour les aider », soutient-elle.

Rapidement, M. Éric Chartier, coordonnateur du programme CHUM, qui intègre depuis 25 ans des personnes vivant avec une déficience intellectuelle à la vie collégiale, s’est joint à Mme Gingras pour déployer le projet de troc, d’où l’appellation
« Le Troqueur ».

Lucie Bellerose, membre du programme CHUM à qui on a confié la responsabilité de la boutique, explique que « tout le monde peut venir choisir un objet. C’est gratuit pour les étudiants. Les employés par contre doivent offrir un petit quelque chose en échange. Le montant, c’est eux qui le choisissent. On a même un babillard pour des plus gros objets qui n’entrent pas dans la boutique; une laveuse par exemple », conclut-elle les yeux remplis de fierté.

(…)

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *