Lyon – Du répit pour les aidants aussi

À lire sur le site Handicap:

Lyon : une maison de répit qui accueille aussi les proches

Aimée Le Goff, le 

répit

Le 6 octobre 2017, journée dédiée aux aidants en France, un soleil matinal illumine le chantier de la maison de répit de Tassin-la-Demi-Lune, dans un parc boisé d’un hectare, à dix minutes du centre de Lyon. Dans le cadre d’une série de déplacements, Sophie Cluzel, secrétaire d’État en charge du Handicap, est sur les lieux. Elle est invitée à « poser la première pierre » de l’établissement. Un geste symbolique puisque le chantier a démarré il y a plusieurs mois déjà.

Une solution innovante

« Le besoin vital d’accompagner les proches le plus loin possible est un combat de tous les instants, a déclaré Pascal Charmot, maire de Tassin. […] Il nous faut donc réfléchir et comprendre les manques et les besoins pour mieux les accompagner. » Comme piste d’action, la maison de répit est une solution innovante. Ce projet est initialement porté par Henri de Rohan Chabot, délégué général de la Fondation France Répit, et Alain Mérieux, fondateur de l’institut BioMérieux.

Ouverture à l’été 2018

« Lieu d’espoir, de respiration et d’apaisement », cet établissement vise à accueillir des personnes handicapées ou malades et leurs aidants pour leur proposer une halte, un moment de repos. Prévue pour l’été 2018, la maison pourra accueillir adultes et enfants en situation de handicap lorsque leurs proches ressentent le besoin de prendre un peu temps pour eux. Logements temporaires, activités conviviales et soins médicaux seront proposés à cette occasion. Pour cela, un « crédit » de trente à quarante-cinq jours de répit annuels, consécutifs ou fractionnés, est mis en place.

Transformer le système d’accompagnement

« Je souhaite que des projets comme le vôtre se développent sur tout le territoire national, a déclaré Mme Cluzel en s’adressant aux responsables de l’établissement, évoquant la nécessité de permettre à de nouveaux projets de voir le jour partout en France, notamment grâce à un nouveau plan de financement des ARS (Agences régionales de santé). Cette agilité dont vous avez fait preuve collectivement, je voudrais que d’autres territoires le prennent en exemple. […] Nous devons transformer en profondeur notre système d’accompagnement des personnes en situation de handicap. […] Ces objectifs sont simples : permettre une réponse adaptée aux besoins des personnes, plus souple et plus réactive, tournée vers l’accompagnement dans le milieu ordinaire, grâce à une évolution des structures existantes. »

(…)

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *