Hand et foot adaptés à Brest

À lire sur le site Ouest-France:

Brest. Du sport adapté avec le BBH et le Stade brestois

Laurence GUILMO

Brest

Les cours de hand et de foot sont animés par Camille Rassinoux, joueuse du BBH, diplômée d’une licence STAPS (sport), option APAS (activité physique adaptée et santé). | Ouest-France

Il n’existe pas de clubs sportifs pour les enfants atteints d’un handicap mental. Deux sections ont été créées récemment par le fonds Le Saint, en hand et en foot. Avec succès?! De nouveaux créneaux seront proposés à la rentrée pour accueillir davantage d’enfants.

L’initiative

Laure, 10 ans, a une maladie orpheline qui l’empêche de grandir normalement. Mais elle est licenciée au Brest Bretagne Handball. «Un club de ligue 1!», précise Marie, sa maman, pas peu fière. Le hand est une affaire de passion dans la famille. La maman y joue, et les deux sœurs de Laure aussi.

«Laure joue depuis trois ans dans un club mais la différence avec les autres commençait à se faire sentir. Si la section «sport adapté» du BBH n’avait pas été créée, ma fille aurait dû arrêter le hand.» Désormais, malgré son syndrome de Smith-Magénis qui entraîne des troubles du développement, la fillette continue son sport favori. Et elle assiste régulièrement aux matches du BBH.

En mars dernier, deux sections de sport adapté ont été créées par le fonds de dotation du groupe Le Saint (grossiste en fruits et légumes) pour les enfants atteints de handicap mental ou psychique âgés de 6 à 14 ans. Une au Brest Bretagne Handball et l’autre Stade Brestois 29. La grande classe!

Davantage de créneaux

«Ces sections comblent un manque. Il existe des structures sportives pour les personnes handicapées physiques, mais pas pour le handicap mental ou psychique, précise le service de communication du fonds Le Saint. Et aucun club de L1 en handball et de L2 en football en France n’a entrepris une telle démarche.»

Dix-sept enfants sont inscrits. Les cours ont lieu à Bellevue pour le hand et à la Cavale-Blanche pour le foot. «Les enfants ont tous des capacités différentes. On fait en fonction de chacun. Au final, ils arrivent à former un collectif homogène», souligne Camille Rassinoux, joueuse du BBH, diplômée d’une licence STAPS (sport), option APAS (activité physique adaptée et santé), qui encadre les cours.

(…)

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *