Tournai – Un tea-room pour améliorer l’intégration

À lire sur le site DH:

Un tea-room pour changer le regard sur le handicap

Laurent Dupuis Publié le

tea-room

Tournai-Ath-Mouscron – Nathalie Delbar et Élodie Brunclair, deux éducatrices, ouvrent un tea-room avec Benoît et Élodie, deux personnes handicapées.

La façade du n° 9 de la rue Childéric à Tournai ne paie pas de mine. Jolie, mais sans plus.

Une fois la porte d’entrée passée, l’endroit s’avère sublime. Un double salon avec du parquet en bois, des toiles incrustées dans des murs lumineux en bois, une belle hauteur de plafond, de magnifiques lustres, d’énormes miroirs, des moulures, des cheminées… Et derrière se trouvent une terrasse couverte et un jardin. Une beauté cachée. Superbe !

Superbe aussi, le projet qui va y voir le jour : un tea-room où deux personnes handicapées mentales vont travailler.

Derrière ce projet , il y a deux femmes : Nathalie Delbar, 48 ans, et Élodie Brunclair, 32 ans. Deux éducatrices spécialisées aux Blés d’Or à Mourcourt, dans l’entité de Tournai. Il s’agit d’un home pour adultes handicapés mentaux. « Nous travaillons plus précisément pour une antenne du home à Tournai, un service de logements supervisés où nous nous occupons de neuf personnes handicapées. Un lieu où les personnes sont encadrées mais dorment seules. »

Certains des résidents aimeraient trouver un emploi. L’Onem les y pousse d’ailleurs. « Ils veulent vivre comme tout le monde. Ils veulent travailler. Mais les portes se ferment rapidement pour eux. Nous avons ainsi voulu monter un projet et nous avons tout d’abord songé aux titres-services. Mais c’était encore les cloisonner. Cela ne les intégrait pas assez dans la société. »

Les deux éducatrices ont donc songé à un tea-room où le contact est obligatoire. « Cela s’est fait en France. Un restaurant à Nantes où ce sont des trisomiques qui sont en cuisine et en salle. Ce type de projet permet d’avoir un autre regard sur le handicap, de faire évoluer les mentalités. C’est exactement ce que nous cherchions. »

Nathalie Delbar et Élodie Brunclair sont alors parties en quête d’un lieu. Et elles l’ont rapidement déniché. « Nous avons commencé à visiter des biens en janvier et nous avons trouvé ce magnifique endroit. Nous avons eu un coup de cœur. C’était parfait. »

Les deux éducatrices ont réuni leurs deniers, contracté un emprunt, et lancé un projet de financement participatif pour le matériel.

La question financière étant réglée, il fallait encore trouver deux volontaires. L’un en cuisine et l’autre en salle. La personne en cuisine étant aidée d’un autre travailleur.

« Nous n’avons pas cherché longtemps. Nous avions deux personnes sous la main. Nous les connaissons bien puisqu’elles se trouvent dans le logement que nous supervisons. Ce sont Élodie et Benoît. Ils seront heureux de partager, de rencontrer du monde, et de travailler. »

Nathalie Delbar et Élodie Brunclair encadreront le projet. Elles ont demandé un mi-temps aux Blés d’Or afin d’être présentes, à tour de rôle, au tea-room.

Le projet baptisé L’Entre 2 ouvrira le 2 mai. Il sera ouvert du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 17 h 30, et il pourra accueillir une cinquantaine de personnes. Les clients y trouveront de nombreuses pâtisseries et douceurs, de multiples boissons froides et chaudes, un plat du jour, des produits bio, des produits locaux, des bières spéciales… Le tout dans de la vaisselle de grand-mère. Et surtout, avec le sourire et la bonne humeur d’Élodie et de Benoît.

Élodie et Benoît, prêts à relever le défi

Élodie Donatello, 25 ans, et Benoît Stilmant, 34 ans, travailleront tous les deux à L’Entre 2 à Tournai. Élodie sera en cuisine et Benoît en salle.

Ils habitent un logement supervisé à Tournai. Ils ont un handicap mental. Une situation qui les empêche d’accéder à un emploi.

Cela pourrait pourtant les aider à s’intégrer un peu plus dans la société. C’est aussi ce qu’ils souhaitent.

« Nous sommes très contents de pouvoir travailler. Sinon, nous tournons parfois en rond », lance Élodie. « En plus, j’aime bien faire la cuisine en plus. J’aime le sucré, et le salé aussi. Je me suis entraînée et je me sens prête. J’ai d’ailleurs participé à des concours de cuisine entre institutions organisés par la Sainte-Union de Kain et nous avons gagné à deux reprises. »

Élodie habite un logement supervisé depuis 2 ans mais elle n’a pas encore eu l’occasion de chercher un travail.

Benoît, lui, pourrait travailler depuis plus longtemps. Il a d’ailleurs essayé, mais les portes se sont rapidement fermées devant lui. « Il y a quelques années, j’avais envoyé des CV dans les agences d’intérim de Tournai mais cela n’a rien donné. Je n’ai même pas eu un coup de fil. Rien du tout. Dans une agence, on m’a même dit qu’il y avait 50 personnes avant moi et que j’étais en bas de la pile. »

Des propos violents qui excluent les personnes handicapées mentales du marché de l’emploi.

Benoît , passionné d’histoire militaire, voulait également devenir bénévole au musée d’armes de Tournai. Encore une fois, il a envoyé son CV. Et encore une fois, il n’a jamais obtenu de réponse.

Quelque peu démotivé, Benoît a arrêté ses recherches, jusqu’à la proposition de Nathalie Delbar et d’Élodie Brunclair, les éducatrices lançant L’Entre 2.

(…)

Lire la suite…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *