Lui inventer un travail

À lire sur le site La Voix du Nord:

Les Délices de Léa, une passion et un travail au-delà du handicap

inventer

Léa est passionnée par la cuisine. L’une de ses recettes préférées ? Les congolais, qu’elle réalise par dizaine, sans l’aide de ses parents.

En 2009, Sandrine et Christophe Leclercq, épaulés par 150 bénévoles, organisaient le premier trail Évasion, à Seninghem. Une course qui a rapidement rassemblé plus d’un millier de participants. «  On reverse l’intégralité des bénéfices à des associations qui œuvrent pour les enfants handicapés, les Enfants Extraordinaires  », explique Christophe Leclercq.

En huit ans, 47 145 € ont été récoltés et onze projets (soins, fauteuils tout terrain) financés. «  On ne s’attendait pas à une telle réussite  », confie son épouse. Un engagement fort, initié pour le village, les associations, mais aussi pour leur fille, Léa, handicapée par un retard intellectuel et des problèmes de motricité fines. «  Elle va à l’IME de Longuenesse depuis qu’elle a 6 ans  », indique Sandrine Leclercq.

Une solution adaptée

Dans quelques mois, la jeune fille aura 20 ans. Un âge auquel les familles sont obligées de faire un choix. «  Il y avait trois possibilités pour Léa : trouver un travail, travailler en ESAT (établissement et service d’aide par le travail) ou bénéficier de l’amendement Creton et rester à l’IME encore deux ans  », détaille Christophe Leclercq.

Fort de sa réussite du trail Évasion, le couple a pris une décision : permettre à Léa de vivre de sa passion : la cuisine. Une volonté qui a abouti à la création d’une association – Les Délices de Léa – dont le but est de «  favoriser l’insertion sociale et professionnelle en situation de handicap  » en créant un espace où Léa peut cuisiner et vendre ses produits. Et c’est sur le garage du domicile familial, rue du Blanc-Guénon, que s’est porté le choix. «  Le service d’hygiène est passé, il nous a donné l’accord.  »

D’importants travaux

À la création d’un comptoir et d’une vitrine s’ajoutent l’achat de fours à pizza et à pâtisserie, de frigo… Coût total : 18 000 €. «  On réalisera les travaux nous-mêmes, avec l’aide de bénévoles, souligne le couple. On aimerait commencer les travaux en décembre, si les subventions sont arrivées. L’idée, c’est de donner un but à Léa, de l’inciter à se lever le matin pour travailler.  »

Une personne sera employée en contrat aidé pour encadrer la jeune femme, bénévole dans un premier temps. «  Par la suite, on pourra accueillir des jeunes en stage de découverte  », imagine Christophe Leclercq. Pour réaliser le projet, le couple mise sur les dons, le mécénat, la vente des produits et les recettes du trail Évasion – le prochain a lieu le 19 mars –, qui va «  permettre de financer les frais fixes des deux premières années. On aimerait que dans deux ans, les bénéfices soient suffisants.  »

« On travaille à l’aide de fiches de cuisine, avec des couleurs pour distinguer les étapes. »

De son côté, Léa s’exerce. «  On va proposer une carte avec des produits de qualité.  » (…)

Lire la suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *