Samuel, une pièce sur la vie d’une personne trisomique et de son entourage

À lire sur le site Handicap:

La trisomie sur scène avec une comédienne aux mille visages

Aimée Le Goff, le 

Samuel

Dans la salle de spectacle de l’espace Elsa Triolet de Lyon, une lumière orangée confère à la scène une ambiance douce et feutrée. Sur les planches, une femme s’active, seule. La voix de son fils en fond sonore résonne. « Moi, je m’appelle Samuel. Je suis différent. Quand je vais arriver, ça va pas être facile ». Samuel n’est pas encore né. Anne-Marie attend sa venue et s’imagine, anxieuse, ce que l’avenir leur réserve : la bataille pour la scolarisation, les réactions de la famille, les inévitables rendez-vous médicaux, le quotidien parmi d’autres enfants…

Une vision kaléidoscopique

Anne-Marie représente un carrousel de personnages caricaturés, gravitant autour de son fils comme des pantins : une assistance sociale incompétente, une institutrice dépassée par les événements, un chauffeur de bus un peu lourd, une cousine pleine de bons sentiments, un généticien déconnecté de la réalité… En jonglant entre ces rôles très contrastés, Sandrine Gelin, de la compagnie lyonnaise Le Voyageur debout, met en lumière de multiples situations auxquelles un garçon trisomique et ses proches peuvent être confrontés.

Projet de longue date

Cette idée de spectacle, qui mêle humour et réalisme, trottait depuis un long moment dans la tête de Sandrine. À 18 ans, la comédienne a travaillé, quotidiennement, avec deux enfants porteurs de trisomie 21, dont Samuel Facon, qui a donné son accord pour prêter son nom au titre de la pièce. Après un travail d’improvisation, en s’inspirant de témoignages, de lectures et d’autres recherches, Sandrine rédige le projet en une quinzaine de pages, qu’elle présente au metteur en scène de la compagnie, Jean-Luc Bosc. « Après la première, quand des parents d’enfants trisomiques nous ont remerciés, j’étais tellement soulagé !, confie-t-il. Certains personnages de la pièce sont exagérés mais ils reflètent quand même, d’une certaine manière, la réalité. »

(…)

Lire la suite de l’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *