Être des Jeux paralympiques de Tokyo en 2020, c’est mon espoir

À lire sur le site Journal Le Guide:

Cédrik Brunelle: l’étoffe d’un champion

Personnalité du mois d’août

Romy Quenneville-Girard  Publié le 17 août 2016

Tokyo

Cédrik Brunelle s’entraine au Centre aquatique de Cowansville.
©TC Media – Romy Quenneville-Girard

NATATION. Cédrik Brunelle a réalisé tout un exploit aux derniers Jeux du Québec en remportant quatre des sept médailles d’or de sa délégation de Richelieu-Yamaska. Le jeune homme de 19 ans est sur sa lancée et il ne compte pas ralentir.

Cédrik Brunelle habite à Cowansville depuis qu’il a 14 ans. Avant d’y emménager avec sa famille, il résidait à Saint-Joachim-de-Shefford et ne savait pas nager.

Comble de hasard, lorsque la famille Brunelle s’installe à Cowansville, le regretté Jean-François Doré vient de créer le club de natation Les Typhons, un club qui accueille des nageurs vivant avec une déficience intellectuelle.
La maman du jeune nageur, Chantale Belley, se souvient du premier entrainement de son fils. «Il n’avait pas été capable de faire une longueur de 25 mètres et il avait peur du creux», raconte-t-elle.

Petit à petit, Cédrik apprend à nager. Pour le jeune homme qui vit avec un léger handicap, apprendre les techniques des quatre nages, c’est tout un défi. «Avec Cédrik, c’est une consigne à la fois. Trop de consignes en même temps, ça devient mélangeant pour lui», relate Mme Belley.

En plus d’être persévérant, le jeune nageur écoute les consignes et applique les conseils. C’en est d’ailleurs sa force, note sa maman.
Les efforts de Cédrik portent ses fruits. En 2012, Cédrik revient bredouille de ses premiers Jeux du Québec. En 2014, il récolte trois médailles pour sa délégation. En 2016, il remporte l’or à ses quatre courses.

Au-delà des performances, la natation lui apporte d’autres bienfaits, comme de prendre confiance en lui, relate Mme Belley. «Il était très solidaire et gêné. Maintenant, il s’exprime et est capable de le faire en public».

Rêve olympique
Les Jeux olympiques de Rio battent leur plein et le jeune Cowansvillois a les yeux rivés sur les épreuves de nage. Être des Jeux paralympiques de Tokyo en 2020 est son rêve, affirme-t-il. «C’est mon objectif. Si je diminue mes temps, j’ai une petite chance. C’est mon espoir».

(…)

Lire la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *