France – Un manque de services à déplorer pour les enfants ayant une déficience intellectuelle

À lire sur le site Les Nouvelles de Falaise:

L’IME manque de place(s) pour les enfants handicapés

L’Institut médico-éducatif de Falaise se porte bien en 2016, mais déplore un manque drastique de place et d’effectif pour l’accueil et le suivi des enfants et jeunes souffrant de handicap mental.

17/02/2016  par Administrateur

Manuel fête son départ en maison d'accueil spécialisée après 7 ans d'attente.

Manuel fête son départ en maison d’accueil spécialisée après 7 ans d’attente.

Manque de place à l’IME…

L’IME de Falaise possède une capacité d’accueil de 83 jeunes enfants, adolescents et adultes handicapés mentaux. Une capacité d’admission qui n’est pas adaptée à la demande : « 85 enfants sont actuellement sur liste d’attente pour intégrer l’établissement, et nous pouvons en accueillir seulement sept ou huit nouveaux par an », déplore Laurent Boullanger, directeur de l’IME.

Que font les enfants en attendant qu’une place se libère ? Ils restent en milieu ordinaire, certains sont scolarisés partiellement, d’autres pas du tout. Dans le secteur adulte, des places se créent de façon ponctuelle mais du côté des enfants, le nombre reste verrouillé. « Seuls les décès permettent d’accueillir de nouveaux venus, ce n’est pas normal ».

…et ailleurs

Des départs plus réguliers vers d’autres établissements permettraient de libérer des places, mais là encore, les capacités d’accueil des établissements qui prennent le relais sont trop faibles. « Plusieurs enfants seraient capables de quitter l’établissement, certains pourraient être scolarisés en milieu ordinaire et d’autres pourraient profiter d’un temps plus partagé avec un établissement classique mais le nombre de places en classes ULIS par exemple, est limité et atteint donc le processus est bloqué », explique le directeur.

Le problème est le même du côté des plus âgés. Grâce à l’amendement Creton, les jeunes de plus de 20 ans peuvent rester à l’IME s’ils ne trouvent pas de place dans un établissement pour adultes. « C’est une bonne chose sauf que les pouvoirs publics ne suivent pas. Nous avons actuellement avec nous cinq jeunes de plus de 20 ans qui restent ici car il y a un manque cruel de places dans le secteur adulte ».

Manuel était de ceux-là jusqu’à mercredi dernier. « À 27 ans, il était le plus âgé de l’établissement et cela faisait 7 ans qu’il attendait d’être placé. Nous avons fêté son départ en maison d’accueil spécialisée, c’est une vraie bonne nouvelle ! »

Autres difficultés

Le personnel de l’IME se retrouve également parfois démuni face au manque de rééducateurs et psychiatres à Falaise : « c’est un réel problème pour nous car certains jeunes ont des troubles psychologiques lourds et ont besoin d’un suivi régulier. L’infirmière doit les amener à Caen pour cela, ce qui génère des difficultés et l’empêche également de consacrer ce temps aux autres enfants ».

Le placement des personnes plus âgées posera bientôt également problème et lAssociation des parents et amis denfants inadaptés (APAEI) des pays dAuge et de Falaise essaye d’aller au devant pour trouver des solutions adaptées. « L’espérance de vie des personnes handicapées s’est allongée grâce aux soins et la question de l’avenir des plus de 60 ans se pose maintenant vraiment ».

Quelques notes positives

Au-delà de ces difficultés d’accueil, la vie à l’institut suit son chemin, rythmée par des projets artistiques et des séjours ludiques dans les environs. Les jeunes de l’IME partiront cette année à Houlgate pour apprendre le judo, à Berck pour le festival de cerf-volant et ils découvriront le BMX à Saint-Manvieu-Bocage : « ces séjours entrent dans la continuité de ce que les jeunes ont appris durant l’année, c’est un aboutissement qui a lieu dans un contexte nouveau ». (…)

Lire la suite de l’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *