71 athlètes suisses prêts pour cet été, à Los Angeles

A lire sur le site 24 Heures:

Fiers de représenter la Suisse aux Special Olympics

Sport handicap. 71 athlètes suisses en situation de handicap mental rejoindront Los Angeles cet été. Explications.

athlètes

Simon Ammann est entouré par Nathalie Ballif et Charles Resin, lors du camp de la délégation suisse à Lausanne
Image: PHILIPPE MAEDER

C’est à une fête gigantesque que participeront les 71 athlètes suisses de Special Olympics, cet été, à Los Angeles. Au total, les Jeux mondiaux d’été réuniront 7000 sportifs provenant de 177 pays. Trente mille volontaires seront à pied d’œuvre pour mettre en place ce rendez-vous qui aura lieu du 25 juillet au 2 août. Vingt-cinq sports seront représentés, alors que 500’000 spectateurs sont attendus dans les différents stades de la Cité des Anges. Les épreuves seront retransmises par la chaîne TV ESPN et auront le soutien de Michelle et Barack Obama, présidents d’honneur. Avril Lavigne a quant à elle composé l’hymne de la manifestation.

La fierté des athlètes

Dans la délégation suisse, Nathalie Ballif (31?ans), de Grandvaux, et Charles Resin (53?ans), de Cheseaux, se rendront pour la première fois aux Etats-Unis. «J’ai été très surprise d’apprendre ma sélection, je pensais que ma coach plaisantait, se souvient la pongiste. Partir à Los Angeles est une grande aventure.» Pour Charles Resin, lui aussi pongiste, faire partie des 71 sportifs suisses est un honneur. «C’est une fierté de porter le maillot de notre pays. D’en être l’ambassadeur.»

Parmi les 102 Suisses qui seront du voyage (athlètes et encadrement), le quadruple médaillé d’or olympique et champion du monde de saut à skis Simon Ammann fera office de conseiller. Son expérience des grandes manifestations sera un atout pour tous les sportifs sélectionnés. Surtout lors de la cérémonie d’ouverture. «On ne réalise pas vraiment ce qui nous attend, confie Nathalie Ballif. Entrer dans un stade plein doit être impressionnant.»

Le mode de sélection

Comment ces sportifs ont-ils été choisis? Parmi les critères requis pour être un athlète Special Olympics en Suisse, il y a l’âge (entre 8?ans et 99?ans), avoir un handicap mental (rente AI), pratiquer une activité sportive et être enregistré dans un sport, et participer au moins une fois par année à une compétition Special Olympics en Suisse.

Pour être sélectionné aux Jeux mondiaux, qui ont lieu tous les quatre ans, il a fallu tout d’abord choisir les coaches, après les National Games. Une mission qui est revenue à la commission sportive de Swiss Olympics Switzerland (SOSWI). Ensuite, chaque coach a sélectionné les sportifs qui seront présents à Los Angeles, selon un quota qui lui est attribué.

«Les coaches doivent bien connaître les sportifs. Outre les capacités de ces derniers, ils doivent pouvoir les gérer sur place», note Xavier Blanc. Et le responsable du bureau romand de SOSWI de préciser: «Dans le sport dit valide, c’est la performance qui donne droit à une participation. Chez nous la performance est un moyen et non une finalité. C’est ce qui explique que l’on ne soit pas intégré aux Jeux paralympiques.»

Les origines

Special Olympics International (SOI) a été fondé aux Etats-Unis en 1968 par Eunice Kennedy Shriver (1921-2009), la sœur aînée de John Fitzgerald Kennedy, ancien président des Etats-Unis.

La fondatrice de ce mouvement avait une sœur nommée Rosemary, souffrant d’un retard mental. Eunice et Rosemary Kennedy ont passé beaucoup de temps ensemble. Elles ont pratiqué de nombreux sports, comme la natation, la voile, le ski et le football. A cette époque, très peu d’animations étaient consacrées aux personnes en situation de handicap. Face à cette injustice, Eunice Kennedy Shriver a décidé de se battre et de tenter de changer les mentalités.

Special Olympics est reconnu par le CIO depuis 1988. Il s’agit du plus grand mouvement sportif international pour personnes en situation de handicap mental. Il est présent dans plus de 170 pays. Plus de 244?000 coaches et 805?000 volontaires permettent à 4,2 millions de sportifs de pratiquer une trentaine de sports et de participer à des compétitions.

Les buts

La valorisation et l’intégration des personnes en situation de handicap mental sont les objectifs généraux de l’association. Sur son site Internet, SOSWI décrit sa mission. «Nous aidons les personnes en situation de handicap mental à progresser par le sport. Ainsi, les sportifs ont l’occasion d’améliorer leur forme physique, de prouver leur courage et d’améliorer leur estime de soi, de connaître la joie de participer à un échange d’expériences et de partager ces moments avec les autres sportifs, leur famille et leur entourage.» (…)

Lire la suite de l’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *