Recherche – Inclusion des enfants trisomiques du préscolaire au scolaire

Inclusion

Céline Chatenoud. Photo CRDITED Mauricie-Centre du Québec

Carmen Dionne. Photo UQTR

Carmen Dionne. Photo UQTR

Michelle Villeneuve. Photo University of Sydney

Michelle Villeneuve. Photo University of Sydney

Patricia Minnes. Photo Queen's University

Patricia Minnes. Photo Queen’s University

A lire sur le site Revue internationale de communication et socialisation (RICS):

De la garderie à l’école maternelle: influence des croyances et sentiments d’efficacité professionnelle sur le parcours inclusif de jeunes enfants ayant une trisomie 21 (T21) au Québec

Céline Chatenoud Université du Québec à Montréal, Canada

Carmen Dionne, Université du Québec à Trois-Rivières, Canada

Michelle Villeneuve, Université de Sydney, Australie

Patricia Minnes, Université Queen’s, Canada

Résumé

Cet article se penche sur l’inclusion des enfants touchés par la trisomie 21 (T21) et sur les perceptions et les représentations des professionnels, dans le contexte de la transition entre les milieux préscolaire et scolaire. Les résultats sont tirés de deux études de cas. L’analyse qualitative des entretiens menés avec les éducateurs en milieu de garde et les enseignants de maternelle montre que l’inclusion entamée dans le milieu de garde semble difficile à assurer et à maintenir lors de l’entrée à l’école. Des discontinuités existent entre les ressources et les moyens disponibles dans les deux milieux. L’inclusion est influencée par les croyances, les attitudes vis-à-vis de l’enfant ayant une T21, ainsi que par l’expérience des éducateurs du milieu de garde et celle des enseignants de maternelle. Enfin, un sentiment d’efficacité diminué chez le professionnel peut poser un défi, malgré les croyances positives à l’égard de l’inclusion.

Lire l’article complet.

Chatenoud, C., Dionne, C., Villeneuve, M., & Minnes, P. (2014). De la garderie à l’école maternelle : influence des croyances et sentiments d’efficacité professionnelle sur le parcours inclusif de jeunes enfants ayant une trisomie 21 (T21) au Québec. Revue internationale de communication et socialisation, 1(1), 35-45.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *