L’Afaei a 50 ans et offre des services à un millier de personnes

A lire sur le site Le Républicain lorrain:

L’association familiale d’aide aux personnes handicapées mentales en assemblée générale

01/06/2015  Propos recueillis par Bertrand BAUD.
Afaei

Béatrice Schröter-Krause est la présidente de l’association familiale d’aide aux personnes handicapées mentales des régions de Rosselle et Nied. Photo RL

L’association familiale d’aide aux personnes handicapées mentales des régions de Rosselle et Nied fête ses 55 ans. L’assemblée générale s’est tenue pour la première fois aux Ateliers du Golf à Faulquemont, inaugurés le jour-même. Une date symbolique ?

Béatrice Schröter-Krause : « Oui. Déjà l’assemblée générale est un moment fort de la vie de l’Afaei, surtout que nous avons rassemblé 250 personnes, dans un temps associatif et convivial. Et François Belin, un des membres-fondateurs, était présent. De plus, l’inauguration a été une réussite, avec en plus au sein de cet Esat de Faulquemont la création d’une cantine centrale qui nous permet de fournir l’ensemble de nos établissements. »

Justement parlons chiffres. Combien de personnes en situation de handicap accueillez-vous ?

« Dans les dix-huit établissements et services que nous gérons, nos 380 salariés s’occupent d’un millier de personnes. Nous prenons en charge tous les niveaux de handicap mental. Une de nos forces est que le conseil d’administration est composé de personnes qui ont un enfant ou un proche touché par le handicap. Nous sommes une association familiale, c’est notre ADN. Nous travaillons en lien étroit avec les professionnels, chacun dans ses compétences. »

Pensez-vous que les personnes handicapées soient encore mal considérées dans notre société ?

« Notre société a connu des changements depuis les premières aspirations des familles à exiger l’éducation et une vie sociale pour leurs enfants. En un demi-siècle, les mentalités ont évolué dans le bon sens, les droits des personnes handicapées ont été reconnus. Toutefois, rien n’est jamais acquis. C’est pourquoi nous demandons aux parents de s’impliquer, pour pouvoir se faire entendre, faire évoluer les lois. À ce titre, le paiement de la cotisation à l’association n’est pas obligatoire mais indispensable. »

De plus en plus, les établissements s’ouvrent aussi sur l’extérieur…

« Bien évidemment. Nos établissements sont ouverts et on peut les visiter. Mais nous avons aussi multiplié les partenariats avec l’Éducation nationale, les associations, les écoles de musique, les clubs sportifs, etc. Plus on se connaît, plus on s’apprécie ; c’est la condition du vivre-ensemble. »

(…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *