Cette discothèque joue un grand rôle

A lire sur le site de Radio-Canada:

Une discothèque bien spéciale

Jeffrey Tremblay et Jessica Boivin

En 1979, il y avait très peu d’activités pour les personnes ayant une déficience intellectuelle. Elles faisaient d’ailleurs face à bien des préjugés et c’est dans ce contexte qu’est née la discothèque du vendredi, l’Amirateck.

Depuis 35 ans, Paquerette Gilbert en supervise les activités. Son fils a lui-même une déficience intellectuelle.

« J’ai ri, j’ai eu de la peine, j’ai vécu toutes les émotions à cette discothèque-là », raconte-t-elle.

Plus de 150 personnes étaient réunies vendredi pour souligner le dévouement de Paquerette Gilbert qui a manqué seulement deux vendredis depuis 1979.

Elle raconte que les choses ont évolué pour le mieux en 35 ans.

« Imaginez-vous pas que c’était comme ça quand on a commencé. On a commencé avec 15-20 personnes. On a commencé à décorer la salle. C’est la plus belle chose qu’on a faite, je pense. »

Disco de l’amour

L’Amirateck, c’est l’endroit par excellence pour socialiser, rencontrer des amis et même pour trouver l’amour…

C’est le cas de Jessica Boivin et de Jeffrey Tremblay qui fréquentent l’endroit depuis une dizaine d’années.

Avec de la patience, Jeffrey a finalement réussi à conquérir le cœur de Jessica.

« C’est ici qu’il m’a fiancée il y a deux ans », explique la jeune femme.

Un lieu pour s’épanouir

Les parents sont unanimes, cette discothèque joue un grand rôle dans l’épanouissement de leurs enfants.

Denis Pelletier n’hésite pas à parcourir les 80 km qui séparent L’Anse-Saint-Jean de l’arrondissement de Chicoutimi pour permettre à son fils de s’amuser.

« Il aime ça. Il entre sur la piste de danse à 19h30 en ressort seulement à 22h… Il arrive trempé chez nous », affirme-t-il.

Une dizaine de bénévoles consacrent leur temps et leur énergie à l’Amiratech. Selon Paquerette Gilbert, leurs efforts sont largement récompensés!

« Ils ont de l’amour à donner et moi ils m’en donnent tellement que je ne suis pas capable de partir d’ici, je ne suis pas capable… », soutient-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *