La difficulté de vivre une relation amoureuse pour les personnes handicapées mentales

A lire sur le site du Sud-Ouest:

Cinéma de Blaye : Le handicap n’interdit pas d’aimer

Mercredi 19 février, à partir de 18 h 30, Le Zoétrope consacre une soirée à la difficulté de vivre une relation amoureuse pour les personnes handicapées mentales.

Cinéma de Blaye : Le handicap n’interdit pas d’aimer
« Gabrielle » sera diffusé mercredi 19 février. © Photo DR

 Le sentiment amoureux n’est pas réservé aux personnes dites « normales », les personnes handicapées le vivent aussi. Le Zoétrope, le cinéma de Blaye, l’Institut médico-éducatif (IME) Les Tilleurs de Blaye, l’Etablissement et service d’aide par le travail (Esat) La Paillerie de Braud-et-Saint-Louis et l’Association départementale de parents et amis de personnes handicapées mentales (Adapei) de Haute Gironde ont décidé d’organiser une soirée sur ce sujet. Elle aura lieu mercredi 19 février.

Dès 18 h 30, les participants se retrouveront autour d’un cocktail, puis, à 19 heures, le reportage sur l’expédition des jeunes des IME de l’Adapei et de la mission locale Technowest au Sénégal sera projeté. Là-bas, à Tarrenga, les jeunes ont participé à la restauration de bâtiments scolaires.

À 20 heures, place à « Gabrielle », de Louise Archambault. Ce film raconte l’histoire de Gabrielle et Martin, fous amoureux l’un de l’autre. Mais leur entourage ne leur permet pas de vivre cet amour car Gabrielle et Martin ne sont pas tout à fait comme les autres. À travers Gabrielle, la réalisatrice Louise Archambault a voulu parler du besoin de liberté et d’autonomie des handicapés dont le quotidien est géré par leur famille et les intervenants : « Je souhaitais immiscer le spectateur dans leur quotidien afin de saluer leur force de caractère, et surtout, pour montrer combien ils ont les mêmes désirs et émotions que tout le monde. Qu’ils sont tous humains, et ordinaires. » À l’issue de cette projection, un échange avec la salle sera proposé sur le thème de l’amour chez les personnes porteuses de handicap mental.

Tarif : 5 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *