France – Une manifestation pour vaincre l’autisme

A lire sur le blog de M’Hammed Sajidi, président de l’association française Vaincre l’autisme:

Autisme et psychanalyse : l’indignation des familles et des chercheurs

le 28 octobre 2013  par  M’hammed Sajidi

L’association VAINCRE L’AUTISME, dont je suis Président et Fondateur, organise ce mercredi 30 octobre, la Journée de l’Indignation contre la psychanalyse appliquée à l’autisme, devant le Ministère de la Santé.

Lors de cette journée de mobilisation, nous souhaitons faire entendre la voix des familles, indignées de constater qu’années après années leurs enfants ne bénéficient pas des prises en charge qui leur permettraient de progresser. Les recommandations de la HAS n’ont rien changé à la qualité des soins proposés aux enfants, et a l’instar du Dr Rabanel, qui déclarait il y a peu lors d’une conférence publique « avec ces enfants, moins on fait et mieux ils ne portent », trop de professionnels demandent encore aux familles de « faire le deuil de leur enfant », et les culpabilisent sur la base de théories psychanalytiques douteuses… 

Le Comité Scientifique de VAINCRE L’AUTISME, constitué des plus grands experts en matière d’autisme reconnus au niveau international, a rédigé un document scientifique, argumentaire rigoureux contre l’obscurantisme des prises en charge « à la française ». Nous rendrons public et remettrons ce document à Mme la Ministre lors de la Journée de l’Indignation. Car les Pouvoirs Publics ne peuvent pas continuer à pratiquer la politique de l’autruche, alors que, sur ce sujet,  la France est montrée du doigt par l’ensemble de la communauté scientifique internationale.

Ce mercredi 30 octobre 2013, nous partons à la conquête d’un nouveau monde pour l’autisme.

Journée de mobilisation autisme psychanalyse ABA

Dans le monde où l’autisme est perçu comme une fatalité…

Les classifications françaises, bien loin des critères de l’OMS, crédibilisent la psychose infantile.

Ce qui a pour conséquence…

– Le dépistage précoce de l’autisme importe peu puisque l’on considère qu’il n’y a rien à faire.

– La psychanalyse est au cœur de toutes les prises en charge institutionnelles. Elle n’a démontré aucun résultat, mais comme personne n’attend de résultats, ce n’est pas un problème. La solution : les hôpitaux psychiatriques !

– L’Education Nationale exclut des enfants des écoles. Pourquoi laisser un enfant qui est perdu pour la société perturber des enfants qui, eux, s’en sortiront ?

– Les structures permettant la prise en charge adaptée des personnes atteintes d’autisme ne sont pas soutenues financièrement, ne sont pas reconnues, ne peuvent pas se développer.

– Les troubles du comportement envahissent les enfants autistes, du fait de l’absence d’outils pour les traiter. Ces enfants sont surhandicapés, dans une détresse intense.

– Les parents, persuadés qu’on ne peut rien faire, et culpabilisés par les psychiatres, sont isolés, fragilisés, précarisés, laissés pour compte.

Ça, c’est le monde actuel.

Dans le monde où l’autisme se soigne…

Les critères de diagnostic de l’O.M.S sont respectés, l’autisme ne se guérit pas mais se traite par des approches thérapeutiques et éducatives adaptées. Le dépistage précoce est la norme. Ceci implique la nécessité de mettre l’accent sur la recherche en neurologie et en génétique, tout en développant les champs de la psychologie comportementale pour comprendre le phénomène et améliorer le traitement.

Ce qui permet …

– La mise en place précoce d’une prise en charge adaptée permet de travailler sur la communication, l’autonomie, le traitement des troubles du comportement. Le bien-être et l’épanouissement de l’enfant sont les objectifs à court, moyen et long terme.

– Les professionnels sont formés à l’autisme, ils ont enfin les outils pour adapter et faire évoluer leurs pratiques.

– Les enseignants, convaincus que l’enfant a des possibilités de s’en sortir, font leur maximum pour lui comme pour les autres.

– Les places en hôpitaux de jour ou en internement hospitalier en secteur psychiatrique sont réduites, au profit du développement des structures adaptées, dont les prises en charge sont conformes aux recommandations de la HAS, et qui sont ouvertes sur l’extérieur, permettant la scolarisation et la guidance des parents.

Les parents, confiants, agissent, aux côtés des professionnels pour donner à leur enfant les moyens de progresser et de construire son avenir.

C’est de ce monde que nous voulons…

Lire la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *