Désactiver le chromosome 21?

A lire sur le site de Enfant.com:

Avancée scientifique

Des chercheurs désactivent le chromosome responsable de la trisomie 21


© G. Cancemi – Fotolia.com

Une expérience scientifique inédite pourrait révolutionner la recherche sur la trisomie 21. En neutralisant le chromosome responsable de cette anomalie, des chercheurs américains et canadiens ouvrent la voie à de nombreuses possibilités. (Actu de 19/07/13)

  • Considérés comme une incroyable prouesse, les récents travaux d’une équipe américano-canadienne publiés mercredi par la revue Nature, prouvent que le chromosome 21 n’est plus intouchable.
  • Jeanne Lawrence, biologiste cellulaire à l’Université du Massachussetts Medical School à Worcester et ses collaborateurs ont réussi l’incroyable défi de désactiver in vitro le chromosome 21 de trop, celui responsable de la trisomie 21. Cette anomalie chromosomique, aussi appelée syndrome de Down, se caractérise par la présence de trois chromosomes 21 au lieu de deux, entraînant un handicap cognitif et souvent des anomalies physiques.

Une expérience unique

  • La technique des chercheurs a été de désactiver le chromosome de trop, au lieu de l’enlever. Pour ce test, ils se sont servi d’un gène appelé «XIST», qui intervient au cours du développement embryonnaire et ont travaillé sur des cellules souches induites (IPS) dérivées de cellules provenant de trisomiques.
  • Grâce à des manipulations sophistiquées, les scientifiques ont introduit dans un des chromosomes 21 le gène XIST, afin de modifier la structure du chromosome.

Des précautions

  • Jusqu’à ce jour, la correction d’un chromosome semblait inaccessible. Cette découverte permettrait d’envisager de nouveaux traitements. Mais les chercheurs restent prudents car ils précisent que la désactivation n’est pas totale (20% au lieu de 33% de la cellule comprenant les trois chromosomes) et poursuivent leurs expériences.
  • En France, cette anomalie touche une naissance sur 2000.

Sophie Vaesken
© Enfant.com

L’article de la revue Nature peut être lu ici, en anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *