Payer soi-même les services pour un enfant ayant un TED

A lire sur Yahoo:

Photo Yoopa

Trouble envahissant du développement: une facture salée pour les parents

Par Claudia Fortier | Agence QMI

SAINT-BASILE-LE-GRAND – La Montérégie est la région où le taux de trouble envahissant du développement (TED) est le plus élevé au Québec et cette prévalence ne fait qu’augmenter avec les années.

Les services ont du mal à suivre la tendance et c’est pourquoi certains parents, comme ceux de Charles-Émile Gendron, doivent constamment débourser des sommes importantes pour lui donner ce dont il a besoin.

Comme il faut attendre longtemps avant d’obtenir des services, Karine Daoust et son conjoint n’ont pas eu d’autre choix que d’opter pour le privé pour que Charles-Émile reçoive des soins.

«Ça prend deux ans avant d’avoir un rendez-vous pour un diagnostic et un autre deux ans pour être accepté en thérapie. Les recherches disent que le moment crucial pour un enfant atteint d’un TED est entre 24 et 36 mois de vie. Ils doivent être pris en charge à ce moment sinon, après, ça devient beaucoup plus difficile», a affirmé la résidante de Saint-Basile-le-Grand.

Au privé, établir un diagnostic coûte entre 1000 $ et 1500 $. Mme Daoust estime que les coûts se situent autour de 25 000 $ par année pour un enfant atteint d’un TED, thérapies incluses. Seulement en thérapies, les parents de Charles-Émile dépensent 300 $ par semaine et parcourent 2600 km par année pour se rendre à ses rendez-vous.

«Je ne pouvais pas travailler parce que je devais rester à la maison avec Charles-Émile. Nous avons mis sur un pied un fonds parce que seulement avec un salaire, nous ne pouvions pas y arriver. Nous avons aussi dû refinancer la maison», a expliqué Mme Daoust.

Malgré tout, la maman de Charles-Émile croit que ces efforts en ont valu la peine. «Il a fait beaucoup de progrès et il rentrera bientôt à l’école régulière», s’est-elle réjouie.

Pour des parents d’enfants atteints d’un TED ou d’un autre handicap, le répit est ce qu’il y a de plus difficile à trouver. Des services de garde existent, mais ils sont très coûteux.

«Ça varie d’un endroit à l’autre, mais en général, ça coûte environ 150 $ faire garder un enfant pour une fin de semaine», a expliqué Mme Daoust. Pour des parents qui doivent déjà débourser une importante somme pour les thérapies de leur enfant, il s’agit d’un prix faramineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *