3e Plan autisme en France

A lire sur le site de l’Est Républicain:

Plan Autisme : les associations sur leur faim

Le 3e Plan autisme qui vient d’être dévoilé, met l’accent sur un dépistage précoce et de nouvelles méthodes de prise en charge afin de rattraper le retard pris par la France, mais il laisse les associations sur leur faim.

Un nouveau-né sur 150 serait concerné par ce trouble. Avec un budget de 205 millions d’euros, soit 18 millions de plus que le plan précédent, le 3e Plan autisme (2013-2017) préconise notamment un dépistage dès 18 mois. Le gouvernement entend par exemple profiter de la refonte du carnet de santé, en 2015, pour y inclure une grille de dépistage des premiers signes de l’autisme. Il prévoit aussi la création de 700 places pour les petits en unités d’enseignements en maternelle.

Autre axe : « L’accompagnement tout au long de la vie », avec 1.500 places d’accueil en plus pour les adultes autistes. « Nous allons essayer d’améliorer les structures existantes à condition qu’elles s’ouvrent aux méthodes modernes », a précisé Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée chargée des Personnes handicapées.

En 2012, les approches psychanalytiques dans la prise en charge avaient pour la première fois été mises sur la touche par la HAS, à la grande satisfaction des associations et des familles qui défendent les méthodes éducatives et comportementales. Les deux ministres, ont annoncé la création de 350 places « de répit » (accueil de jour ou hébergement temporaire), venant s’annoncer aux 40 existantes.

« Le plan ne prévoit pas la création de places dans des structures innovantes », a déploré M’Hammed Sajidi, président de l’association Vaincre l’autisme. Par ailleurs, les places prévues en maternelle se feront certes « dans des écoles ordinaires, mais cela restera des classes spécialisées, c’est complètement isolant », a-t-il jugé.

Vincent Gerhards, président du Collectif autisme (près de 200 associations), a salué un plan où les « bonnes pratiques sont clairement privilégiées dans tous les secteurs ». « Mais on peut avoir quelques inquiétudes », a-t-il poursuivi, relevant que le plan s’appuyait exclusivement sur les structures existantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *