A Beloeil, une initiative d’intégration pour des personnes ayant un trouble envahissant du développement

A lire sur le site de l’Oeil régional:

Un «Petit Presse Café» pour développer des compétences

Par Xavier Savard-Fournier

1364038217192_ORIGINAL

Regarder le court Vidéo

Si pour certains l’interaction avec un barista est un geste anodin de leur quotidien, c’est toutefois un défi plus grand pour quelqu’un atteint de troubles envahissants du développement (TED). Un défi auquel une classe de formation préparatoire au marché du travail (FPT) de l’école secondaire Polybel a décidé de s’attaquer.

Basé sur un projet montréalais, le «Petit Presse Café» de l’école secondaire Polybel permet à huit élèves atteints de TED de gérer un service de café dans l’école. Sous la supervision des enseignants et des éducateurs, les élèves s’occupent de tout, du bon de commande au service du café.

«Ça permet de préparer les jeunes tranquillement vers le marché du travail, explique Sylvie Cadrin, une des enseignantes responsables. Ça touche à tout et une fois que le matériel est payé, c’est un programme complet.»

Les TED regroupent plusieurs syndromes liés à des déficiences qualitatives, sévères et envahissantes dans trois aspects du développement: les interactions sociales, la communication verbale et non verbale, les intérêts et les comportements restreints, stéréotypés et répétitifs. Les gestes les plus simples deviennent donc parfois beaucoup plus complexes et stressants. C’est pourquoi chaque étape du service de café est divisée, expliquée et imagée afin d’outiller l’élève le plus possible.

Et le tout est pris très au sérieux. Rien n’est laissé pour compte, l’hygiène tout comme le service. C’est essentiel pour offrir un bon café, mais surtout pour les préparer au marché du travail. «De cette façon, nous développons des compétences qu’ils pourront réutiliser dans divers types d’emplois», dit Mme Cadrin.

La petite entreprise, approvisionnée et appuyée par le Presse Café de Mont-Saint-Hilaire, ne génère pas vraiment de profits pour des projets aux élèves, mais ce n’est pas le but. L’initiative de l’équipe d’enseignants et d’éducateurs du jeune programme FPT-TED offre surtout une fierté et une visibilité à ces élèves, dans un milieu où le travail de sensibilisation auprès des enseignants et des élèves est encore à faire.

«On remarque encore certains malaises parfois fassent à nos étudiants, avoue Sylvie Cadrin. Mais, cela fait partie du processus d’intégration entamé depuis des années.»

L’initiative a même attiré des intervenants de Belgique et du Luxembourg qui venaient visiter les installations de l’école afin de voir comment fonctionne le projet du «Petit Presse Café».

3 thoughts on “A Beloeil, une initiative d’intégration pour des personnes ayant un trouble envahissant du développement

  1. Un beau projet que j’ai mis sur pied avec Sylvie et Pascale, mais aussi avec tous mes autres collègues dans la classe comme dans l’école. Un bel exemple de sensibilisation, mais aussi d’intégration des élèves au sein de leurs communauté éducative. Poursuivre le développement du projet en tant que conseillère pédagogique dans les années suivant l’implantation a été tout aussi passionnant. Merci à mon ami Alex, propriétaire du Presse Café a Saint-Hilaire, d’avoir accepté cette belle collaboration. Sincèrement, ce sont avec de telles initiatives que les choses avancent de manière vraiment concrète. L’innovation démarre d’abord par l’engagement de tous et chacun.
    Bravo à toute l’équipe.
    Anne Larouche
    .

  2. En effet, et merci de diffuser les initiatives porteuses. Elles peuvent inspirer d’autres intervenants à emboîter le pas, tout en soulignant l’expertise et le dévouement des acteurs de terrain, tout comme les élèves, à rendre la société plus ouverte à l’autre. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *