Raisonnement analogique et mémoire chez des adolescents ayant une déficience intellectuelle

A lire dans la Revue francophone de la déficience intellectuelle:

Une recherche de Caroline Denaes-Bruttin, Fredi P. Büchel, Jean-Louis Berger et Ninosca Borel

Fredi P. Büchel

Le raisonnement analogique, activité cognitive complexe, implique la comparaison d’images, l’inférence et la mémorisation de relations. Les personnes ayant une déficience intellectuelle ont un empan mnésique plus petit que les personnes ordinaires, ce qui entrave leur réussite dans les tests analogiques traditionnels. Notre test, composé de matrices en format deux sur deux, comporte deux versions : une classique, similaire aux tests traditionnels, et une de construction, permettant la présence de mémoires externes, qui favoriseraient une meilleure réussite des analogies. Grâce aux mémoires externes, les personnes ayant une déficience intellectuelle obtiennent des résultats proches de ceux des enfants de même âge mental, et parfois même égaux. Une aide externe favorise ainsi une meilleure résolution des analogies et décharge la mémoire.

Lire le rapport de recherche ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *