Hadaf, une association marocaine, met en valeur les personnes ayant une déficience intellectuelle

Article du site Le Soir:

Amina Msefer: «Les handicapés mentaux dévoilent leurs valeurs»

L’association Hadaf organise le 9 mars prochain à Rabat une exposition de produits réalisés par des jeunes en situation de handicap mental qui ont été formés dans les ateliers du centre socioprofessionnel. Dans cet entretien sa présidente Amina Msefer revient sur cette initiative et sur les activités menées par l’association.

Des personnes en situation d’handicap mental durant la formation dans les ateliers  du centre socio-professionnel de l’Association Hadaf.

Des personnes en situation d’handicap mental durant la formation dans les ateliers du centre socio-professionnel de l’Association Hadaf.

Votre association organise le 9 mars prochain une vente de produits réalisée par des jeunes en situation de handicap formés dans les ateliers du centre professionnel de l’association. Pourquoi une telle initiative ?
Nous saisissons cette opportunité pour mettre en avant les créations des jeunes et montrer à l’opinion publique qu’ils ont de grandes capacités. Ils ont simplement besoin d’un accompagnement adéquat. Notre objectif vise à faire venir des gens pour qu’ils constatent par eux-mêmes de la qualité de ces produits qui allient fonctionnalité et esthétique avec le respect de l’environnement, sachant que certaines de ces réalisations sont faites de matériaux recyclés. C’est aussi l’occasion de faire des achat solidaires. Les jeunes se préparent avec un grand enthousiasme à cette manifestation car ils vont pouvoir montrer leurs capacités et la valeur de leur travail. Ils seront là pour expliquer aux visiteurs leur travail et aussi participer à la vente.

Des personnes en situation d’handicap mental durant la formation dans les ateliers  du centre socio-professionnel de l’Association Hadaf.

Des personnes en situation d’handicap mental durant la formation dans les ateliers du centre socio-professionnel de l’Association Hadaf.

Peut-on avoir plus d’informations concernant ces ateliers de formation des jeunes au sein de vos centres socioprofessionnels ?
Hadaf a mis en place au sein du centre socioprofessionnel, des ateliers professionnels en cuisine, bijoux, couture, peinture sur verre, menuiserie, travaux manuels, reliure et jardinage et des ateliers de soutien psychologique, éducatif adapté, artistique. Ils pourront également disposer d’une initiation à l’outil informatique et sportif.

L’association mène-t-elle d’autres activités en parallèle ?
L’association à travers ses objectifs vise l’insertion sociale et professionnelle des jeunes personnes en situation de handicap mental, cependant cet objectif ne peut être atteint qu’avec la participation de l’ensemble des partenaires (les jeunes eux-mêmes, leurs familles, les professionnels, les employeurs et tout l’environnement). Hadaf mène des actions de formation à l’intention du personnel d’encadrement, des actions de sensibilisation et d’information à l’intention des jeunes et des familles, des activités culturelles et scientifiques mais aussi des manifestations artistiques et des collectes de fonds. Hadaf a pensé à la pérennité du projet puisque elle a mis en place des activités génératrices de revenus, la construction d’une salle de conférence et une maison d’accueil Dr Diaf, qui peuvent être loués par diverses institutions (associations, ministères, entreprises).
Cette salle d’une capacité d’accueil de 100 personnes est équipée en matériel audiovisuel et munie d’air conditionné. Les jeunes de l’atelier de cuisine assurent la préparation des repas, le service de restauration et les pauses café. Dar Diaf est également un espace d’hébergement d’une capacité de 17 lits. Il dispose d’une bibliothèque où des bénévoles encadrent occasionnellement les jeunes en situation de handicap mental pour des séances de lecture adaptées.

L’association Hadaf a vu le jour en 1997. Quel bilan dressez-vous après 16 années d’existence ?
Assez positif dans l’ensemble mais encore très insuffisant. Nous avons obtenu la reconnaissance d’utilité publique pour l’association et l’accréditation du centre Hadaf conformément à la loi 14/05. Nous avons créé une importante structure avec le centre socioprofessionnel Hadaf qui est le fruit d’une solidarité nationale tant au niveau de la conception que de la réalisation. L’association a également accueilli et intégré des jeunes filles et garçons, âgés de 17 à 24 ans, en situation de handicap mental moyen léger (75 à ce jour), accompagnés des familles. Cela a contribué au changement du regard de la société, recruté et formé des jeunes diplômés sans emploi, crée des Activités génératrices de revenus (ndlr AGR) et établi des partenariats nationaux et internationaux. Cependant nous avons encore beaucoup à faire et encore une fois cela ne peut être réalisé sans une implication totale de l’ensemble de la société.

Quelles sont les problèmes majeurs que rencontrent les personnes en situation de handicap mental au Maroc ?
Aujourd’hui, les personnes souffrant de handicap mental sont victimes de stigmatisation. Elles souffrent de la non scolarisation. Elles n’ont pas souvent accès à la formation professionnelle. Les autres problèmes existant concernent le manque de structures d’accueil et de personnels qualifiés. Nous avons également des difficultés de financement pour le bon déroulement de nos activités. Il faut que les autorités reconnaissent le travail déjà accompli par les travailleurs sociaux et qu’il leur confère un statut. Nous organisons un colloque à cet effet au mois de juin à Rabat pour revenir sur différents volets qui concernent les personnes en situation de handicap.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *