Déficience mentale et technologies de l’information et de la communication (TIC) en France

Les technologies de l’information et de la communication sont maintenant accessibles à tout le monde. Le site Handicap et informatique nous présente ici le travail de Mme Audrey Bonjour (audrey@titof.net).

Audrey Bonjour Photo CREM

Audrey Bonjour (Docteure en sciences de l’information et de la communication) aborde, dans un intéressant article, un des aspect de l’application concrète des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans le cadre de l’accompagnement de personnes en situation de déficience mentale.

Suite à son observation de différents établissements spécialisés et ses échanges avec les équipes éducatives rencontrées, elle précise la place que l’informatique et l’accès à internet peut prendre en tant qu’outil communicationnel dans une visée évaluative des capacités de la personne accueillie.
Moyen de communication adaptable aux possibilités et aux besoins de la personne accompagnée, elle fait remarquer avec justesse que le support informatique par l’interface qu’il propose, peut ainsi être la source d’un nouveau regard porté sur les compétences cognitives de la personne en situation de handicap mental.

Voici son article:

HANDICAP MENTAL ET TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE COMMUNICATION (TIC) : DES AVANCÉES MARQUANTES EN ÉDUCATION – COMMUNICATION

Introduction

L’utilisation de l’informatique et de l’Internet par les personnes handicapées mentales accueillies en établissements spécialisés s’inscrit dans le cadre d’usages proposés par des professionnels du médico-social. Elle est notamment un vecteur d’évaluation d’une pratique professionnelle d’accompagnement éducatif ou rééducatif. Une approche historique de l’évaluation (voir Bonjour et Meyer, 2011) permet de comprendre comment l’informatique et l’Internet – relevant d’une communication médiatisée –, équipent et valorisent une professionnalité tout en répondant aux besoins et demandes des personnes handicapées. Cette communication est un moyen d’évaluation – simultanément aux niveaux éducatif, thérapeutique et organisationnel – des capacités et compétences des personnes handicapées et participe à une évolution des représentations des professionnels sur les usagers des établissements.

Pratiques d’éducommunication

Sur le modèle du questionnement de Pierre Mœglin (2005 : 10), – « que faut-il pour qu’un outil de communication ou un média deviennent éducatif et à partir de quand le devient-il ? » – il est possible d’interroger en retour : que faut-il pour qu’un outil et/ou un média de communication favorise la communication des personnes handicapées mentales et/ou qu’un outil de communication et/ou un média deviennent éducatif ? L’auteur (ibid. : 14) avance que « rarement, outils et médias éducatifs sont pensés comme ils devaient l’être : entre éducation et communication ». En effet, « l’hypothèse sous-jacente est que la double qualité, éducative et communicationnelle, des outils et médias éducatifs fournit la clé de leur identité collective » (ibid. : 31). C’est pourquoi nous proposons la terminologie d’« éducommunication ». Lire la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *