Un garçon trisomique de 17 ans a disparu mardi

Info de Métro France :

Bruno, ou Kody, 17 ans le 24 décembre, l'adolescent atteint de trisomie 21 disparu du lycée horticole de Ribécourt-Dreslincourt, dans l'Oise, le 18 décembre.

Bruno, ou Kody, 17 ans le 24 décembre, l’adolescent atteint de trisomie 21 disparu du lycée horticole de Ribécourt-Dreslincourt, dans l’Oise, le 18 décembre. Photo : DR

Oise : Kody, un ado trisomique, manque toujours à l’appel

Un garçon de 17 ans a disparu mardi du lycée horticole où il était en internat, près de Compiègne. Atteint de trisomie 21, il pourrait se cacher « par peur », mais aucune hypothèse n’est écartée et tout témoignage serait le bienvenu.

Fugue, volonté de se cacher ou raison plus inquiétante, quatre jours après la disparition de Bruno, alias Kody, un adolescent trisomique de 17 ans, scolarisé au lycée horticole de Ribécourt-Dreslincourt, dans l’Oise, les recherches ont repris samedi et l’inquiétude est encore montée d’un cran. C’est que le temps devient long.

« Un garçon qui ne bouge jamais », et pourtant…

Mardi, vers 15h, raconte Le Courrier Picard, le jeune homme participait à un atelier de confection de bouquets de Noël dans une serre de l’institut médico professionnel où il est pris en charge, en l’occurrence, sous la surveillance de deux adultes responsables. « Il a demandé à sortir de la serre, il s’est assis sur des blocs de polystyrène à l’extérieur. Les éducatrices ont jeté un oeil pour vérifier qu’il était là jusqu’au moment où elles ont vu qu’il avait disparu. Elles l’ont alors appelé, cherché », a raconté au quotidien régional le directeur de cet établissement, Jean-François Ricordeau. Mais rien. Vers 17h, après avoir visionné en vain les enregistrements vidéos de la caméra à l’entrée du lycée, il avait alerté la gendarmerie. Depuis le mystère reste entier, nul ne sait « par où Bruno est sorti ».

Le fait est que Bruno, ou Kody, n’est pas un garçon très actif, il est plutôt « replié sur lui-même », a expliqué M. Ricordeau, le directeur de l’institut. « C’est un jeune qui ne bouge jamais. Le plus loin qu’il aille, c’est à trois mètres de la porte pour écouter son MP3. On a pensé qu’il était soit dans les toilettes ou dans un coin de l’établissement » a-t-il ajouté, de sorte sans doute, qu’il n’y avait pas plus de raisons que cela de paniquer sur le coup, mais que l’on n’a pas la moindre explication. D’autant que mardi, aucun incident particulier n’avait impliqué le disparu, qui, précisément, aura 17 ans ce 24 décembre, mais n’a pas forcément les comportements d’un jeune homme de cet âge.

« Aucun des éducateurs, du psychiatre ou du psychologue ne comprend. Bruno adorait venir, il avait fait beaucoup de progrès depuis qu’il était là » a ajouté le directeur au Courrier Picard, soulignant que « tout le monde se sent un peu responsable bien qu’il n’y ait pas eu de faute professionnelle ».

Aucune piste écartée

Sur le terrain, à Ribécourt-Dreslincourt et dans les communes alentours, cela fait quatre jours que pompiers, gendarmes et autres volontaires ratissent le secteur, qui avec un chien, qui à cheval, qui à VTT, sans parler de l’hélicoptère mobilisé et de plongeurs. Pour l’instant, sans aucun résultat et sans exclure aucune hypothèse. A la gendarmerie de Compiègne, qui conduit les opérations, on ne désespère pas, car la pathologie de Bruno et sa grande dépendance pourraient expliquer qu’on peine à le retrouver. « La thèse principale est qu’il s’agit d’un jeune homme trisomique qui s’est égaré et qui se cache quand il y a des gens », espère la gendarmerie. C’était, dès mardi, la thèse principale et ça le reste, d’autant que l’adolescent aurait été vu plusieurs fois depuis.

Si d’aventure vous aviez quelque renseignement que ce soit, merci de vous manifester auprès des gendarmes de Ribécourt, au 03 44 75 82 17, ou même au 17. Si vous habitez la région et avez une cave accessible, une grange ou encore une dépendance, il pourrait être utile d’y faire un tour suggère, à juste titre, France 3 Picardie.

Quand il a disparu, Bruno, ou Kody, portait un t-shirt foncé, un survêtement noir et des lunettes. Il mesure environ 1,70m et est assez corpulent. Il aurait été vu mardi vers 17h, marchant le long de la nationale en direction de Compiègne dont il est originaire, et peut-être jeudi toujours près de Ribécourt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *