Opération solidarité en Côte d’Or

Un article intégral de Bien Public:

1 journal acheté = 1 euro reversé à Trisomie 21

Certains buralistes accueilleront même un jeune trisomique pour vendre le journal avec eux.  Photo archives Yannick Dupin

Certains buralistes accueilleront même un jeune trisomique pour vendre le journal avec eux. Photo archives Yannick Dupin

Faire accepter la trisomie, évoluer le regard des gens sur la maladie, tel est l’objectif de l’Opération trisomie 21 qui se tiendra samedi toute la journée dans le département.

«Cela fait quatre ans que nous avons initié cette opération, en partenariat avec le Bien public, les buralistes, Radiance Bourgogne et l’ESC Dijon », indique Geneviève Zimmer la présidente de Trisomie 21. Ainsi, durant toute la journée de samedi, le solde des journaux vendus sera intégralement reversé à la fédération.

Des jeunes travaillent en milieu ordinaire

Certains buralistes iront même plus loin dans leur engagement, en accueillant chez eux un jeune trisomique qui vendra avec lui le quotidien départemental. « L’objectif est vraiment de montrer aux gens qu’un trisomique n’est pas un abruti, mais bien quelqu’un qui a des capacités, plein de gentillesse et qui peut très bien être actif », souligne Romain Casas, président des buralistes de Côte-d’Or. Car être trisomique ne veut pas dire être exclu de la société. Même si c’est plus difficile d’accéder à un emploi, certains arrivent tout de même à accéder à une relative indépendance. « Cette action permet notamment de pérenniser le poste d’une coordinatrice professionnelle, salariée de l’association », explique Geneviève Zimmer. « Elle suit les jeunes qui travaillent en milieu ordinaire et non pas protégés. »

Ainsi, une dizaine de jeunes font des stages ou sont employés dans la restauration, la grande distribution ou encore au CHU de Dijon pour diverses tâches, de la cuisine aux rangements par exemple. « C’est très important pour eux d’accéder à une émancipation, c’est aussi le message que l’on souhaite faire passer aux familles. » Aux familles et à la société en général, qui n’a pas toujours été tendre avec les personnes atteintes de handicap, souvent stigmatisées, décriées, moquées. « Les choses changent », remarque cependant la présidente de Trisomie 21. Un constat partagé Romain Casas. « Au début, la première année, il fallait expliquer aux clients le bien fondé de la présence d’un jeune trisomique, parfois lourdement, mais aujourd’hui, les gens sont habitués, et c’est même une opération qui est attendue par le public, acheter le journal et savoir que la somme est reversée. »

Tous les buralistes de Côte-d’Or participent à l’Opération soit environ 1 900, mais seulement 19 accueilleront un jeune. Ce sera le cas à Dijon, mais aussi à Genlis, Is-sur-Tille, Blaisy-Bas ou encore Chevigny-Saint-Sauveur. L’année dernière, environ 9 200 journaux avaient été vendus soit une somme de 9 200 euros récoltés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *