Horticulture et déficience intellectuelle

L’horticulture est un médium de travail intéressant pour les personnes ayant une déficience intellectuelle: c’est concret, on voit le résultat de son travail et ça permet aussi une insertion professionnelle intéressante.

Je suis tombée sur l’article qui suit, qui nous parle d’un projet au Colorado, et je suis allée voir ce qui se fait ici au Québec. Bonne lecture!

Adultes et déficience développementale : un programme phare au Colorado

Article tiré du site Le bonheur est dans le jardin.

Le programme de Mountain Valley Greenhouse n’est pas né de la dernière pluie : c’est Rebecca Haller, la fondatrice du Horticultural Therapy Institute, qui l’a lancé il y a environ 30 ans pour offrir une formation (vocational training) à des adultes souffrant de déficience développementale (Developmental Disability, aussi appelé déficience intellectuelle en français). Depuis 10 ans, Adam Juul gère ce programme pionnier dans la thérapie horticole dont le but est d’encourager l’indépendance des participants et leur intégration dans la société par le travail.

Adam Juul qui gère le programme depuis 10 ans et sa collègue.

Les participants aux programmes de Mountain Valley Developmental Services qui montrent un intérêt pour les plantes peuvent se porter candidat pour rejoindre l’équipe de la serre et y travailler du lundi au vendredi de 9h00 à 15h45. Ils sont une petite trentaine à bénéficier de cette activité où les tâches sont adaptées à leur diagnostic. « Si quelqu’un a des problèmes d’orientation dans l’espace, on ne va pas lui demander de déplacer des pots », explique Adam. Les trois employés de la serre suivent le plan de traitement de chaque client. « Un objectif fréquent est de rester concentré sur une tâche. Ils peuvent avoir d’autres objectifs : nettoyer sa zone de travail, ne pas partir sans prévenir, suivre les règles, toutes choses qui sont nécessaires pour un travail dans la communauté. » Car l’objectif final est de placer les participants dans des emplois où ils réussiront et où leur employeur bénéficiera de leurs compétences.

Joan arrose les poinsettias.

Certains clients ont besoin d’apprendre à contrôler leur colère. « Nous les mettons dans une situation un peu stressante en leur donnant quelque chose qu’ils n’ont jamais fait. On parle de ce qu’il faut faire quand on a un problème », explique Adam. « Ils doivent apprendre à ne pas refuser le travail et à se comporter de façon appropriée sur un lieu de travail. » Lorsqu’une participante est prête à partir pour un travail à l’extérieur, l’équipe encourage son indépendance : elle doit par exemple trouver des tâches à accomplir sans en référer constamment à l’équipe. Malheureusement, l’économie est moins favorable aux placements à l’extérieur et certains clients ont même dû revenir à Mountain Valley Greenhouse. « On travaille alors sur leur coordination fine. »

Plus récemment, la serre s’est ouverte sur l’école primaire à côté. « Chaque client a une classe sous sa responsabilité. Les enfants mangent à la cantine ce qu’ils cultivent. Pour nos clients, c’est une interaction importante avec la communauté. Nous voyons les enfants passer de « Ils sont étranges » à de véritables relations avec nos clients. C’est important à leur âge », explique Adam qui estime qu’environ 600 enfants ont bénéficié de ce programme. Cet échange a fait l’objet d’un article dans Time for Kids, la version jeunesse de l’hebdomadaire américain, et d’une vidéo qui montre la conception du projet (y compris une interview avec Adam Juul). En partenariat avec l’école, Mountain Valley Greenhouse a aussi installé un système à énergie solaire pour réduire l’empreinte carbonique de la serre. Le programme a également d’autres débouchés à l’extérieur. Mountain Valley Greenhouse vend des fleurs à la municipalité et ses légumes sont distribués dans quelques magasins et restaurants locaux.

Joe coupe du romarin pour le vendre dans des magasins et restaurants locaux.

« Chaque jour, nous prenons cinq clients et nous évaluons la qualité de leur travail qui détermine leur salaire. Certains clients seront avec nous très longtemps car on ne peut pas les pousser vers un job dans la communauté, ils ne sont pas confortables. » Les clients sont très fiers de leur travail, qui a un impact dans la communauté et leur permet de gagner un salaire. « C’est phénoménal. »

Le Mountain Valley Greenhouse vend ses fleurs à la ville de Glenwood Spring, Colorado.

Qu’est-ce que l’hortithérapie?

Les Serres de Clara nous proposent un aperçu de ce qu’est l’hortithérapie, son histoire, ses bénéfices et les façons de mettre en place un processus d’intervention structuré.

«L’hortithérapie, au sens très général, est un moyen de venir en aide à une clientèle en difficulté physique, intellectuelle ou psychologique en utilisant l’horticulture comme médium de travail.»

On peut lire leur document, intitulé Les grandes lignes de l’hortithérapie.

Les Serres de Clara ont été lauréat en 2008 du prix François-Chaput, décerné par Centraide Laurentides, pour leur projet de jardinage collectif. Ce prix récompense publiquement un organisme dont les actions constituent une réponse novatrice à des problèmes sociaux actuels.

D’autres sites d’hortithérapie

Les Services du Chat Botté permettent aux personnes autistes ou ayant des troubles envahissants du développement (TED) de se réaliser grâce à une méthode de travail alternatif. Sur le site de la mini-ferme (Bioferme Laval), on retrouve une table d’hôte, de la production de quelques légumes et fruits ainsi que des poules, un atelier de vente de légume, d’œufs et un kiosque de production d’œuvres. Ces différents volets de l’entreprise permettent une grande variété de tâches afin de mieux favoriser l’intégration sociale des personnes autistes et TED.


Cette ferme à été créée en 2001, reprise par Les Services du Chat Botté en 2009 qui avait été fondé par Germain Lafrenière et un groupe de solidarité voulant aider les personnes adultes autistes et TED, ou ayant une déficience intellectuelle. L’idée de départ pour cette nouvelle entreprise était l’insertion sociale de ces personnes en milieu de travail.

L’aide de partenaires tels que le CRDI Normand-Laramé, le Centre Local de Développement de Laval, la Société de l’Autisme et des TED de Laval, la Commission Scolaire de Laval, la Ville de Laval et l’OPHQ, a permis de démarrer le projet et de le mener au succès qu’on lui connaît maintenant.

****************************************************

Au Centre de Formation professionnelle des Moissons, on offre une formation adaptée en horticulture pour personnes handicapées. Parce que le secteur horticole offre des perspectives d’emploi intéressantes, des organismes (SPHÈRE-QUÉBEC, Horticompétences, GAPHRY) se sont concertés pour mettre sur pied un programme de formation spécifiquement destiné aux personnes ayant une déficience intellectuelle légère.

Le Service de développement d’employabilité de la Montérégie (SDEM), le Centre de formation professionnelle des Moissons de Beauharnois et la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe, offrent ainsi à de jeunes adultes l’opportunité d’acquérir des connaissances de base en horticulture, afin de favoriser leur intégration dans ce secteur d’activités.

Ce projet est rendu possible grâce à la collaboration financière d’Emploi-Québec.

Ce volet, offert dans les régions de Saint-Hyacinthe et de Beauharnois, sera adapté en fonction des capacités d’apprentissage de chacun des participants.

Qualités et aptitudes requises

  • Être une personne handicapée. La priorité sera accordée aux personnes ayant une déficience intellectuelle légère;
  • Vouloir et être apte à occuper un emploi à temps plein ou partiel;
  • Démontrer un intérêt pour le métier de journalier dans le secteur horticole;
  • Être admissible à la formation dans le cadre du projet de formation axée sur l’emploi d’Emploi-Québec;
  • Savoir lire et écrire de façon fonctionnelle;
  • Avoir une bonne santé physique et une bonne endurance.

Pour développer les compétences suivantes :

  • Acquérir et développer des connaissances et habiletés personnelles et professionnelles;
  • Acquérir des connaissances générales sur le marché et les réalités du monde du travail;
  • Développer des compétences socio-professionnelles nécessaires à son employabilité;
  • Acquérir des connaissances générales en botanique et se familiariser avec les cultures en serres, maraîchères, fruitières et les centres jardins (stages préparatoires);
  • Acquérir et développer des habiletés manuelles dans les fonctions d’aide en serriculture;
  • Se sensibiliser à l’informatique.

Durée du programme

24 semaines (temps plein)

Stage de 12 semaines

Horaire : le jour, à raison de 4 jours/semaine

Modules / contenu du programme

  • Santé et sécurité au travail.
  • Horticulture ornementale, les jardineries et la culture maraîchère et fruitière.
  • Notions de base en horticulture.
  • Méthode de propagation des végétaux
  • Travail dans les cultures en serre.
  • Travail dans les cultures maraîchères et fruitières en plein champ.
  • Travail en jardinerie.
  • Habiletés personnelles et sociales.
  • Habiletés de communication orale et écrite.
  • Culture et réalité du marché du travail.
  • Initiation à l’informatique.
  • Habiletés de travail.
  • Méthode dynamique de recherche d’emploi.

AVOIR LE POUCE VERT, ÇA S’APPREND!

Formation Horticulture (sdem-semo)

Prochaine formation à Saint-Hyacinthe : 17 septembre 2012 au 27 mai 2013

Prochaine formation à Beauharnois : 17 septembre 2012 au 30 mai 2013

En recrutement !

Pour plus d’informations, contactez-nous au 1-800-646-6096
http://www.sdem-semo.org/Formation/Formationhorticulture.aspx

***********************************************************

En Ontario?

Le Domaine Larose est une résidence et ferme de loisirs située dans la région de Casselman, dans l’Est de l’Ontario. Elle est administrée par l’agence SEAPR (Services aux enfants et adultes de Prescott-Russell). Sept adultes ayant une déficience intellectuelle vivent sur la ferme, où ils profitent des joies de la nature, qui leur permettent de renforcer leurs aptitudes à la vie quotidienne et d’éprouver un sentiment de réussite. Tous les services sont fournis en français, conformément aux préférences des familles et des résidents.

Un petit vidéo raconte l’histoire et les résultats de cette initiative.

***********************************************************

Connaissez-vous d’autres exemples d’horticulture pour et avec des personnes ayant une déficience intellectuelle?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *