Liens entre l’intervention comportementale intensive et l’intégration à l’école?

Céline Mercier

Gilles Cloutier

Katherine Moxness

Voici quelques extraits du rapport Suivi opérationnel du Programme d’intervention comportementale intensive (ICI) à l’intention des enfants ayant un trouble envahissant du développement (TED) 2005-2006-2007, publié en 2010. Les auteurs en sont Céline Mercier, Ph.D., Geneviève Boyer, M.Sc., Véronique Langlois, M.Sc. Avec la collaboration de Gilles Cloutier, Sylvie Gladu, Katherine Moxness et Micheline Richer.

J’ai trouvé intéressant de lire ce document, compte tenu de la polémique qui a cours actuellement en Europe sur les méthodes d’intervention en TED (dont l’autisme). A l’intention des lecteurs européens, je précise que l’intervention comportementale intensive (ICI) est l’équivalent de l’ABA (Applied Behavior Analysis).

Pourquoi?

«Dans une perspective d’intégration et de participation sociale où il est permis à chaque enfant d’avoir l’opportunité de fréquenter les mêmes milieux publics que ceux de ses pairs du même âge et en s’appuyant sur les données relatives aux meilleures pratiques, le ministère de la Santé et des Services sociaux (2003) recommandait l’implantation de programmes d’interventions comportementales intensives (ICI) afin de soutenir/stimuler le développement des habiletés et compétences des enfants d’âge préscolaire. Cette étude de suivi opérationnel des enfants ayant reçu des services d’ICI qui sont entrés à l’école en 2005, 2006 et 2007 permet de suivre l’implantation de ce programme en termes d’intensité et de durée et ses effets sur l’intégration scolaire. (…)

Le plan d’action ministériel mentionne l’intérêt de développer des indicateurs de qualité t de performance des services ICI. À la suite de la mise en place de ces services, la Fédération québécoise des centres de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement (FQCRDITED) a soutenu une étude de suivi opérationnel ou « monitoring » sur trois indicateurs d’exposition au programme (âge au début des services ICI, durée totale et intensité hebdomadaire des services) et un indicateur de résultats relié au type d’intégration des enfants en milieu scolaire. Faisant suite au dépôt des rapports de suivi pour les années 2005 et 2006 (Mercier & Boyer, 2006, 2007), ce rapport final fait état des résultats du suivi opérationnel de ces indicateurs sur une période de trois ans (2005, 2006 et 2007). (…)

Qui?

Un total de 555 enfants éligibles provenant de 90 % des CRDITED qui offrent les services ICI ont fait l’objet du suivi opérationnel. D’une année à l’autre, le ratio fille/garçon a varié de 4,2 à 5,0. L’âge moyen des enfants au début des services s’est maintenu à 4 ans. La comparaison des résultats entre les trois cohortes indique que la durée des services a régulièrement augmenté, passant d’une moyenne de 41,6 semaines en 2005 à 69,3 en 2007. Cette différence est statistiquement significative. Par ailleurs, le nombre moyen d’heures de services ICI reçus par semaine a diminué. De façon statistiquement significative, celui-ci est passé de 15,3 heures par semaine (2005) à 13,7 (2007). Cette différence semble reliée au fait que moins d’enfants reçoivent plus de 20 heures par semaine. Si en 2005, 12,1 % des enfants avaient reçu plus de 20 heures de services ICI par semaine, ils ne sont plus que 1,8 % dans cette situation en 2007. (…)

Résultats

En ce qui concerne le premier indicateur, l’âge moyen au début du traitement, il est surprenant de voir que celui-ci ne varie pas au fil du suivi, alors qu’on aurait pu s’attendre à ce que les efforts en vue d’un diagnostic plus précoce et un accès plus rapide aux services se seraient traduits par un abaissement de l’âge à l’entrée dans les services. Il semble bien que l’allongement des listes d’attente vienne neutraliser ces efforts.

En revanche, alors que l’âge à l’entrée est demeuré constant, la durée moyenne des services ICI s’est allongée. Une explication possible serait que davantage d’enfants reçoivent des services jusqu’à 6 ans. (…) Si la durée tend à s’allonger, l’intensité diminue, avec une légère tendance à la baisse du nombre d’heures hebdomadaire en ICI. On tend donc à s’éloigner plutôt qu’à se rapprocher de la cible des 20 heures hebdomadaires.

Si on se reporte à la situation au Québec, en 2007-2008, 5892 enfants ayant un TED étaient inscrits dans une école publique ou privée, en fonction des critères reconnus par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS); 40 % de ces élèves ayant un TED étaient intégrés en classe régulière, avec ou sans accompagnement (Noiseux, 2009a). Dans ce rapport, le taux d’intégration en 2007 des enfants ayant reçu de l’ICI est plus élevé (43,3 %). (…)»

Le rapport est disponible ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *