American Airlines interdit à un enfant trisomique l’accès à un avion

Retranscription intégrale d’un article de gentside.

Bede Vanderhorst et ses parents – Photo flyertalk

Dimanche dernier, un enfant atteint du syndrome de Down (Trisomie 21) a été interdit de monter à bord d’un avion de la compagnie American Airlines. Devant une famille outrée et choquée par cette décision, la compagnie aérienne s’est défendue en prétendant que l’adolescent avait un comportement dangereux pour le bon déroulement du vol.

Dimanche dernier, une famille californienne a été interdite de monter à bord d’un avion de la compagnie aérienne American Airlines. La raison ? L’enfant, âgé de 16 ans, pouvait perturber le vol à cause de son syndrome de Down, plus connu sous le nom de Trisomie 21.

L’enfant était trop près de la cabine de pilotage

« C’est une diffamation. C’est une violation des droits civils« , s’est injurié Robert Vanderhorst, le père de l’adolescent, au New York Daily News. C’est dans la salle d’embarcation de l’aéroport de Newark dans le New Jersey, dans l’Est des Etats-Unis, que Joan et Robert Vanderhorst ont connu ce qu’ils appellent une « humiliation« . Les stewards ont indiqué à la famille qu’elle ne pouvait pas prendre place à leurs sièges en première classe à cause du danger que pouvait causer le comportement Bede Vanderhorst, l’adolescent trisomique.

« Il n’était pas acclimaté à cet environnement » a indiqué le porte-parole de la compagnie aérienne américaine. Pour American Airlines, le comportement de Bede était un danger pour le vol parce que son siège était trop près du poste de pilotage. « Pour la sécurité du jeune homme et pour celle d’autrui, American Airlines a proposé de réserver un autre vol pour cette famille« .

« On a été traité comme des criminels »

Une décision qui a outré la famille Vanderhorst, « C’était horrible, humiliant. On a été traité comme des criminels« . Le père de famille a décidé de sortir son téléphone portable pour filmer la discussion entre les membres de la compagnie et la famille. « Ce petit garçon avait un siège en première classe et pour une raison quelconque, ils lui interdisent l’accès. Ce n’est pas acceptable« , a prétendu Joan, la mère. Ce à quoi elle a ajouté « mon fils attendait dans la salle d’embarquement. Il était assis en silence« . Joan Vanderhorst a argumenté son incompréhension en précisant que la famille avait déjà pris l’avion une trentaine de fois sans aucun problème. « Rien de cela n’est jamais arrivé auparavant. C’est si choquant. Pourtant, quand il est avec nous, on attire plutôt la sympathie des gens« .

Au final, la famille Vanderhorst a été contrainte de monter à bord d’un autre avion de la compagnie United Airlines. « Nous n’avons pas été indemnisés pour la différence de prix », a déclaré la famille. En effet, la réservation pour ce nouveau vol comprenait des sièges en seconde classe. La famille Vanderhorst ne compte pas s’en tenir là et a décidé de poursuivre American Airlines pour discrimination. « J’espère simplement qu’American Airlines ne donne pas la possibilité à ses pilotes de discriminer les homosexuels ou les personnes d’autres couleurs !« , a balancé le père de famille en guise de conclusion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *