Ressources mondiales pour les personnes présentant des déficiences intellectuelles

En 2007, l’Organisation Mondiale de la Santé a publié un rapport intitulé: Atlas des ressources mondiales pour les personnes présentant une déficience intellectuelle.*

En avant-propos, on peut lire:

Les personnes présentant une déficience intellectuelle (DI) sont souvent les plus vulnérables et les plus exposées aux violations des droits de la personne ; souvent ce sont elles qui reçoivent le moins de services et sont même privées de leur dignité. Ce sont ces personnes qui sont les plus susceptibles d’être isolées dans de grandes institutions, incapables d’obtenir les services essentiels en matière de santé et d’éducation et tenues à l’écart de rapports sociaux normaux. Ceci malgré le fait qu’il est bien connu que la déficience intellectuelle est un domaine négligé ; même les données essentielles sur la présence ou l’absence de ressources et de services pour cette population n’existent pas dans la plupart des pays du monde.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Centre Collaborateur OMS de Montréal ont travaillé de concert pour réaliser le tout premier « Atlas : Ressources mondiales pour les personnes présentant des déficiences intellectuelles (Atlas-DI) ». Le principal objectif de l’Atlas-DI est d’améliorer la connaissance et la prise de conscience des disparités globales et régionales, en fournissant les données essentielles et nécessaires sur les ressources et les services mis à la disposition des personnes présentant une déficience intellectuelle selon les pays. Ce rapport contient l’information de 147 pays, représentant 95 % de la population mondiale. L’information porte spécifiquement sur la terminologie et les systèmes de classification utilisés pour cette population, les politiques et législation, le financement et les allocations gouvernementales, les services, la prévention, les ressources humaines, la formation, la recherche et les systèmes d’information, et le rôle des ONG et des organisations internationales. De plus, l’Atlas-DI comprend un glossaire complet des termes et définitions des concepts
de base en déficience intellectuelle ainsi que le questionnaire utilisé pour la collecte des données quantitatives et qualitatives.

On y retrouve 59 tableaux, comme par exemple la répartition des 8 terminologies employées dans le monde pour nommer la déficience intellectuelle, par régions de l’OMS (p.17) ou par catégories de revenu (p.18). Ou encore la présence et la nature des allocations gouvernementales, par régions et par revenu (p.35).

Il y a aussi 31 figures, allant de la présence de politiques ou de programmes nationaux spécifiques à la déficience intellectuelle à la présence de standards de pratique pour les professionnels.

Plusieurs cartes géographiques permettent de se faire une idée, par exemple, de l’impact du statut socioéconomique sur l’accès aux services.

Les thèmes abordés vont des politiques au financement, en passant par la prévention et la formation.

Ce document de 108 pages peut être obtenu en ligne sur le site de l’AQIS. On peut aussi le lire en version originale anglaise ici.

*La référence en français est la suivante: CRDI Gabrielle-Major, CR Lisette-Dupras, CR de l’Ouest de Montréal, Centre collaborateur OMS de Montréal (2008), Atlas: Ressources mondiales pour les personnes présentant des déficiences intellectuelles, Montréal, CRDI-GM, CRLD, CROM, Montréal, Canada, 112 p.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *