Tennis de table, sport adapté

A lire sur le site de la Ville Les Herbiers:

Le Tennis de table promeut le sport adapté

  • 19/11/2014

Le Tennis de table herbretais accueillait la 2e journée départementale du sport adapté avec 29 participants. Le club désire d’ailleurs créer une section de sport adapté pour septembre 2015.

Tennis de table

29 athlètes handicapés ont participé à la 2e journée du championnat départemental de tennis de table sport adapté qui s’est déroulée ce samedi 15 novembre aux Herbiers.

Le Tennis de Table Herbretais (TTH) accueillait la 2e journée départementale du sport adapté. La première a eu lieu à Pouzauges le 4 octobre dernier et trois autres journées auront lieu d’ici juin prochain dans le département. Les 29 athlètes présents sont atteints d’un handicap mental (voir les résultats).

« Ce n’est pas par hasard que le Tennis de Table Herbretais accueille cette journée car le club a en prévision de créer une section « sport adapté ». Le projet a été lancé en fin de saison dernière, mais l’objectif est de le concrétiser pour septembre 2015 », note Julien Babarit, président du TTH.

Odile Pineau, adjointe à la Jeunesse de la Ville des Herbiers, a félicité l’ensemble des participants à cette manifestation qui permet aux personnes handicapées de pouvoir se rencontrer, de pratiquer ensemble une activité sportive.

« Cette initiative doit aussi permettre à tous de poser une regard différent sur le handicap, et de faciliter son intégration dans la société », rappelle-t-elle.

La Ville soutient déjà les initiatives en faveur de l’intégration du handicap, notamment via des subventions pour l’achat d’un fauteuil pour la section de hockey fauteuil des roulettes herbretaises, et depuis de nombreuses années au travers de  l’association Mélusine.

Les résultats de la 2e journée aux Herbiers

Division 1

TTH D1

 

  • 1er : Julien Vignaud
  • 2e : Jean-Félix Bourcier
  • 3e : Jacques Tricoire
  • 4e : Yann Logeais
  • 5e : Mathieu Phanthourath
  • 6e : Stéphane Julien
  • 7e : Thierry Blanchard
  • 8e : Antoine Frangeul

Division 2

TTH D2
  • 1er : Morgan Thomas
  • 2e : Yannick Martinet
  • 3e : Stéphane Lecam
  • 4e : François Micheneau
  • 5e : Raphaël Oriac
  • 6e : Bruno Trichet
  • 7e : Freddy Berland
  • 8e : Christophe Riberolle
  • 9e : Valentin Gaboriau

Division 3

TTH D3
  • 1er : Thierry Rapiteau
  • 2e : Pierrick Potier
  • 3e : Sébastien Dalcin
  • 4e : David Gendrot
  • 5e : Evrard Legrele
  • 6e : Marc Pineau

Féminines

TTH féminine
  • 1ère : Flavie Caiveau
  • 2e : Christelle Chiron
  • 3e : Géraldine Fouquet
  • 4e : Martine Tempette
  • 5e : Véronique Gaudin
  • 6e : Patricia Guillebot

Gary Bourlet at H&SA 2014 – We can never be satisfied while people with learning disabilities lack the rights to live free

Here is the speech of Gary Bourlet, founder of People First england, at H&SA (Housing and Support Alliance) 2014 Annual Conference No Going Back:

Note: In the UK, the term of ‘Learning disability’ is used instead of ‘Intellectual disability’.

H&SA

Gary Bourlet

Gary’s Speech HSA2014

Three score years and nine ago the welfare state was formed. A vision of Britain as Jerusalem for all, a beacon of hope in a country battered and bruised by the ravages of war. Principles so important that despite the crippling debt of the post war years, our grandfathers and grandmothers made sure their dream of a society caring for all was a priority.

Despite two world wars and countless people disabled in the pursuit of justice it took another 25 years for disabled people to begin our own long march to freedom..

And so we’ve come here today to dramatise a shameful condition. A condition which means that our people, our loved ones are still not free.

Because 7 decades later, not all disabled people are free. 7 decades later, the lives of those with learning disabilities are still crippled by the manacles of segregation and the chains of discrimination. 7 decades later, those with learning disabilities live on a lonely island of poverty in the midst of a vast ocean of material prosperity. 7 decades later, those with learning disabilities still languish in the corners of our society and find ourselves exiled in our own land.

We are often asked « when will you be satisfied? » We can never be satisfied as long as our rights are under threat.

We can never be satisfied as long as our bodies, heavy with fatigue cannot gain access to the transport, to the workplaces, to the leisure spaces of our cities. We can never be satisfied as long as our children are segregated, denied appropriate aids and parents broken by the lack of support.

We can never be satisfied as long as disabled people are victim of unspeakable horrors. We can never be satisfied as long as we remember Connor Sparrowhawk, left alone to drown in an NHS hospital.

We can never be satisfied as long as we remember Stephen Neary, ripped away from the life and family he loved because someone in power thought that they knew best. We can never be satisfied as long as we remember the torture in Winterbourne View, carried out by those paid to care, those who believed we are so worth so little that no-one would care what they did to us.

We can never be satisfied while people with learning disabilities lack the rights to live free.

We must embrace our diversity, our differences, our talent and work together until we can dream the dreams of all..

It may now be a nightmare, but we too can dream. To dream is a right for all humans and the first step on the road to justice. Without our dreams we have no hope, and we all have hope. Our rights, our dignity, our existence can all be threatened, but the flame of our hope cannot be extinguished. The hope of a world in which all humans are seen as people first, people, with fundamental rights; to eat, to drink, to live, to love, to be free, to dream. We can dream of a day when all children grow together, learn together, play together regardless of ability. We can dream of a day when those children become adults, accepting adults who see the world as equal, a world of ability not disability.

We can dream of a world of people with the right to have their basic needs met in whatever form they arise.

This marvellous new power which is rising in our disabled community must not lead us to a dismiss all those outside of our community, for many of our not yet disabled sisters and brothers have come to realise that their destiny is tied up with our destiny. And slowly, but surely, they are coming to realise that their freedom is bound to our freedom.

We cannot travel this road alone.

And as we travel we shall make this pledge, a promise to travel together on a journey with our leaders at the fore. A journey led by those of us with disabilities, a journey supported by those paid to provide the framework upon which we build our lives. For freedom, when it comes, is about our choices; the choices of disabled people, the lives of disabled people, the voices of disabled people. Our choices. Our lives. Our voices. Made with our families, our carers, our supporters. But always, always, always at heart our choices, our lives, our voices, not those you may want to make or speak for us.

__________________________

Thanks to @People1stEng for having drawn my attention on this speech.

La fédération Z.Ö.F. de Turquie en visite en France

A lire sur le site Handiplanet:

Rapport de visite de travail de Mme Dankaz, Présidente de la Fédération Z.Ö.F.

Par Aynur Dankaz le 24/09/2014
fédération Z.Ö.F.
Partenariat Handiplanet entre la Fédération des personnes ayant un handicap mental de Turquie (Z.Ö.F.) et la Fondation des Amis de l’Atelier (8 et 9 juillet 2013)

Rappel du programme et des objectifs

Objectifs  de l’accueil de Mme Aynur DANKAZ, Présidente de la Fédération

- Proposer un panorama des types de services et d’accueil de la Fondation

- Renforcer le lien avec les établissements

- Offrir des espaces de discussion entre les directions des établissements, les équipes et le partenaire

- Echanger sur les pratiques comparées France-Turquie

- Renforcer la dynamique de partenariat pour permettre que la Fédération devienne tête de réseau active de Handiplanet en Turquie

JOUR 1           

~ MAS Hautes Bruyères

~ DGE (Déjeuner)

~ ESAT Les Robinsons

~ Foyer-CITL Les Robinsons

JOUR 2           

~ ESAT & EA Les Ateliers de Chennevières

~ IME du Jeu de Paume

    

Rapport

« J’ai été invitée à Paris en juillet 2013 par la Fondation des Amis de l’Atelier, notre partenaire dans le cadre du réseau Handiplanet dont nous sommes membres, dans l’objectif de  voir, analyser et obtenir de beaux exemples. J’ai appris que, née il y a 50 ans comme association, cette organisation devenue Fondation il y a 2 ans est gestionnaire de 65 établissements [et services] à Paris [et en Île-de-France] auprès des personnes ayant un handicap mental ou psychique.

En voyant tout ce que cette Fondation réalise dans les domaines de l’éducation, du résidentiel, de la santé, je dois avouer que je me suis remise en cause.

J’ai vécu la possibilité d’examiner 8 établissements en 2 jours.

Ma première visite était celle d’un établissement accompagnant des personnes ayant un handicap mental ou psychique très lourd [MAS / Maison d’Accueil Spécialisé de Villejuif]. Je souhaite partager avec vous ce que j’ai vu de cet établissement, qui m’a semblé aussi confortable qu’un hôtel 5 étoiles. Les lits pour personnes ayant un handicap lourd sont différents, cependant ils étaient si bien arrangés qu’ils semblaient être des lits normaux. De la porte jusqu’aux fenêtres,  la chambre, organisée en fonction des besoins spécifiques de la personne, a été transformée en un très joli lieu. La chambre privée de la personne ayant un handicap est devenue une maison. La salle de bain et les toilettes sont dans la chambre [séparés par une porte]. Cet établissement résidentiel contient 7 sections. Chaque section rassemble des personnes ayant des spécificités différentes. Dans les sections se trouvent des salles et équipements pour répondre aux besoins des personnes : salle de soins, salon de coiffure pour les soins corporels du cheveux, barbe et ongles des personnes ayant un handicap ; une salle de massage pour permettre la circulation [motricité] ; Une salle de sport, une piscine thérapeutique, des chambres de ménage (le ménage est pris en charge par des personnes ayant un handicap moyennant rétribution par la Fondation) ; pour les activités de jour un atelier céramique, un atelier dessin, des salles éducatives, une cuisine éducative (utilisée pour y prendre des cours de cuisine), et des salles à manger ; ainsi qu’une salle de relaxation [Snoezelen]. Au contraire des salles de relaxation utilisées en Turquie comme une punition, cette salle a été meublée et décorée avec un système très particulier : l’établissement m’a expliqué l’influence que chaque objet dans la pièce produisait sur la personne ayant un handicap.

L’établissement accueille de jour également les jeunes adultes qui ont un handicap lourd et dont les familles travaillent. Parmi les personnes accueillies, j’ai pu rencontrer un jeune homme turc ayant un très lourd handicap. Aux côtés des personnes ayant un handicap se trouvaient des aides-soignants, appelés dans l’établissement des « accompagnants », qui s’occupaient des personnes. A ce moment, en repensant à ce que j’ai vécu avec mes propres enfants, j’ai eu les larmes aux yeux…

Lorsque vous regardez un tel établissement où vivent des personnes avec un handicap si lourd, vous vous sentez  en paix ; tant les résidents que les éducateurs et accompagnants étaient très souriants. Lorsque j’ai demandé s’il n’y avait jamais de points négatifs, la réponse suivante m’a été donnée : il y a eu des difficultés, qui ont été suivies par un renouvellement des équipes salariées. J’ai perçu ainsi que le mécanisme de contrôle est également tenu par les salariés. Si une personne est licenciée, les autres risquent de l’être aussi, c’est pourquoi les membres de l’équipe s’autocontrôlent pour ne pas mal agir.

Le moment le plus important que j’ai vécu à cet endroit était l’entrée dans la piscine thérapeutique d’une résidente ayant un très lourd handicap. Cette femme, qui crie beaucoup, ne peut pas marcher, et est assise dans un fauteuil roulant tout au long de la journée. L’équipe m’a informée que lorsqu’elle allait dans la piscine, ses cris cessaient et elle marchait dans l’eau, et j’ai personnellement été témoin de ce moment.

Nous sommes ensuite arrivés au siège de la Fondation pour déjeuner avec son Directeur Général M. Claude Hege, le directeur des programmes émergents M. Denis Pelsy et notre correspondante Mme Viviane Sekercioglu. De nouveau, nous avons déjeuné parmi les personnes ayant un handicap dans un établissement [ESAT L’Atelier Etablissement et service d’aide par le travail] où travaillent uniquement des personnes ayant un handicap, au sein d’un atelier cuisine, un atelier blanchisserie, [un atelier conditionnement] et un atelier espaces verts.

En nous rendant vers un autre établissement, nous nous sommes arrêtés sur la route devant un autre centre qui n’était pas prévu au programme. L’on m’a expliqué que cette « maison heureuse » au très beau jardin comporte 3 types de bâtiments [Foyer intégré la Maison Heureuse], la partie avant étant celle des appartements indépendants [studios], où les résidents vivent seuls et cuisinent eux-mêmes, pouvant recevoir des invités le week-end ; et la partie arrière où les résidents utilisaient des espaces communs.

J’ai été très impressionnée à mon arrivée sur les lieux de la visite suivante du programme, un très grand espace vert où prenaient place à la fois un établissement résidentiel [Foyer les Robinsons], un centre éducatif [CITL les Robinsons – Centre d’initiation au travail et aux loisirs]et des ateliers de travail [ESAT les Robinsons]. Nous avons d’abord visité les ateliers : l’atelier blanchisserie est un très grand atelier où beaucoup de personnes ayant un handicap travaillent. Ils gagnent de l’argent en prenant des commandes en gros et au détail. Dans un grand espace, beaucoup de travailleurs ayant un handicap réalisent des tâches d’installation [pliage,…]. Les travaux de jardinage et de ménage sont réalisés par les travailleurs au sein du bâtiment et ils vont également travailler en dehors [externe]. La nuit, [certains] sont résidents dans des appartements au sein du bâtiment voisin [indépendants du Foyer Robinsons].

Dans l’atelier [de soutien] verre, les bagues, colliers, et autres très beaux objets créés sont présentés aussi pour la vente. J’ai pu voir en les visitant et en m’y asseyant un moment l’impact des salles de céramique, de dessin et de nouveau de la très belle salle de relaxation [Snoezelen] comme nous avions pu voir dans l’établissement résidentiel, qui a la particularité de détendre les personnes ayant un trouble du spectre autistique ou les personnes qui crient. Plus tard, les programmes auxquels les personnes ayant un handicap participent m’ont été décrits. Dans le bâtiment d’à côté [CITL les Robinsons] nous avons visité un café [le salon de thé] où ce sont les personnes elles-mêmes qui, accompagnées, préparent la liste des ingrédients, vont faire les courses et préparent les gâteaux.

Dans les bâtiments où ont lieu les activités éducatives, j’ai été avec les adultes (jeunes et moins jeunes) ayant un handicap avec qui nous avons discuté ; ils reçoivent une éducation en fonction de leurs spécificités, de leur situation et de ce qu’ils aiment faire.

Lorsque nous sommes passés à l’unité résidentielle [Foyer les Robinsons] nous avons visité cet établissement d’accueil résidentiel où les étages femmes et les étages hommes sont distincts. En visitant cette unité très bien organisée et ordonnée, j’ai été témoin de la façon dont les personnes sont rentrées heureuses après avoir participé aux apprentissages éducatifs et avoir travaillé. DANS LE BUREAU DU DIRECTEUR, j’ai vu comment étaient constitués les programmes. Sur un très grand mur, étaient affichés les programmes de soin, d’éducation et de travail préparés en fonction de la personne.

Le directeur, très joyeux et surpris par la plupart de mes questions, m’a apporté un éclairage sur de nombreux sujets.

Pour ne pas déranger davantage les jeunes adultes, car nous avions dépassé légèrement l’horaire de visite, nous avons dû partir.

Le 2ème jour, notre programme était un très grand établissement construit dans une zone plus rurale de la région parisienne [ESAT et Entreprise Adaptée Les Ateliers de Chennevières]. Il s’agissait d’un établissement de travail protégé, où travaillent des personnes ayant un handicap, existant depuis plus de 30 ans !!! Et il y avait une surprise : l’assistante de la directrice est turque. J’ai suggéré une critique de l’établissement, car il est entouré de hauts murs, sécurisé par un accès d’entrée et de sortie avec un système de carte, comme si les personnes ayant un handicap étaient marginalisées ici. Ce système a en fait été mis en place contre les vols externes de matériels et de produits finis. Nous sommes passés à la visite : à nouveau, un très grand atelier blanchisserie, et des personnes ayant des handicaps mental ou psychique allant de léger à lourd qui travaillaient avec une grande précision. Nous sommes passés à l’atelier de couture [maroquinerie]. Les travailleurs coupaient, collaient le blason, cousaient, plaçaient la boucle et emballaient des ceintures Lacoste. Dans une section, des travailleurs réalisaient des sacs et portefeuilles  à partir de bâches que de grandes marques utilisent pour leur publicité et jettent. Certaines personnes travaillaient depuis plus de 30 ans, et arrivent bientôt à l’âge de la retraite. Certains travaillent tout à tour sur les ateliers de nettoyage, d’espaces verts. Ils gagnent de l’argent et sont aussi contents de travailler, vivant la satisfaction de la réalisation du travail. Lorsqu’ils se lassent, sont organisées des activités telles que du basket dans le jardin, du sport ; et chaque individu [pour la plupart] vit dans son appartement, rattaché à la Fondation qui accompagne et contrôle. Ils rentrent manger chez eux, et font les tâches de ménage et petites réparations chez eux.

Notre dernière visite était un établissement éducatif pour les enfants porteurs d’autisme de 2 à 14 ans [IME du Jeu de Paume – Institut Médico-éducatif]. C’était un jour où l’équipe éducative était en séminaire et où les élèves étaient en vacances. Chaque salle a été peinte d’une couleur différente en fonction des groupes d’âge. Les salles individuelles sont différentes. Le directeur a expliqué longuement les méthodes ABA [pour les apprentissages] et Pecs [pour la communication] utilisées. Les élèves sont en apprentissage dans l’établissement 2 jours par semaine et vont les autres jours en éducation inclusive. Dans l’établissement, une salle autre que la salle de soins contient tous les instruments médicaux ainsi qu’un fauteuil de dentiste, pour [permettre aux élèves à apprendre à] dépasser la peur du docteur.

Lorsque nous avons quitté les lieux, j’ai pensé que les organisations de la société civile [= les associations] de notre pays ont beaucoup de travail. Pourquoi n’étions-nous pas déjà dans cette situation !!! Car dans les associations, les personnes perdent du temps à être en concurrence les unes avec les autres. Pour trouver des solutions durables, il faudra dépasser les conflits, les animosités et la haine accumulés .

Chers Denis, Viviane, directeurs, équipes et bénévoles de la Fondation, nous vous remercions et vous félicitons… Nous espérons que nos échanges durent de nombreuses années et que nous partagerons mutuellement nos idées positives.

Avec mes salutations amicales,

Aynur DANKAZ

Fédération des personnes ayant un handicap mental – Turquie (Zihinsel Özürlüler Federasyonu)

Présidente

Dr Janet Carr, 87, is finalising her 50-year research with people with Down’s syndrome and their families

To read on The Guardian website:

Janet Carr: They used to say ‘they’re never likely to walk or talk’

Pioneering psychologist on her 50-year study of people with Down’s syndrome that became a lifelong commitment to changing attitudes
Wednesday 19 November 2014
by Saba Salman
Dr Janet Carr

Dr Janet Carr, 87, is finalising the most recent findings from her 50-year research with people with Down’s syndrome and their families. Photograph: Martin Godwin for the Guardian

After half a century and at the age of 87, Janet Carr has just completed the world’s longest-running research project into people with Down’s syndrome.

The longitudinal study began with 54 babies born in the year to November 1964 and living with their families in a part of south-east England. Driven by an interest in people and behaviours and a sharply inquisitive mind, Carr’s aim was to establish the children’s educational needs using intelligence tests such as pattern-matching. The research, which began when the babies were six weeks old, was conceived by the Medical Research Council psychiatric genetics research unit at London’s Maudsley Hospital. It was initially intended to last just 10 months but the young researcher wanted to look longer term and explore family interactions.

“I thought, as well as looking at how the little people are, I’d like to look at how it affected their families. It was widely accepted that having a baby with a disability meant that it would be a disaster, that families would break up. That’s what I expected to find,” she recalls. In fact Carr discovered that, while the babies’ development was slower than their non-disabled peers, families coped well as the children grew, with youngsters bonding and developing good relationships with their brothers and sisters.

This was at a time when the “intellectually handicapped”, as people with Down’s syndrome were then known, were regarded as non-persons to be consigned to institutions.

Carr wrote up the research as her doctoral thesis in 1970-71. Although she assumed the project was over, she began sending birthday cards – something she continues to this day. “I wonder what I had in mind writing on birthdays … maybe subliminally [I knew I’d continue],” she says smiling.

Carr resumed the study when the youngsters were 11. By now, some families were struggling but by the time the young people were 21, Carr, found them more independent. “I’d hear: ‘He can do so much more for himself now.’”

When the participants reached 30, Carr found 60% of parents – themselves ageing – were still full-time carers, and this was physically and financially stressful. Generally, between 21 and 45, there was little change in verbal and non-verbal ability says Carr – who continued her research after retirement – although she started to notice some memory loss in people in their 30s.

She is close to the families and regards her work as a collaborative success: “It is they who have made all of this … I hope they are all proud of it.” Her 1995 book, Down’s Syndrome: Children Growing Up, is dedicated to “all the young people, and their families, who have been my friends since 1963 and taught me so much”.

She smiles at the thought of “fun and feisty” Freddie, recalling visiting him when he was 21: “I went to see him at his mother’s house and he said: ‘You time me going round this field.’ He wanted to try and break the four-minute mile.” Richard Brown, involved in the study with daughter Catherine, says of Carr: “No one can quite do what she’s done. It’s amazing that Catherine still gets birthday and Christmas cards – Janet Carr is just that kind of a person.”

Carr’s body of work and professional reputation are formidable (she has written several books and more than 60 book chapters and academic papers), however, her demeanour is anything but. She laughs that her son suggested her academic journal editors should expedite publication of the 50-year findings: “You’d better hurry up – she might die!”

Carr’s study has developed amid huge changes in policy, legislation and attitudes relating to people with learning disabilities. The term “mongolism” was widely used until the World Health Organisation dropped it in 1965, leading to the adoption of “Down’s syndrome” after Victorian physician John Langdon Down who identified certain patients with similar characteristics.

When Carr embarked on her study, children with Down’s syndrome were among those deemed “ineducable” under the 1944 Education Act (legislation in 1970 gave a legal right to education). Carr’s indignation seems as strong as it must have been in 1964: “They used to say: ‘They’re never likely to walk or talk’ – and of course they did!”

She welcomes the closure of long-stay institutions, but questions the reality of life in the community as people age. “People are now stuck in [supported living] houses with few people. They don’t go and see their friends, their siblings or parents would take them – now no one is there to take them [as family members age or die]. I’ve seen their horizons widen and now they’re contracting.”

There are an estimated 60,000 people with Down’s syndrome in the UK. With medical advances, some are living into their 70s and beyond. Carr’s latest research will shed light on the ageing population, their condition and the general impact of ageing.

Lady Sheila Hollins, chair of the British Medical Association’s board of science, and a former colleague of Carr’s at St George’s hospital, London, stresses the importance of Carr’s work: “The latest findings on dementia are of particular note as it’s hoped that anything we learn from studies of dementia in Down’s syndrome might lead to helpful, therapeutic interventions for everyone.”

Hollins recently hosted an event at the House of Lords to honour Carr. She praises her focus, determination and questioning mind, as well as her “incredible bond” with the people involved in her study.

Out of the original cohort of 54 families, 29 remained, some died and others gradually dropped out of the research. Once the 50-year follow-up is published, Carr will pass the research mantle to Chris Oliver, professor of neurodevelopmental disorders at the University of Birmingham (Carr examined his PhD some 30 years ago). She, meanwhile, plans to write an accessible, non-academic book about her work.

What is Carr’s greatest hope for people with Down’s syndrome? Without hesitation she replies: “I would like it to become more real that people really have a place in ordinary life.”

Curriculum vitae

Age 87.

Family Widowed, three children, five grandchildren.

Lives Surrey.

Education Moira House school, Eastbourne; University of Reading, BA psychology; Maudsley hospital, London, diploma in clinical psychology; Institute of Education, London University, PhD.

Career 1992-present: completing longitudinal study of people with Down’s syndrome; 1982-92: regional tutor, psychology of learning disability, St George’s hospital, London; 1978?82: senior research officer, Institute of Education, University of London; 1970?78: lecturer, Institute of Psychiatry, University of London, and senior psychologist, Bethlem Royal hospital, London; 1964-69: research assistant, Medical Research Council psychiatric genetics research unit, Maudsley hospital, London; 1961-63: psychologist, Royal Alexandra hospital, Brighton; 1950-55: child and adult psychologist, Crayford child guidance clinic, Kent, and Maudsley, Goodmayes and Charing Cross hospitals, London.

Interests Family, Jane Austen, Mozart, tennis, cats and horses.

Un rêve réalisé: la vie à deux

A lire sur le site de Midi Libre:

Nîmes : Audrey et Yvan, la vie à deux grâce à Trisomie 21

L ‘association, qui oeuvre pour l’insertion sociale des personnes avec une trisomie 21, a facilité l’installation de ce jeune couple, qui s’est rencontré dix ans plus tôt. Désormais, Audrey et Yvan travaillent, s’aiment et se débrouillent seuls. Un cas rare de couple autonome. Portrait…

Ils se sont rencontrés sur les planches. C’était il y a dix ans, à l’atelier théâtre de l’association Trisomie 21 Gard. Depuis, Audrey et Yvan ne se sont plus quittés. Mieux, depuis trois ans, ils vivent ensemble dans un petit appartement d’une résidence de la route de Sauve. Ils travaillent, chacun de leur côté. Prennent le bus, matin et soir. Font leur course, vont au ciné. Popote, télé, jeux vidéo… Ils partagent en somme les plaisirs et les tâches du quotidien d’un couple ordinaire. Et c’est bien le caractère exceptionnel de cette vie à deux-là.

« On s’aime beaucoup tous les deux »

Les cas de couples de trisomiques, vivant de façon aussi autonome, seraient extrêmement rares. En trois ans de vie commune, ils ont démontré, à leur entourage et aux septiques, que c’était possible. Audrey et Yvan affirment en tout cas qu’ils sont « heureux », qu’ils ont de la chance. Audrey sourit, passe une main affectueuse sur la nuque de son « chéri » et livre alors ce qui est sans aucun doute l’une des clés de leur réussite : « On s’aime beaucoup tous les deux. »

Ce dimanche matin, Audrey, 36 ans, et Yvan, 44 ans, ont participé aux livraisons des petits-déjeuners de Trisomie 21 Gard, opération destinée à faire connaître l’association. Yvan a sa place habituelle. Aux côtés de Jean-Paul Fournier, le maire, qui prend traditionnellement part à l’opération. « Moi, j’aime la politique ! », clame le quadragénaire qui a voté Hollande à la Présidentielle et, comme beaucoup, en est revenu. « C’est pour les retraites que j’ai voté pour lui », souffle-t-il. Yvan, méticuleux et très organisé, travaille à la cantine scolaire de l’école de Courbessac. « Je sers les plats chauds », précise-t-il. Audrey, très cool et facétieuse, est Atsem (agent spécialisé des écoles maternelles) à D’Alzon. « Ils ne sont jamais arrivés en retard au travail », souligne Lisette Chabaud, mère d’Audrey et présidente de Trisomie 21 Gard. C’est elle qui a acheté l’appartement au couple, qui garde un œil sur eux et les conduit une fois par semaine au supermarché, « parce qu’ils n’ont pas de voiture ».

Un long travail

La conquête de cette autonomie quasi totale ne s’est pas faite en un jour. « S’ils en sont là, c’est que depuis leur plus jeune âge, ils ont été aidés par des professionnels liés à l’association », estime Mme Chabaud. Le cheval de bataille de Trisomie 21 Gard, c’est l’intégration en milieu ordinaire. À l’école comme au travail. Il ne s’agit pas que d’un vœu pieux. L’association fait référence. En quinze ans, elle a ouvert son propre Sessad (service d’éducation spéciale et de soins à domicile) et puis un pôle d’insertion professionnelle avec à la clé de solides partenariats avec les collectivités et de grandes entreprises.

Lisette Chabaud s’est toujours battue pour favoriser l’indépendance de sa fille. Sur tous les plans. « Quand elle a rencontré Yvan, je lui ai fait prendre la pilule », dit-elle sans détour. Et elle a joué un rôle déterminant pour convaincre les parents d’Yvan que cette vie à deux, il fallait y croire.

Vie affective et sexuelle

Ce grand pas franchi, ce n’est pas rien. La vie affective et la sexualité des handicapés sont tabous ou soulèvent naturellement un certain nombre d’inquiétudes. « Beaucoup de parents ont vraiment des difficultés avec ça et mettent des entraves quand leur enfant handicapé a trouvé l’amour », regrette Mme Chabaud. Depuis quatre ans maintenant, l’association Trisomie 21 Gard organise des groupes de parole pour les parents sur la vie affective et la sexualité. « Il y a encore un grand travail à faire là-dessus », soupire Lisette Chabaud.